Rymer's Foedera with Syllabus
August 1417

Sponsor

Institute of Historical Research

Publication

Author

Thomas Rymer (editor)

Pages

479-487

Annotate

Comment on this article
Double click anywhere on the text to add an annotation in-line

Citation Show another format:

'Rymer's Foedera with Syllabus: August 1417', Rymer's Foedera Volume 9, pp. 479-487. URL: http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=115223 Date accessed: 27 November 2014.


Highlight

(Min 3 characters)

August 1417

Syllabus EntryFoedera Text
Aug. 3. Capitulation for the surrender of the castle of Touque to the K.
O. ix. 479. H. iv. p. iii. 11.
Appunctuamentum, super Sursum redditione Castride Tonqua.
An. 5. H. 5. Norman. 5. H. 5. m. 6.
C'ensuit L'appointment Du Traitee, & par Lettres Indentees Prise, & ACCORDEZ le Marsdy, le Tierce jour d'August, apres que la Siege fuist mise devaunt le Chastell de Tonque par l'Ordenance du, Treshaut & Trespuissant Prince, le Tresexcellent Roy de France & d'Engleterre:
Est assavoir, pur la partie du dit Tresexcellent Roy, commise, de sa grace, ou dite Traitee & Appointment vaqrer & entendre, ses Homes Lieges, Monsieur John Cornwaille, & Monsieur Guillem Porter Chivaler,
Et, pur la partie de l'Adversaire desuisdit Tresexcellent Roy, Guilliam le Conte, Lieutenant depar Messire John d'Angiere Captain en dit Chastell, & John Boneffaut Esquiers, la dite Appointment accorde en cest fourme,
Que, s'ency que le dit Chastell ne soit Recussez ou Succurrez dudeins Lundy, le noefisme jour du susdit Mois prochein venant, devaunt heure de mydy, par puissance de Capitain, acompanez de Gentz d'Armes, que a ycell heure le Lieutenant rendra le dit Chastell de Tonque en les mains du Tresexcellent Roy de France & d'Engleterre, ou a autre de sa Noblesse a ceo commys pur le resceivoir,
Et, sur cest Traitee & Appointment, a le Roy, de sa benigne Grace, ottroie a tous ceux, soiantz dedeinz le dit Chastell, leur Vies, ovesques toutz leur Biens, Hernois, Monturez, Armurez, & autres Choses queconques; hors mys Vitaillez & Artillarie appurtenantz au dit Chastell:
Et, pur yceste Traitee & Appointment entretenir bien & loialment, saunz fraude & male engyn, ount les susditz Deux Esquiers faitz Serement solempnell, & sur Peine de Reprouche, & ovecque ce bailles & deliveres hors du dit Chastell oept Hostages, bones notables, & suffisantz a le voluntee du Roy, &, apres la Deliverance du dit Chastell, d'en estre Renduz franchement & quitement, come les autres que sont demurrez dedeins;
Purveu que, si le dit Chastell soit par force, come dit est, Socurrez, adonques les Hostages parailment d'en estre Renduz:
Et, pur yceste, desuis contenuz, pluis veritablement approver & entretenir, ount les Parties suisditz mises a cestes presentz lour Sealx; le quelles feurent escritz & sealez le suisdit Tercie jour du cest present Moys, en l'An nostre Seigneur M.CCCC.XVII.
Aug. 7. Capitulation for the surrender of the castle of Auvillers to Thomas earl of Salisbury and the lord of Montharemer.
O. ix. 480. H. iv. p. iii. 11.
Appunctuamentum d' Auvillers.
An. 4. H. 5. Ibid.
Ceste Endenture fuist FAIT le Samedy, vii. jour d'Aoust, l'An M. CCCC. & XVII. du TRAITE & APPOINTMENT de la Rende du Corps du Chastell & Forteresse d'Auvillers, fait en la manere qui enssuit,
Messire Richart de Tournebu Chivaler a promis Rendre son dit Chastell & Forteresse a Roy d'Engleterre & de France, en la Main de Thomas Conte de Saresbirs & Seigneur du Montharemer, a prendre Possession d'icelui par sa main, ou son Depute, le Samade prouchain ensuant du jour que le Chastell du Tonque serra Rendu, en cas que Rendue serra;
