Cecil Papers
December 1585

Sponsor

Institute of Historical Research

Publication

Year published

1889

Pages

115-128

Annotate

Comment on this article
Double click anywhere on the text to add an annotation in-line

Citation Show another format:

'Cecil Papers: December 1585', Calendar of the Cecil Papers in Hatfield House, Volume 3: 1583-1589 (1889), pp. 115-128. URL: http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=111485 Date accessed: 02 October 2014.


Highlight

(Min 3 characters)

Contents

December 1585

213. Patrick Hogg to Archibald Douglas.
1585, Dec. 1.Has found a man, named John Hewett of Hull, a great dealer in corn, and a very true and faithful keeper of his promises, who has promised to provide about 4,000 quarters of beans at such time as may conveniently serve their country of Scotland, and to deliver the same at such creeks and ports of Yorkshire and Lincolnshire as ships may conveniently take them in at. The price of a quarter at first, besides a fee of 6d. a quarter to the said John Hewett for his pains, will be between 10s. and 11s.—Hull, 1 December 1585.
2 pp.
214. The Master of Gray to Archibald Douglas.
1585, Dec. 8.You shall do well to haste you so soon as you can to any point within Scotland, and send me word, to the end I may speak with you. William Knollys was departed before I received your letter, but I directed away your own man in effect, with answer of your letter written to me. The King accepted very well of your letter. I dare not write further with this bearer, because I am not resolved of his expedition. The Parliament is ended. Nothing done in it but Restitution. The next is to be in May. “Your ordour shalbe takin withe all the bygone enormiteis of this Country.” I would do nothing in your matter at this Parliament, and the King was very well content with it, for I shewed him it was your desire. The reason was that you might first open unto his Majesty your own innocency in the matter wherewith you are charged. In the mean time I have gotten the pacification passed to you. But speak with me before you “kythe” yourself openly in Scotland.—Linlithgow, 5 December 1585.
1 p.
215. Thomas Morgan to Mary Queen of Scots.
1585, Dec. 5/15.Perceaving the difficultye for the reviving of your intelligence, I thought good to putt my Lord Lumley in remembrance of your Majestye's estate and my former familiaritye with him, and so commended this packett unto his care, to make a conveyance to you, and with all framed an Alphabet for him to serve to entertayne a good intelligence with you, and wished him to send you a copye of the same, and encouraged him by all the meanes I colde to this purpose, for that he is able, and, I hope, willing, to advance your service, which I pray God may fall out to His glorye and your comfort, for the which I shall alwayes pray in this captivitye of mine, which is all I can doe for you. If the said Lord Lumley make an intelligence with you, I doute not but you will so entertayne him by letters, as he shall be incoraged by your letters to serve you. If he take the charge in hand, he wilbe able to serve you well. And you shall finde him honorable and corageous, and his state is repayred sithence the death of his father in law, the olde Erie of Arundel. If he write to you, I praye you thanke him for all his olde favours showed unto me, and lett him know that you be my good and gracious Latlye and Mistrisse, which is all the comfort that I have in this life, and in dede comforteth me above all worldlye good, as Almightye God knoweth, to whose protection I committe your Majesty.—Written in the place of my captivity, the 15th of December.
P.S. Good Curie, I commende me to your good grace and to Mons-Nau, &c.
Decipher. [Murdin, p. 456. ½ p. Another decipher is in State Papers (Mary Queen of Scots), Vol. XVI., No. 71.]
216. “Yours Knawin” to Archibald Douglas.
1585, Dec. 6.Your restitution, together with my Lord of Morton's, was stayed and particularly excepted by the action of those who will never be your friends. What surety you can have upon this to come into Scotland I cannot see, albeit some others, your favourers, esteem your security sufficient upon the King's promise and letter. I wish you to be here very shortly, for the time will be very proper for you to deal for yourself in this division that is sure to fall out amongst the nobility, if you have any assurance of the King's favour; for, you will find, many will be glad to seek you, and follow out the course you lay forth to them, but for the evil will of the Secretary. Bring letters of Secretary Walsingham to such of the nobility as he has been dealing with in your favour, for I know, suppose they hated you, neither would they, nor durst they, displease him.—Linlithgow, this 6th of December 1585.
1 p.
217. Edward Burnham to Archibald Douglas.
1585, Dec. 15.Announces the arrival of the Earl of Leicester at Flushing on the 10th, and his cordial reception by the people. The following day he went to Middleburg, where he remains six days. He takes the matter much to heart, and assures me he will not be idle in the service of Her Maiesty. To Sidney the writer gave the letters and messages entrusted to him. He received all in good part, and said he would not fail to write.—Flushing, 15 December 1585.
French. 2 pp.
218. James VI. of Scotland to Lord Burghley.
1585, Dec. 20.Has directed William Keith, his familiar servant, to the Queen, on an affair with which he will make Burghley particularly acquainted, and asks him to be the mean for his convenient despatch and favourable answer.—Linlithgow, 20 December 1585.
½ p.
219. Bullion in the Tower.
1585, Dec, 26.A brief note of all such silver bullion as was brought into the Tower by Sir Francis Drake, Knight, and laid in the vault under the Jewel House, as also of what hath been taken out and what remaineth.—26 December 1585.
1 p. [Murdin, p. 539. In extenso.]