Et, en cas que non, le dit Chivaler ne serra tenue Rendre son dit Chastell:
Et promist le dit Chivaler Garder icelui son Chastell jusque a dit jour de Samedy, saunz soy en forchier, ou pourchaser Aliance, pour la Garde du dit Chastell, en prejudice du dit Roy d'Engleterre & de France, par le moien de ce que le dit Chivaler purra & avera temps de veudir du dit Chastell son Corps, & les Corps de toutz ses Gens, avesque tous les Biens dudeins d'icelui Chastel, en Chivaulx, Joualx, Deniers, Harnoils, Canons, & autres Habillemens, tant en especiale, que en general, tous & que dedeins le dit Castell est a present: Excepts les Grains, d'ont il ne fera nul veudre;
Et, pur les dis Corps & Biens vuider & mener, ou il plerra, au dit Chivaler le dit Conte de Salbiers luy promist fere avoir Deux saufs Conduis, seeles du Seel du dit Roy d'Engleterre, l'un pur aler en la compaignie des dis Biens, auter pur son Corps de Luy, & de ses Gens, tant pour aler que pour demurer en son dit Chastell le temps pendant de la vuidre, qui durera jusque a le Vendredy prouchain venant en Huit Jours, jusque a Soleil recoussant:
Et, toutes voies, le dit Counte purra metter ses Gens dedeins le dit Chastell dedeins le dit jour de Samedy, si luy plest,
Et, non obstant, le dit Chivaler pourra touz jours voider le dit Chastel, jusque a dit jour de Vendredy en Huit Jours;
Maiz ne purra aler ne vener en dit Chastell, apres icelui jour de Samedy, que ne Quinsze Persones pur vuider:
Et serront en Seurte par les ditz sauf Conduis tous ceulx, que yront & vendront en la Compaignie du dit Chivaler, ou de ses Gens:
Et, pour la Seurte de cest present Appointment, le dit Chivaler bailla en Hostage Robin de Tournebu son Filz, Jehan le Boutellier, & viii. Varletz:
Et le dit Conte promist au dit Chivaler Luy envoyer ses ditz Deux sauf Conduiz, dedeins demain Soleil rescoussant, ou Lundy Matyn.
En Tesmoing. des quelles choses ses Presentes sont signes de la Main du dit Cont, & du Seel du dit Chivaler, Escript come dessus.
Aug. 8. Safe conduct for Richard de Tournebu, captain of the castle of Auvillers. Tongue.
O. ix. 481. H. iv. p. iii. 11.
Super dicto Appunctuamento de salvo conductu.
An. 5. H. 5. Norman. 5. H. 5. m. 27.
Henricus, Dei gratiâ, Rex Franciae & Angliae, & Dominus Hiberniae, Universis & Singulis Admirallis, Capitaneis, Castellanis, & eorum Locatenentibus, Custumariis, custodibus Portuum Maris & aliorum Locorum Maritimorum, necnon Vicecomitibus, Majoribus, Ballivis, Constabulariis, ac aliis Officariis, Ministris & Ligeis nostris, tam per Terram quàm per Mare constitutis, infra Libertates, & extra, ad quos praesentes Literae pervenerint, Salutem.
Sciatis quòd,
Cum Ricardus de Tournebu de Normannia Chivaler se obligaverit Castrum d'Auvillers, infra Ducatum nostrum Normanniae, in Manus nostras Sursum reddere, & illud, juxta formam cujusdam INDENTURAE, inde confectae, nobis Liberare,
Nos, eâ consideratione, Suscepimus ipsum Ricardum, ac Homines, & Servientes suos, in Castro praedicto ad praesens existentes, ab eodem Castro, usque Quartumdecimum Diem Augusti proximo futurum, transeundo, & in idem Castrum per tempus praedictum, & abinde, usque Vicesimum Primum Diem Augusti immediate sequentem, reveniendo, & exinde abeundo, ac Equos, Res, & Hernesia sua quaecumque, in Salvum & Securum Conductum nostrum, ac in Protectionem, Tuitionem, & Defensionem nostras speciales;
Et ideo vobis Mandamus &c.
Proviso semper quod ipsi quicquam, quod in nostri contemptum vel praejudicium, aut Conventionis INDENTURAE praedictae laesionem, aliqualiter ceder valeat, interim non attemptent, nec facient aliqualiter attemptari.
In cujus &c. in sorma praedicta duraturas.
Teste Rege apud Tonque Octavo Die Augusti.
Per ipsum Regem.
Aug. 12. Confirmation of the prorogation of the truce with Flanders, dated July 23. Westm. (fn. 1) O. ix. 481. H. iv. p. iii. 11.De Confirmatione Treugarum Flandriae.
An. 5. H. 5. Franc. 5. H. 5. m. 8.
Rex Omnibus, ad quos &c. Salutem.
Inspeximus quendam Tractatum, inter Commissarios, Deputatos, & Procuratores nostros, & Ambassiatores, Illustris Principis, Domini Ducis Burgundiae factum in haec verba,
Omnibus Christi Fidelibus, ad quos praesentes Literae pervenerint, Henricus Ware Custos Privati Sigilli &c. Willielmus Lyndwode Legum Doctor &c. ut de Dat. 23. die Julii.
Nos autem,
Tractatum praedictum ac omnia & singula in eodem Tractatu contenta Rata habentes & Grata,
Ea, Tenore Praesentium, ex certa Scientia nostra, Laudamus, Acceptamus, Approbamus, Ratificamus, & Confirmamus, Promittentes Nos, bonâ fide & in verbo Regio, ac sub Obligatione Omnium Bonorum nostrorum praesentium & futurorum, Omnia Praemissa, Tractata, Declarata, Extensa, & Ordinata, Rata & Grata habituros ac observaturos, & per nostros Subditos inviolabiliter observari facere, nec ipsa infringi aut dirumpi quomodolibet permittemus, durante Termino Treugarum praedictarum; omnibus Dolo & Fraude exclusis.
In cujus rei Testimonium has Literas nostras fieri, & Magni Sigilli nostri munimine fecimus roborari.
Teste Johanne Duce Bedfordiae, Custode Angliae, apud Westmonasterium duodecimo die Augusti,
Per ipsum Regem.
Aug. 12. Confirmation of the truce with Flanders, dated July 31. Westm.
O. ix. 482. H. iv. p. iii. 12.
Treugarum Flandriae, pro Securitate Mercatorum, Confirmatio.
An. 5. H. 5. Ibid. m. 12.
Rex Omnibus, ad quos &c. Salutem.
Inspeximus quendam Tractatum, inter Commissarios, Deputatos, & Procuratores nostros, & Ambassiatores, Illustris Principis, Domini Ducis Burgundiae factum in haec verba,
Universis Christi Fidelibus, ad quos &c. ut supra de Data ultimo die Julii tunc sic,
Inspeximus etiam Irrotulamentum Confirmationis Treugarum, inter Ambassiatores & Nuncios Carissimi Domini & Patris nostri Henrici nuper Regis Angliae Defuncti, & Commissarios, Depuratos, & Nuncios praedicti Ducis Burgundiae nuper captarum & initarum,
Henry &c. ut in Tractatu de Data 10. die Murtii. 8. H. 4. tunc sic.
Nos autem,
Tractatum praedictum ac omnia & singula in eodem Tracta, Contenta, Rata habentes & Grata,
Ea, Tenore Praesentium, ex certa Scientia nostra, Laudamus, Acceptamus, Approbamus, Ratificamus, & Confirmamus,
Promittentes Nos, bonâ fide, & in verbo Regio, ac sub Obligatione omnium Bonorum nostrorum, praesentium & futurorum, Omnia Praemissa, Tractata, Declarata, Extensa, & Ordinata, Rata & Grata habituros ac observaturos, & per nostros Subditos inviolabiliter observari facere, nec ipsa infringi aut dirumpi quomodolibet permittemus, durante Termino Treugarum praedictarum; omnibus Dolo & Fraude exclusis.
In cujus rei Testimonium has Literas nostras Patentes fieri, & Magni Sigilli nostri munimine fecimus roborari.
Teste Johanne Duce Bedford. Custode Angliae apud West. Duodecimo die Augusti.
Per ipsum Regem.
Aug. 13. The K. informs the K. of France of his intention to recover his inheritance in France. Tongue.
O. ix. 482. H. iv. p. iii. 12.
Litera Regis ad Adversarium de Francia.
An. 5. H. 5. Ex Registra Bathon. Epis.
Henricus, Dei gratiâ, Rex Franciae & Angliae, & Dominus Hiberniae, Serenissimo Principi & Adversario suo, Carolo Cognato nostro de Francia, Exhibitionem Justitiae & Juris, in eo qui Justitiam diligit, & videt Aequitatem Scientiarum, cuinihil est incognitum necignoratum in toto Orbe Terrarum, quod Notorium esse putamus, quàm maximè Laboribus, Sudoribus, Fatigiis, nec minori desiderio, Deo Teste, a Tempore quo Dominico Nutu Sceptrum Regiae Dignitatis suscepimus, & Pacis & Concordiae Reformationem, inter Franciae & Angliae Regna, inquirere non cessavimus & prosequi Mediis, Deo gratis, quae longum foret per singula recensere.