220. The Earl of Angus to Richard Douglas.
[1585. Dec. 29.]Asks his cousin to cause certain letters enclosed to be delivered as directed in the backs, the Lord Chamberlain's being left unclosed that he may read it. The effect of it is only thanks for the best shaped wares that ever the writer found in that country. “The . . . . . he made me was in Newcastle, when we remained there, and he called on his way to the meeting at Fulden. You know what it is. It must be wisely sought of him, and you will do well, when you seek, to have that gear which was received by his servants in his name restored, in case he make offer to give silver for it, alleging that it may not be had. You may answer that I cannot well play the merchant with him, but, if his lordship have a liking to any of that gear, you are assured I will be no evil fellow, &c.”—At Dalkeith, this Thursday the 29th.
1 p.
221. Archibald Douglas to Lord Burghley.
[1585], Dec. 30.Encloses letters from Scotland for his lordship's perusal, and prays they may be returned.—30 December.
¼ p.
[The following Note, in the hand of Lord Burghley, is appended :]
“My Lord,—I hartely thank you for the sight of your Scotland lettres. I feare that country cannot be long quiet. I wish you war ther, beyng assured that you might do great good. I pray you norrish your allowance with the Erie Both well, who sundry wayes offreth frendship towards England.
“Your Lordship's at command
“W. Burghley.”
222. The Isle of Sheppey.
1585, Dec. 31.A Survey of the Isle of Sheppey, made by Sir Edward Hoby, Michael Sandes, and John Ayscough, Commissioners thereto appointed by Her Majesty's letters of the 25th October last past, and giving particulars as to the population of the Island, and its anchorages and means of defence.
3 pp.
223. Fontenay to the Queen of Scots.
1585, – 1.Madame, Je suis en extreme peine de scavoir si vostre Majesté a reçeu mes despesches de Janvier et que je luy ay envoyées par le Sieur Anthonie Rolston, lequel à cest effect se transports luymesmes à deux lieues pres de Wingfield en la maison du Sieur Anthonie Babington, qui pour lors estoit à Londres au Parlement. Son serviteur, qui receut mes dites lettres de Rolston, luy promit que son maistre ne fauldroyt de les faire tenir à vostre Majesté aussitost qu'il seroit de retour.
Par le contenu des dites, dontPune est de troys feuilles de chiffte et l'aultre de deux, vostre Majesté se peult entièrement resouldre de Pestat d'Escosse, n'ayant en ma conscience recelé chose que j'aye peu descouvrir pour son service, sans respect de qui que ce soyt. Avaut que partir d'Escosse, je baillay encores à un serviteur de Madame de Ferniherst un mot de lettres, pour fayre tenir à vostre Majesté que j'advertisoys du refuz par moy fait des lettres du Roy à cause que la superscription d'icelles portoyt ces mots, “A ma treshonorée Dame et Mère la Royne Mère d'Escosse,” ce que je ne pouvoys accepter sans advouer une qualityé par trop préjudiciable aux droicts de vostre Majesté; déclarant plainement à Monsieur de Metheland que le Rov auroyt envoyé par devers moy, pour me persuader de prendre les dites lettres, que si mon frère avoyt mieulx aymé perdre l'honneur de voyr le Roy, et s'en retourner d'Escosse sans rien faire plustost que le recognoistre pour Roy, je ne seroys le premier à le tenir pour tel, si non par advis et consentement de vostre Majesté, tant s'en faut que je le voulusse recognoistre pour Roy absolu, et que si j'avoys faict une faulte si lourde sans esperer jamais remission de vostre Majesté, j'ay meroy mieulx beaucoup qu'elle me fist perdre la vie, comme elle pouvoyt faire, que de survivre au blasme et deshonneur d'une si lache trahison. En ceste consy deration, je refusay pareillement un grand vase d'argent doré, gravé, et buriné, de la valeur d'environ de cent escuz, déclarant à My lord Doun que j'avoys, Dieu mercy, une Maistresse, et qu'il n'estoyst pas raysonnable de prendre une recompense si honorable de mon peu de service, puis que le roy, à l'appetit de quelques uns, me laissoyt partir en si mauvais termes de sa part avec vostre Majesté. Au reste, que c'estoyt temps perdu de me solliciter davantage de prendre les lettres du Roy, m'estant protesté qu'il n'avoyt nulle occasion d'estre marry contre moy (comme ledit Doun et Methland disoyent), m'asseurant en Dieu qu'un jour il m'en scauroit bon gré.
Ainsi me partis d'Escosse pour me rendre par deça, où je ne fus si tost arrivé, en partie des troubles soublevez par Messieurs de Lorayne en faveur de la Relligion, que plusieurs de mes amis en ceste ville me vindrent advertir, que le Roy s'estoyt resolu de me fayre mettre la main sur le collet, aussytost qu'il seroyt adverty de mon retour par deça, pour avoir, contre ses ordonnances, faict voyage et négocié en Espagne et Escosse, dont la Reyne d'Angleterre luy a faite plaintes par son Ambassadeur, de sorte que par le conseil mesmes de Grlasgo (qui fut la seule empesche, l'année passée, de me faire advouer par le Roy de France, ainsy que son Excellence esfcoyt d'advis) j'ay esté contrainct de me tenir caché, jusques a la semaine passée que l'édict de la pais fut publicée. Madame, cecy, et cent mil foys davantage, n'estrien au pris de l'honneur que j'ay eu d'avoir en mes services passez, obéy, et compleu a vostre Majesté; mais je la supplie très-humblement, pour Fadvenir, d'accommoder la volonte qu'elle avoyt cy apres de m'employer selon le suject des choses, et consydérer, sil luy plaist, qu'il n'est en ma puissance de traicter desormais aucune chose d'estat, sans l'adveu et exprès mandement du Roy de France, qui me tient desjá escript sur son papier rouge, encores qu'en mes négotiations je n'ay jamais faict chose qui, directement ou indirectement, ayt peu altérer son service, mais plustost l'advancement. (L'advancer ?).
L'humeur d'un Roy de France n'est pas de perdre aisement l'impression qu'il a conceu d'une personne, qui me faict supplier tres-humblement vostre Majesté, suyvant i'advis de mes amis, me dispenser de toutes affaires d'estat pour quelque espnce de temps, comme d'un an ou un peu plus, pendant lequel temps je laisseray dormir ma fortune, et m'efforceray d'assopir et estouffer le mauvais odeur que mes voyages m'ont apporté en ceste Court. Cependant, comme j'escrips par mes lettres ouvertes a vostre Majesté, je m'estimeray très heureux, pour ne luy demeurer du tout inutile, d'estre employé aux affayres de son douaire.
Si en ma fortune j'eusse rencontré un Embassadeur aultant à la dévotion de vostre Majesté que de son ambition et de ses passions particulières, je ne me trouveroys reduicte à ceste extrémité, ny vostre Majesté de long temps aux misères de sa captiveité. C'est grand cas de dire, qu'au lieu d'assister et comforter vos serviteurs en ce qui s'est conjoinctement mandé par vostre Majesté, il n'oublie aucun artifice ny moyen de les traverser, et tenter les moyens de les ruiner entièrement. La ruine de vos serviteurs est peu de chose, si elle ne reviendroyt à vostre destrucion et annéantissement. Depuis troys ans que j'ay cest honneur d'estre à vostre service, il ne m'a escript en Espagne ou en Escosse un seui mot, mais, qui est plus, il a diverty — de faire le semblable. Madame, si je seroys seul en ceste plainte, je seroys paradventure moins croyable : mais Mons. Pagett, Morgan, et aultres gentilzhommes Angloys, voire tous ceulx qui ne veulent dépendre d'aultre que de vostre Majesté, sont en mesme, voire en pire, prédicament que moy.
A ceste occasion, je les voys tous resoluz de quitter desorinais vostre service, et de ne s'empescher aucunement, tant que ledit Glasgo sera en sa charge, desirans infiniement, pour le bien de vos affaires et non pour eulx, d'en avoir un aultre pour Embassadeur, s'il plaist à vostre Majesté m'employer plus longteraps en son service, car, si j'osoys prendre la hardiesse, je demanderoys ceste mesme grace pour mon particulier. Sur ce que vostre Majesté m'escrivit du moys de . . . touchant le congé dudit Glasgo, je ne fus d'advis qu'on ne le changeast encores, pour Pespérance que j'avoys de sa conversion, et la crainte qu'il n'en advinst pas. Mais, voyant que tout va pour aujourd'huy de mal en pis, et que le retenant, vostre Majesté est en nécessité de perdre plusieurs bons et fidelles serviteurs, Angloys et aultres, non moins importans que luy à vostre service, force m'est de changer propos, et supplier avec eulx très humblement vostre Majesté d'y mettre un aultre en sa place, par la correspondance duquel nous puissions tous respondre d'un mesme accord aux intentions et desseings de vostre Majesté, à laquelle j'avoys à cest effect proposé Mons. de Rosse, ou Mons. le Prieur de Seton, au lieu dudit Glasgo, si daventure il ne playsuit à vostre Majesté faire élection de quelque autre, soyt Escossoys, Angloys, ou Francoys, qui dependist immédiatement de ses desseignemens.
Ledit Glasgo est près à semer querelle et tenir en division Mons. Foljambe, les ditz Sieurs Paget, et Morgan, comme il fit ledit Morgan avec les Jesuistes de son pays, mesmes pendant que j'estoys en Espagne, luy imposant plusieurs choses qu'il se rapporta de luy. Je supplie très humblement vostre Majesté de donner ordre à cest inconvénient, qui pourroyt survenir et commander au dit Foljambe d'adhérer entièrement audit Morgan et Paget plustost qu'audit Glasgo.
L'opinion ou je suis que, pour acquit de sa charge, ilinformera commeil doibt vostre Majesté des affayres ile sa charge, sera cause que je ne luy en diray aultre chose, sinon qu'à mon advis Messieurs de Guise ont sur le bras une trèsperilleuse guerre : et, nonobstant qu'ilz ayent comme forcé le Roy de passer cest édict en faveur de la Religion Catholique. ilz se peuvent qu'il le ratrappera au passage, ayans affaire à un Prince accort, et sera bien le maystre du Roy Louys Onziesme en matière de dissimulation. Quoy que ce soyt, il n'est pas en leur puissance de rentrer jamais en Cour, pour y trouver ce qu'ilz y ont perdu de faveur et authorité, principalement tant que le Roy vivra, et bien que pour le présent ils soyent icy venuz pour luy baiser les mains, si est ce qu'ilz s'appercoyvent que ceste demeure n'est pas seure, et s'en retourneront dans 3 ou 4 jours. Des ditz de Guise, Messieurs d'Aumalle, de Mercure, et le Cardinal de Vaudemont, ont trouvé plus expédient de ne venir point icy. Et cependant que Mons. de Lorayne, les Cardinaulx de Bourbon et Guise, Messieurs d'Elbeuf et de Mayenne y font la Court, Le Seureéabandoné le Due de Guise et des Markais Mons. de Mayenne en ceste guerre, tous deux anciens secrétaires et très obligez serviteurs de l'un et de l'autre, qui pour jourdhuy les veulent mal de mort. Pelicart aujourdhuy faict tout chez le Due de Guise, lequel eust eu assez agréable quejel'eusse suivy; mais je m'en suys excusé sur vostre service, estant trèsrésolu, puis qu'a Pappetit de Glasgo il a faict si peu d'estat de moy par le passé, en ce qui dépendoyt de vostre service, ne m'engager maintenant avec luy en facon du monde, joinct que cela touche le faict. de cest estat, auquel je ne me veulx nullement embrouiller. Il y a huict jours que je luy fuz faire la révérence à St. Maur, et m'excuser de ce que je ne l'avoys esté trouvé en Champaigne incontinent après mon arriveé en France.
Il me fit fort bon recueil, et me commandoit ainsy que si je luy eusse esté domestique. Toutefoys, résolu de ce costé là, je pris congé de luy le jour ensuyvant.
Avant que partir d'Escosse j'escriviz à vostre Majesté ceste mienne resolution, que je la supplie trèshumblement avoir pour agréable, et croyre que, si aultrement je pourroys prouffiter à vostre Majesté, des demain je me mettroys à sa suitte; mais l'experience du passesté me faict sage pour ce regard que vostre Majesté n'y gaigneroyt rien, et moy j'y perdroys paradventure beaucoup. Son entreprinse est tout contraire à ce qu'il me commanda de dire au Roi d'Escosse de sa part, qu'il sera sans faulte en Escosse avec une bonne armestée dans le moys de [ ] passesté, n'attendant aultre chose que des nouvelles du Pape et du Roy d'Espagne. Ce qui m'a faict penser qu'il s'est servi du nom de vostre Majesté pour bastir le fondement de ses affaires et de son entreprinse.