Sed quamquam, per Nos apertis ad hanc Pacem Viis & Modis amplissimis, circa Effectum & Stabilimentum tam Salutaris Rei, purâ Mente, Intentione rectâ, Fide non fictâ, & cum Summa Diligentia, continuè nos versaremur; praemissa nichilominus debitae Consideratinis intuitu non attendentes, Haereditaria Jura Progenitorum nostrorum & Nostra quae ad dudum per continuatam injuriam detinuerunt Praedecessores vestri, detinuistis & Vos, prout adhuc detinetis & vos de praesenti, Nobis semper in Conclusione Restituere denegastis, Nosque Pavistis Foliis Verborum & non Fructu.
Et postea, sub ea Spe Coelestis Favoris & Auxilii, Justitiâ Causae nostrae admodum nos urgente, circa Recuperationem nostrorum Jurium praedictorum prosequendam jam venimus, & in hoc Ducatu nostro Normanniae hujus rei gratiâ, constituimus de praesenti.
Verùm,
Satis anxiè revocantes ad animum enormia Guerrarum Discrimina, quae inter ipsa Regna nostra non solum, sed in tota Christianitate proinde, temporibus praeteritis, fuere subsecuta, quae Similiáve Majora (quod Deus avertat) rursum, vestri culpâ, venire contingant ut videantur,
Vos, ut saepiùs, Petimus, Requirimus, & attentiùs exhortamur in eo qui Vivorum & Mortuorum est Dominus, in cujus Manu Jura sunt Regnorum & omnium Potestates, quatinus Coronam & Regnum Franciae solum & in solidum Liberetis, non minori jure quàm Haereditario Nobis Spectantia, quemadmodum ex debito Justitiae Tenemini, Restituatis de facto & realiter Liberetis:
Alioqui, si, adhuc Nobis Justitiam facere recusatis, majora mala succedant, ipsum Deum & Salvatorem Nostrum Jesum Christum, qui in Mundum venit ut Testimonium perhibeat Veritati in nostrae Innocentiae Testimonium invocamus.
Datum, sub Privato nostro Sigillo, in Nostro Exercitu apud Castrum nostrum de Togua, Mensis Augusti Tertiodecimo, Anno Domini Millesimo Quadringentesimo xvii. Regnorum verò nostrorum Anno Quinto.
Aug. 17. Confirmation by John duke of Burgundy of the treaty with England for safety of merchants and fishermen. Amiens.
O. ix. 483. H. iv. p. iii. 12.
Treugarum super Cursu Merchandisarum Confirmatio.
An. 5. H. 5. Infra Bibl. Cot. Caligula D. 5.
Jehan, Duc de Bourgoingne, Conte de Flandres, d'Artois, & de Bourgoingne, Seigneur de Salins & de Malines, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme, en oultre & par dessus, plusieurs Poins & Articles, de pieca, des Licence, Pouvoir, & Auctorite, a Nous sur ce donnez, de mon Seigneur le Roy, accordez, par noz Commis avec les Commis de la partie d'Engleterre, pour la Marchandise avoir Cours seurement, par Maniere de Provision, entre le Royaulme d'Engleterre, la Ville de Calais, & les autres, Pays, Terres, & Lieux, tenuz & occupez par les Engles, & noz Conte & Pays de Flandres, les Pelerins d'un Partie & d'autre Passer & faire leurs Pelerinages, les Clers du dit Royaulme d'Engleterre aler a Court de Romme, & les Pescheurs generalment aler peschier sur Mer, par certaine Espace de Temps, de puis par plusieurs Fois, selon l'Exigence du Temps, Proroguie, & darreinerement jusques a Un le Quinziesme Jour du Mois de Juing darreinerement passe, Suppose & non Obstant que la Guerre fust ou seroit ouverte entre mon dit Seigneur le Roy & son Royaulme & la dicte Partie d'Engleterre,