Madame, pour reprendre le fil de voz premieres intelligences, semble qu'il seroyt trèsnestécessaire d'envoyer quelqu'un le plustost que faire se pourroyt vers le Pape d'aujourdhuy, nommesté Sixtus Quintus, pour luy rendre de vostre part Padoration et obestéissance devesté au Sainct Siestège Apostolique. J'entends que sa Sainctetesté est tresbien enclin et intentionnesté vers vostre Majesté, qui me fayt croyre, d'aultant plustost que ce debvoir luy sera rendu, d'aultant plus aura il de grace et efficace pour le bien qui s'en peult espestérer. Il me semble que Mons. de Rosse seroyt fort prop re pour ceste charge, tant pour le rang qu'il tient digne d'icelle, qu'aussy pour plusieurs aultres qualitez dont il est recommendable, specialement vers vostre Majesté, joinct qu'il est fort aymé et a des intelligences en Cour de Rome, où mesme il a esté autrefoys envoye Embassadeur pour vostre Majesté vers le defunct Pape.
Mons. Paget m'a assuré de par Mylord Paget, qui maintenant est à Rome, que les Cardinaulx de Ferrare, Alexandra n, et Rusticuccio ayment fort le dit Sieur de Rosse, et out trèsbonne opinion de sa preudhommie.
Ce sont ceulx qui possestèdent entiestèrement sa Sainctetesté, comme ceulx qui ont tous esté faicts de la main de Pius Quintus, vray et unique miroir de celuy d'aujourdhuy.
En mon dernier, escrivis à vostre Majesté d'un sien serviteur nommesté Abel Fauster, qu'il me bailla pour me servir en Escosse, et que je luy ay ramenesté, je remerciay destès lcrs vostre Majesté, comme je fais encores, de la gratification qu'il luy apleu faire audit Fauster d'une prebende. C'est plus qu'il ne scauroit mestériter de sa vie, mais son ignorance est cause que Mons. de Rosse et moy, consyderrans son incapacityesté supplions trèshumblement à vostre Majesté de convertir ceste ^race en quelque somme d'argent, telle qu'il luy plaira, pour luy ayder à avoir une place des gardes, ou quelque aultre estat en son pais, et cependant s'il plaist à vostre Majesté de faire coucher son estat en telle qualityé et à tels gages qu'il luy plairra commander, afin qu'il ayt cest honneur de luy appartenir. C'est un jeune homme, hardy, et diligent pour porter lettres ou argent, faire conduire armes et aultres choses secrettement en quelque endroict du monde que ce puisse esfre. Pour mon particulier il m'a faict de rès bons services en Escosse au faict de ma négociation, partout où je le dépéchoys.
Madame, à ce que je peux prévoir des choses d'Escosses, ceste négociation d'Angleterre se resouldra en fumée, ou pour le moins il se passera beaucoup de avant que d'envenir à une conclusion, mais cependant Gray, le servant de l'authorité de la royne d'Angleterre pour disgracier Aran et se mettre en sa place, je crains et croy qu'il remplira l'Escosse de factions et de divisions, opposant les Hamiltons à la mayson de Lennox, encores que les cominencemens des practiques dudit Gray n'en donnent apparence il est après aultant qu'il peult pour fayre retourner en Cour, et rapatrier avec le Roy d'Escosse, les Contes de Huntley, d'Athol et Bothwell et aultres, par le moyen desquelz il faict estat de fayre rappeler les Hamiltons, à la ruine du Conte d'Aran, et par leur moyen le combattre de son authoritesté, ce qui enfin ne peult revenir qu'avec un trèsperilleux hazard du Roy vostre filz, et par consestéquent de vostre Majesté, laquelle à ceste cause je supplie trèshumblement me faire sçavoir lequel de deux elle mieulx aymeroyt, la ruyne du Conte d'Aran ou de Gray, pource que j'ay intelligence avec l'un et avec l'aultre pour conduire cest affayre selon vostre destésir. A la verityesté il seroyt fort expestédient de miner le Conte d'Aran, et, par le moyen de Gray en ce faysant, faire approcher du Roy le Conte de Huntley et aultres bien affectionnez à vostre Majesté. Mais je crains que cela advenant par le moyen de Gray, et consestéquemment par l'entremise de la'royned'Angleterre, ceulx qui auparavant en despit d'Aran, qui l'an passé négocioyt avec elle, luy estoient ennemis, ne deviennent les votres par ses pratiques et corruptions. La soudaine et frequente mutation d' Escosse, et des humeurs de la plus part de ceulx qui y vivent principalement en Cour, me faict appréhender cest inconvénient quelques promesses qu'à mon partement le Conte de Huntley et plusieurs aultres m'ayent faict de leur fidélité à l'endroit de vostre Majesté, et pour ce si j'en estays creu, vostre Majesté ne se déclareroyt ny d'un costé ny d'aultre, jusques à ce que vostre Majesté vist plus clairement lequel de deux est pour demeurer auprès du Roy. Je sçay bien que Gray, désesperé de pouvoir jamais obtenir pardon de vostre Majesté, faict tout ce qu'il peult près du Roy, et sous son authorité près de la Royne d'Angleterre, pour faire désarmer vostre Majesté de Nau et tous aultres serviteurs Françoys, et en leur place en substituer d'aultres Angloys on Escossoys à la dévotion de ia Royne d'Angleterre et d'un Roy d'Escosse, qui, desauparavant que je partisse d'Escosse, j'en ay fait solliciter vivement le Justice Clerke, son dernier Embassadeur en Angleterre.
Le Conte de Montrosse a signé la bande du Conte d'Aran avec plusieurs aultres Mylords et Barons. Au contraire, Huntley, Bothwell, Athol, le Secrétaire Methland, Sr. Robert Melvin et aultres, y compris les puynez Setons, (car Mylord est du costé du Conte d'Aran) ont signé la bande de Gray contre luy. Mylord Claude Hamilton, qui est par deça, a d'espérance de retourner en Escosse par ce moyen.
Madame, voylà ce que je sçay et prévoy de l'estat d'Escosse pour le jourdhuy, me mettant du reste à ceulx qui en sçavent plus que moy.