Aucuns autres Poins, pour la dicte Marchandise estre exercee plus seurement, & eviter plusieurs inconveniens, Griefs, Perilz, & Dommages, qui autrement eussent peu ensieur aus diz marchans pelerins, Clers, & Pescheurs, tant en Corps, Comme en Biens, aient aussi, le dit Temps pendant, este Accordez, de noz Sceu & Volente, avecques les dis Ambassateurs de la Partie d'Engleterre, en la Maniere qui s'ensient,
PREMIERS, Que, par Ceulx de la Partie d'Engleterre sur la partie de Flandres, ne par Ceulx de Flandres sur la Partie d'Engleterre, ne sera fait aucune Violence, Desaise, ou Dommage aux marchans, Maistres de Neifs, Maronniers, Pelerins, Clers, Pescheurs, d'un Coste & d'autre, ne a leurs Facteurs, Familliers, ou Serviteurs, ne a leurs Biens ou Vasseaulx el quelconque Lieu qu'ilz les treuvent sur Mer, ne de quelque Partie qu'ilz viengnent.
Item, Se, par Escumeurs ou autres Gens labourans sur la Guerre, aucuns Biens des Marchans d'Engleterre ou de Flandres estoient prins sur Mer, & Amenez en aucuns des Ports ou Havres de l'une Partie ou de l'autre, que Iceulx, Biens ne porront illecques estre venduz ne Alienez sur Terre, ne mis a Terre: &, s'ilz estoient ainsi Venduz, Alienez sur Terre, ou mis a Terre, que Restitution sera fait des ditz biens ou de leur Valeur aux Marchans, de qui on les auroit Prins; & auront les Officiers des Lieux mandement expres, par Lettres Patentes, tel qu'il appartiendra, de faire faire la dicte Restitution, toutes les Fois que le Cas escherra, sur Paine de le Recouvrer sur eulx, se les diz Biens estoient ainsi venduz, ou alienez sur Terre, ou mis a Terre, de leur Sceu ou Souffrance: Et avec ce, sera faicte Deffense es Ports & Haures, d'un Coste & d'autre, sur certaines & grosses Paines, que aucun (de quelque Nation q'il soit) ne achate a Terre, ne pour mettre a Terre aucuns des diz Biens.
Item, que es Vitailles, Marchandises, & autres Biens, venans des Parties del Oist vers le Royaulme d'Engleterre, ou a Calais, ou devers Flandres, par Quelxconques Personnes, non Ennemis a l'une Partie ou a l'autre, & en quelxconques Vasseaulx ilz soient menez, ne sera par ceulx de l'une Partie ne de l'autre mis empeschement ne destourbier en quelconque Maniere.
Item, Se Aucuns Vasseaulx de Marchans, de la Partie d'Engleterre ou de Flandres, non Ordonnez pour Guerre, Chargiez ou non Chargiez, estoient, par Fortune de Temps, par Force d'Ennemis, ou autrement, chaciez, ceulx de l'une Partie en aucuns des Ports ou Haures de l'autre Partie, que les diz Vesseaulx, avec les Marchans & Maronniers estans en iceulx, y serront Receuz seurement, & s'en porront partir franchement, a tout leurs Biens & Marchandises, sans Contredit ne Destourbier; Pourveu qu'ilz ne mettent a Terre, ne en autres Vasseaulx, leurs dis Biens & Marchandises, sans Congie & Licence des Officiers du Prince du Pays, ou d'autres aians Povoir a ce.
Item, que, de la Partie d'Engleterre, ser Designe Chemin Grande & Large, entre Calais & Gravelinghes, pour les Marchans d'une Coste & d'autre, & autres comprins en ceste Seurte, y Aler, Passer, & Retourner Seurement: Et Nous, pour la Partie de Flandres, ferons avoir & designer, pour les Marchans & autres Personnes de la partie d'Engleterre dessus exprimez, Chemin, grand & large assez pour Aler, Passer, & Retourner seurement par les Dunes de Flandres, sanz y estre arrestez ne empechiez; par ainsi qu'ilz ne mainent avecques eulx aucuns leurs Chiens, ne facent aucun Dommage ou Prinse des Conins es dictes Dunes.
Item, ou Cas que aucuns Marchans, Maistres de Neifs, ou Maronniers, de la Partie d'Engleterre ou de Flandres, estans es Ports ou Haures de l'une Partie ou de l'autre, se traisissent a aucune Neif, venant de la haulte Mer, pourparler a ceulx de la dicte Neif, avant que l'Officier du Prince, a qui il appartient, y eust parle, que pour ce ilz n'encuerrent en aucune Fourfaiture ou Amende.