Et sur ce je prieray Dieu le Créateur de tout mon âme préserver vostre Majesté de la muie de ses enjiemis, et luy donner la grace de sortir en bref (comme tous gens de bien espèrent) de ses afflictions avec trèsheureuse et longue vie.—De Paris, le premier de — 1585.
Signed :—De vostre Majesté trèsobéissant subject et trèsfidelle serviteur, Fontenay.
pp.
224. Notes of Depositions by Hatfield Parishioners.
1585.In answer to interrogatories “in the audience” and in the Court of Arches. John Clarke, Wm. Lawson, Wm. Hatch, John and Richard Snow, and Fras. Ferrers, are the deponents. Hatch, having known Hatfield forty years, and the keepers, is sure they were never demanded anything for tithe of mastage or pannage; Snow, that the parson's park at Hatfield was set out for discharge of the parishioners from payment of tithe wood, not making any mention or distinction of Tatridge [Totteridge] or the groves there.
3 pp.
225. T. Musgr[ave] to [—].
1585.Is moved with grief at the undeserved jealousy and suspicion of falsehood conceived against him, shortly after his coming forth from Scotland, as he perceives by the advertisement sent to the Abbot of Paisley. Has never by his letters divulged anything to Arran, nor to any of his faction.—From London, 1585.
Unaddressed.
pp.
226. The Garrison of Flushing.
[1585.]A statement by Sir Robert Sydney of the victuals required for the garrison of Flushing.
Endorsed by Lord Burghley :—“Sir Robert Sydney's request for victell.”
1 p.
227. Gifts by the Earl of Lincoln.
[1585.]Begins :
“Item, geven to Quenes Majestey, a birde, cawled a Harpey, of perle, with a ballary hanging at it.
Item, geven to my ladey Clinton, a great tabbled, with an agot with a face.
Item, geven more to her, a pece with v rubeis, and the rest of the rubies, wyche arre unsett.
&c. &c. &c. &c.
Ends :
“Item, geven to my lady Cobham, the hedd of my saddell, being damasken, with the rest of the thinges being damasken belonging to the saddel.
Item, geven to my heir Maximillian, the two cusshons and thinges belonging to the canapy, and also the carpet.”
Endorsed :—Certayn gyfts by the Earl of Lyncoln.
pp.
228. Antonio da Veigna to the Queen.
[1585.]Finds himself so bound to her Majesty, that he will not fail on every occasion to do her service. Tells how, in the year 1577, King Philip and King : Sebastian went together on pilgrimage to Our Lady of Guadeloupe, and, after they had fulfilled their vows, were engaged in very earnest negociation, with respect to the expedition that Sebastian had prepared for the invasion of Africa. Philip dissuaded him from this enterprise, by many strong reasons based on the advancement of the Roman Catholic religion. On this point he made a long harangue, praying Sebastian to consider how much more it concerned the service of God to employ his person, and the fleet he had prepared, conjointly with himself. Philip promised to collect another very powerful fleet for the conquest of this kingdom [England], alleging the decree of the last Council of Trent, when, from very certain intelligence, he held the enterprise to be a very easy one; and still did so, through the news that he received from some one in England, and from private persons, both in Ireland and Scotland, who were asking him for succour. If Sebastian approved of this purpose, which would serve for the overthrow of England, and prevent it from becoming the total ruin of Christianity, Philip promised, on the conclusion of the enterprise, to furnish Sebastian with a fleet and troops for the conquest of Africa, and, to induce him the more powerfully thereto, promised him also his eldest daughter in marriage. Sebastian took two days to consider, during which time Philip did not fail as far as possible to corrupt some of his council with many promises, to make them agree to the same enterprise. How effectually was known afterwards, when all concurred as regarded [the attack on] England. Sebastian, at this time, allowed himself to be entirely governed by one Christofano de Tavora, son of Lorenzo Pires de Tavora, who came as ambassador in Queen Mary's days. This man, with all the rest of the council against him, sustained very vigorously the contrary opinion, alleging that, if their former resolution was to be changed, this could not be done without going to the root of one of three points, viz., the service of God, honour, and profit. As for himself, so far as he had been able to consider the opinions of the other side, he found no reasons for the change of resolution, which would not form a breach of faith with Ceriffe [Cherif] the King of Morocco and Fez. As touching the first point, it did not appear to him that it was a greater service to God to take arms against those who confessed Christ and received the water of holy baptism, and abandon going against those who denied Him, and were altogether infidels. As to the second point, when everything had succeeded according to their wishes, the result would be attributed to Philip, as author of the design. Touching the third point, this rested consequently with the said Philip, and, if he remained master of the enterprise, he could by this means be assured of the Low Countries, instead of receiving trouble from them every day. On these grounds Sebastian excused himself, saying hecould not break his word, but that, on his return, he would not fail to assist Philip with all his forces. “Ben credo che V. M sarà stata pienamente avertita che dapoi il detto Re di Castiglia non manca di cercare con ogni occasione tutti i mezi per venire al suo intento prosequire effetto della speranza che tiene col tempo poter venire à danni di questo regno. In tanto se non vede con forze che chiaramente possa effettuar con opere quello che di continuo ha in animo, non manca per cio aiutarsi di tutto quanto puole, et, per persuadere et indurre il quore de i populi, ha di nuovo procurato in l'anno passato ottanta quarto da papa Gregorio decimo tercio una indulgentia plenaria con remissione di tutti li peccati a tutti coloro che pregheranno o s'impiegheranno per il convertimento di questo regno, come V. M. vederà per la copia che con questa va. Et anchora che mostri essere statta concessa a instanza del Rettor del Collegio delli Inglesi, l'effetto à (secondo ch'io ne sono avertito) è stato fatto per opera del Re Filippo. Et, per non tediar a V, M. piu oltre, sapendo che in altri modi ne sarà particolarmente avertita, con questo cesso et faccio fine, ma non di pregare à Dio che vestra M. Serma guardi et preservi per molti anni.”
Italian. 2 pp.
229. — to the [Queen of Scots].
[1585 ?]Et trois jours après que chacun estimoit que l'on vous deust renvoyer les Commissaires, il fut resolu en ce Conseil que voyant les affaires comme elles passoient en Escosse—et qu'il y avoit apparence que le Roy votre fils n'y faisoit rien que par le conseil et volonté de votre Majesté, et qu'il avoit faict faire une publication contre ceux qui vouloient dire que le Due de Lenox n'estoit pas mort bon protestant, et que quelques ministres, qui avoient faiet courir ce bruict pour défavoriser ledit Due de Lenox, et publier qu'il avoit tousjours eu une mauvaise volunté au royaume et à la religion, afin de reculler ses enfans le plus qu'ils pourroient du Roy votre fils, avoient esté appelès à Faclan [Falkland], pour se trouver en une convention et assemblée, où lesdits ministres, plaines de peur et de crainte, selon que c'est une espèce de gens malicieuse, et tousjours en défiance de recepvoir le mal qu'ils prochassent è aultruy, auroient reccuru en dilligence à la Royne d'Angleterre, luy remonstrans qu'ils estoient tous perdus et leur religion destruite, si elle n'avoit pitié d'eux, et dont elle soufriroit avec le temps, si elle ne prenoit ceste cause en main, et n'envoyoit quelque personne d'authorité devers le Roy votre fils, pour l'intimider, et ceux qui estoient près de lay, et les faire prendre ausdits directions, suivant ce qu'ils avoient desja esté fort estonnez par l'Ambassadeur de ladit Royne d'Angleterre, qui leur avoit dit que tout l'Angleterre se mettroit en armes pour leur tomber sur les bras et au Roy votre fils, non tant de la volunté de la Royne d'Angleterre que de tous ses subjects, qui vouloient estre asseuré du Roy votre fils en quelque chose de solide; et que toute ce royaume favoriseroit les Hamiltons, qui estoient pardeca, pour rentrer en leurs biens comme en ayant esté injustement spoliez, et bannis d'Escosse sans occasion, et les Contes d'Angus et de Mar mal traictez et les ministres aussi. Sur cest advertissement donné à ladit Royne, et que toutes choses alloient prendre ung mauvais ply en Escosse pour elle et ses partisans, elle a envoyé prier le Roy votre fils de ne procéder en nulles choses plus avant, pour le bien qu'elle luy vouloit, qu'elle ne luy eust envoyé le Sr de Walsingham, qui fut au mesme temps conclud d'y estre despeché, tant pour intimider davantage le Roy votre fils et ceux qui sont près de luy, que pour leur ramentenoir toutes les offres et promesses qu'il avoit faictes et envoyé dire à ladit Royne d'Angleterre, laquelle ne vouloit plus croire en parolls, mais vouloit eftectuellement estre asseurée de ce qu'elle pouvoit espérer de luy pour ladvenir, affin de se gouverner selon qu'elle voiroit le mieux. Et davantage, qu'elle vouloit que tout ce qui luy promecteroit fust ratifié par acte dun parlement d'Escosse, où chacun fust aussi remis et restitué en son estat, et, en default de cela, que ledit Walsyngham eust à remectre quelque party audit Escosse, tant par le moyen des Comtes de Mare, d'Anguis, et de Bodouell, que des Hammiltons et ministres du pays, et aussi leurs partisans; et choses semblables, où ladit Royne n'espargneroit rien. Voylà, Madame, dequoy j'ay esté adverty, et ledit Archubal m'a recorfirmé le mesme apres avoir sondé (?) dudit Sr de Walsyngham, et aussi tout ce qu'il avoit peu aprendre, et me conseilloit de vous l'escrire en diligence, par quelque moyen que ce fust, et, au Roy votre fils, qu'il n'eust à craindre les menasses des Anglois, et que ils n'osiroient entreprendre aucune chose contre lui, joint que s'ils le faisaient, ils seroient bien aydé et secouru de la France, et m'a pressé ledit Archubal infiniment de vous faire ceste dépesche, et au Roy votre fils ce qui dessus : et d'y envoyer le petit Fouler porter mes lettres, et celles dudit Archubal, qu'il vouloit escrire à ses amis pour éclairir et empescher, en ce que l'on pourroit, les actions du dit Sr de Walsyngham, si elles estoient telles; mais, comme il est très nécessaire en toutes choses de ne ce haster trop, et remédier à ce que l'on peult, et d'aprendre et examiner la vérite, j'ay à l'instant escript une lettre au Sr de Walsingham, le priant de la monstrer à la Royne sa roaitresse, et à son Conseil, en laquelle je luy déclaroit avoir esté adverti de divers endroits de ce que dessus, et que j'avois grand subson de son voyage audit Esccsse, si ce iv estoit par le consentement de votre Majesté, et quo, au mesme instant, l'on ne vous renvoyast les Commissaires pour traicter aussi siucèrement avec votre Majesté pour le faict de votre liberté, que je m'aeseuroit que feriez de votre part, selon que ladit Royne l'avoit demandé de la sienne; et, sur cela, le prioit de me donner audians, laquelle me remist à hier à Autoland (Oatlands), où je la fus trouver (sic), ei luy parlay fort franchement; que j'estois en grande jalousie de ce soudain changement pour envoyer ledit Sr de Walsyngham en Escosse, luy alleguant tout ce que j'en avois aprins, et les inconvénians qui pourroieut advenir qu'il y tractast telles cboses; et que le meilleur moyen, ce seroit pour le bien, bonneur, et sureté de ladit Royne, de ne rieu traicter audit Escosse, ni avec le Roy votre fils, si elle en vouloist estre bien asseurée que ce ne fust par votre consentement et commun accord. Elle m'a, au commencement, voulu respondre froidement, et par discours que le voyage dudit Valsingbam en Escosse ne toucboit ni les affaires du Roy mon maistre ny les vostres, parquoy je ne m'en debvois donner peine. Je luy ay replicqué avec de si fortes raisons, et l'ay niise en propos si avant, qu'a la fin elle m'a promis que, si le roy vouloit estre tousjours son bon frere et amy, et ne souffrir à Mons. de Guise entreprendre rien en Escosse, selon qu'il en avoit le désir, et pensoit à quelques levés pour cela, elle n'y entreprendroit rien pour sa part, et ne cbercberoit que l'amitié de votre Majesté, du Roy votre fils, et le repos par toute Escosse, pourveu qu'il conservast tous ses subjects, les uns et les autres, comme ce seroit le meilleur.
Et que elle vous escriroit une lettre, ou pour le moins à Mons. le Comte de Chirosbery (Shrewsbury) pour vous donner toute satisfaction et contentement du voiage dudit Sr de Valsingbam, et de vous renvoyer les Commissaires selon la response que votre Majesté Ten feroit. Et au mesme temps a commandé la lettre à Monsieur le Grand Trésorier, a lequel j'ay communiqué de cest affaire, qui m'a promis de faire pour votre Majesté tout ce que seroit en son debvoir, et m'a parlé fort honorablement comme désireux de vous faire service. Vous ferez bien de luy escrire souvent durant l'absence dudit Sr Walsyngham, car il me trompe ou il a volunté de faire quelque chose pour votre Majesté s'il peult, mais en ce Conseil, où ils sont peu, ils sont fort jaloux les uns des autres pour ce qui vous touche; car sans difficulté, avec l'ayde de Dieu, si ceste royne mouroit d'avant vous vous luy succederiez sans tirer une espèe, si les choses ne prenoient grand changement. Je n'oublieray à dire à vostre Majesté, qu'en ce jour mesme, après avoir parlé au Grand Trésorier, et reprins ladit Royne, et en toute reconfirmation de ce qu'elle m'avoit promis que ledit Walsyngham ne feroit rien en Escosse, qui fut préjudiciable à la France ny à votre Majesté, ladit Royne m'a diet aussi, sur la fin de notre discours, qu'eile estoit advertie de bonne part que ce qui me retenoit si longuement en ce rovaume estoit pour vous faire quelque bon service; mais qu'elle n'avoit pas mérité, ny envers la France ny envers moy, que ce fust à son dommage. Sur quoy je me suis essayé de la satisfaire de tous bons propos, en luy disant que je ne vous scaurois faire à toutes deux un meilleur service, et à la France, que de vous mestre tous trois et vos royaumes en bonne intelligence, comme chose que vous estoit trésutille, et honorable à tous, et à elle si nécessaire que tout ce qu'elle seroit conseillée de faire autrement seroit mal fondée, atendu qu'elle n'avoit point d'enfens ny dautres héritiers que votre Majesté et le Roy votre fils, ce que tacitement elle confesse; mais voluuticrs elle ne voudroit ouir parler que de vivre tousjours.
Après tout ce que dessus, j'ay trouve le Comte de Lecester fort a propos, qui m'a faict grandes caresses et, nous estant retirez à une fenestre, m'a demandé, quelles nouveiles ? Je luy ay conté sommairement l'occasion de mon voiage vers sa maistresse; lors il m'a dit qu'il estoit excommunié pour vos affaires, et qu'il n'en osoit parler ny entendre aucune chose, encores qu'il ne vous eust jamais faict que tout service, quand chacun en Angleterre vous estoit contraire; qu'il en recepvoit le mal pour le bien, comme il avoit faict de la France, que estoit son malheur, et plusieurs autres plaintes semblables; et que de tous endroits l'on luy donnoit advis que votre Majesté luy vouloit grand mal, mais qu'il essayeroit tousjours de bien faire, et acquérir la grace de Dieu, s'il ne pouvoit avoir celles des princes. Combien que la Royne sa maistresse ne luy avoit faict de trois ans tant d'honneur et de faveur qu'elle avoit depuis huit jours. Je lui ay dit et asseuré qu'il auroit tousjours aussigrande part en votre bonne grace qu'il la voudroit rechercher et estimer; et que je pensois connoistre quelque peu de vos affaires, et de vos voluntés envers luy et un chacun, etque ne vous estiez jamais plainte de luy, sinon qu'apres que auriez tant enduré de mal et d'ennuy, et estant la vraye héritiere de la Royne d'Angleterre, ce que ne voudriez céder pour mourir; vostre Majesté avoit peult-estre esté informée qu'il auroit changé toutes ses bonnes voluntés en votre endroit pour prendre le party du Comte de Hontinton, et le vouloir, par ses moyens. parens et amys, et par la faction de la religion, favoriser, contre votre Majesté, tout droit et raison, à ceste corone,—chose que je luy avoit dit une autre fois, dont il m'avoit donné satisfaction, et que au contraire ce seroit le premier à luy estre contraire, ci cela advenoit; lors ledit Conte c'est mis sur des protestations, me disant et jurant qu'il n'y avoit jamais pencé, et n'estoit pas si mal advis que d'avoir mis son fondement en cela, ny ès pretentions dudit Comte de Hontinton contre votre Majesté, mais au contraire d'y employer la vye pour votre service, quant telle chose adviendroit, encores que ne luy en sceussiez jamais de gré. Je luy ay dit que estiez doncques d'acord, parceque je ne voyois point qu'il y eust jamais eu autre malcontentement de luy de la part de votre Majesté; dont il a monstré estre bien ayse, m'estant offert de m'emploicr à vous remectre tous deux en bonne intelligence, s'il le desirait ainsi. Puis il m'a respondu comme cela ce pouroit faire (veu, dit il) que la royne d'Escosse se fie aujourdhuy du tout en ceux qui luy out esté jes plus grans ennemys. Je ne scay s'il vouloit parler pour Walsyngham, veu qu'ils ne sont qu'une inesme chose pour l'alliance de Chedenay avec la fille dudit Walsynham, lequel Chedenay j'espère de vous rendre bon serviteur, et ont apporté ledit Sr Walsyngham et Lestre grande jalousie à ceste Royne pour ladit alliance. Et à ce propos, je vous diray que ledit Comte m'a autrefois dit, que je ne me fiasse de nulle chose audit Walsyngham qui vous touchast—qu'il vous estoit le plus grand ennemy du monde. Et le Comte de Sussex m'a dit que ledit Walsyngham, se plaignant à luy dudit Comte de Lestre, luy avoit dit que il vouloit remectre son estat entre les mains de leur Royne, puis que le plus inechant homine du monde, qui'estoit le Comte de Lestre, gouvernoit toutes choses selon se passion—tant y ce qu'ils sont amys pour le jourdhuy. Et, pour retourner audit Comte de Lestre, je l'ay layssé en assez bonne volunté, pour ce qui ce peult voir de l'aparance d'estre réunis avec votre Majesté. Regardez ce quil vous plaira m'en commander pour cest effect, et lui en escrivez une lettre remectant le surplus en créance sur moy. Et à l'instant que je laissoit ledit Comte de Lestre, j'ay trouvé ledit Sr de Walsingham, que sa maistresse envoyoit quérir qui est cause que nousavons sommairement parlé de tout ce que j'avois traicté avec elle, de ce qu'elle m'avoit respondu et asseuré qu'il ne feroit ny traiteroit rien en Escosse qui fust dommageable à votre Majesté ni à la France, et qu'il se comporteroit oultre l'intention de ladit Royne, qui estoit très bonne, seullement visiter le Roy votre tils, essayer d'acominoder toutes les, partialitez qui estoient pardelà pour son bien et le votre, et pour y conserver l'alliance de France comme celle d'Angleterre. Ledit Sr de Walsingham m'a diet le semblable, et que pour le regard de votre Majesté j'estois si dilligent en vos affaires qu'elles ne pourroicnt mal aller, joint aussi que la royne sa maistrèsse continueroit à ce qu'elle avoit dit, et qui luy avoit conseillé, et luy conseilleroit tousjours, que si votre Majesté traictoit sincèrement avec elle, qu'elle fit le semblable avec vous. Et voila ce qui passa entre nous, Madame, de quoy je vous ay bien particulièrement voulu advertir pour y assoeir votre jugement. Archubal du Glas vous escript une lettre, et m'a diet qu'il ne ce peult rien promectre de bon du voiage dudit Sr de Walsingham, s'il ne trouve du tout lc Roy votre fils disposé à votre dévotion. Il dit aussi que s'il estoit en Escosse, il romperoit tous ces dessains, et manieroit bien ceux du bon party comme il vous plairoit. Il me presse d'y envoyer Fouler pour le porteur de ces lettrès, le louant de sa fidellité, comme il est un gentil garson, et qui a grand désir de vous faire service.
Ledit Archubal vous supplie aussi de luy moienner qu'il puisse avoir ung pardon du Roy votre fils, et que ce faisant ce sera reconformer les accusations du Comte de Morton : et vous conseil d'envoyer et escrire en dilligence audit Escosse, tant au Roy votre fils que ceux qui sont avec luy, qu'ilz ne s'étonnent point des menasses d'Angleterre, et que l'on y a plus de peur que luy, qu'ilz n'oseroient d'icy envoyer des gens de guerre, ny entreprendre chose dont iis ne ce repentissent les premiers, et vous conseille de faire en sorte que le Roy vostre fils ne dissimulle plus en 1'affection qu'il vous parte, parceque ce sera votre bien à tous deux, et chose que ledit Sr de Walsingham cherchera le plus de pouvoir connoistre, tant pour le particulier de sa maistrèsse que pour le sien. Il y a le Milord de Hamilton, qui estoit en France, lequel a looguement marchandé pour me voir : à la fin il y est venu sur les dix heures de nuit pour me remercier du bien et plaisir que je luy avois fait, m'asseurant qu'il s'en souviendroit à jamais pour m'en avoir obligation. Je luy ay respondu qu'il en remerciast votre Majesté et non moy, parceque ce que j'en avois faict, e'estoit en votre faveur, et pour vous faire service. Lors il m'a faict infinis sermens et protestations qu'il ne désiroit bien au monde que celuy qui luy seroit donné ou moyenné de votre part, qu'il me prioit de le vous sinifier qu'il estoit, et seroit à jamais, votre trèshumble subject et serviteur, et, s'il estoit possible, il désireroit n'estre remis en Escosse que par votre moy en, quelques belles promesses que l'on luy eust faictes pardeca, jusques à luy avoir promis qu'il seroit remis par amour ou par force, luy et son frère, ce qu'il m'a diet ne désirer point que par l'intercession de votre Majesté; et que la necessite i'avoit chassé de France, et que Messieurs de Glasco et de Rosse l'avoient fort durement traicté, pour le presser d'estre Catholicque, ce qu'il n'avoit peu faire par contrainte; qu'il n'avoit jamais reçeu un sol de la pention que le Roy luy avoit donnée, encores qu'il eusi trouvé sa Majesté plein d'affection en son endroit; qu'il pensoit que lesdits Srs de Glasgo et de ——, ou quelques autres, l'avoient empesché soubz main d'estre payé de ladit pention, mais que nonobstant que pour estre vos serviteurs, qu'il les voudroit servir, me priant de leur escrire pour l'excuser, s'il ne leur avoit diet adieu; et, pour conclusion, qu'il estoit votre fidel serviteur, en vous suppliant de le tenir pour tel, et les aider de votre faveur, luy et son frère, pour avoir la bonne grace de leur Prince, qu'il n'avoient jamais offence, et qu'ils estoient en exil par la méchancé te du Comte de Morton, qui n'avoit espargné sea cruaultés envers votre Majesté non plus que envers eux, et que ce qui leur avoit donné le plus de patiance estoit d'estre en peine quant votre Majesté leur souveraine estoit en affliction, et me pria de le faire parler à ceste jeune damoiselle Bscossoise, qui vous est allée servir, qui avoit esté nourie en sa maison, affin qu'elle peult tesmoigner son affection à votre Majesté.
230. The Low Countries.
[1585 ?]Proposition from the men of Holland and Zealand to the King of France.
Spanish, 3 pp.
231. — to Archibald Douglas.
[1585?]Hears that Huntly, Crawford (?) Rothes, Sutherland, and a great number of the nobility, are assembled in the town of Aberdeen, to amend such things as go wroug by Arran's government.
Likewise the Earl Bothwell, Lord Hume, and others, are assembled in Dunbar to the same effect.—Undated.
No signature. 1 p.