Item, que les Marchans d'Engleterre & de Flandres, leurs Facteurs, Familliers, Maistres de Neifs, ne aucun d'eulx, pour nul Trespas ou Depredation, qui ait este fait, par l'une Partie a l'autre, sur Mer, ne sur Terre, paravant le Temps de ce present Accort, ne seront ceulx de l'une Partie ou Pays de l'autre grevez ne desaisiez en Corps ne en Biens, ne pour ce eulx, ne leurs Neifs, ou Biens Arrestez ne traiz a Loi par aucunes Personnes de l'une Partie ne de l'autre, ne autres quelxconques, par Voie de Marque ne autrement.
Item, que les Villes de Calais & Gravelinghes seront mises, tenues, & gardees en telle Gouvernance, & si loyal & ferme Seurte, que les Marchans, leurs Facteurs, Familliers, Maistres de Neifs, Pelerins, & autres Personnes, comprinses en ceste seurte, d'un Cost & d'autre, y seront & porront estre amia blement & seurement Receuz en Alant Demourant, & Retournant en leurs Besoingnes.
Item, que par les Gens des Garinsons, de Calais, & des autres Forteresses, tenues & occupees de la Partie d'Engleterre, es Marches de Picardie, ne autres Gens de la Partie d'Engleterre, en issant des dictes Forteresses, ou des Terres, Tenues & Occupees des Englois, es dictes Marches de Picardie ne seront faictes Courses, ne autre Fait de Guerre, sur le Pays de Flandres; &, pareillement, ne seront faictes Courses, ou autre Fait de Guerre, par aucuns de nôtre dit Pais de Flandres, ne des Garinsons de Gravelinghes, ou autres Forteresses de Flandres, ne aussi des Garinsons des autres Forteresses tenues de la Partie de France es dictes Marches de Picardie, en issant de Gravelinghes, ou autres Lieux de Flandres, sur les dictes Forteresses & Terres, tenues & occupees de la dicte Partie d'Engleterre en Picardie.
Item, que les Maistres de Neifs & Maronniers de la partie d'Engleterre, a leur venue es Ports & Haures de nôtre dit Pays de Flandres, porront faire Licitement lier leurs Neifs, es dis Ports & Haures, par la Maniere que feront Francois, Hollandois, Zellandois, & Escohois, sans encourir pour ce en aucune Fourfaiture ou Amende: Et semblablement, porront faire les Maistres de Niefs & Maronniers de Flandres es Ports & Haures de la Partie d'Engleterre.
Item, que les Marchans, Maistres de Niefs, & Maronniers de nôtre dit Pays de Flandres, ou demourans en Flandres, ne Amenront, par Fraude, ne Coleur quelconque, aucuns Biens ou Marchandises des Ennemis des Englois par Mer; &, en Cas qu'ilz en loient demandez, par aucuns Escumeurs, ou autres Gens de la Partie d'Engleterre, eulx en feront juste & plaine Confession; & que pareillement les Marchans, Maistres de Neifs, & Maronniers de la Partie d'Engleterre n'Amenront, par Fraude, ou Coleur quelconque, aucuns Biens ou Marchandises de Estrainginers, Ennemis des Flamens: & s'ilz en estoient demandez, par aucuns de Flandres, qu'ilz en feront juste Confession comme dit est.
Item, que les quatre Membres de Flandres, par nôtre Ordonnance, se Oblegeront, par Lettres seelles de leurs seaulx, de tenir loyaulment & inviolablement tous les Poins de ce present Traite, & chascun d'iceulx, qui tant par mon dit Seigneur, le Roy, nôtre & leur Seigneur Souverain, comme par Nous seront Accordez, & d'ont mon dit Seigneur le Roy bailleroit ses Lettres, & Nous les nôtres, sans enfraindre, ne aler, ou faire a l'encontre.
Item, que toutes les Choses & chascune d'icelles, Accordees par ce present Traitie, seront Gardees & Observees, pour la partie d'Engleterre, ou Royaulme d'Engleterre, a Calais, & en toutes les autres Villes, Seignouries, & Lieux appurtenans & obeissans eu Roy d'Engleterre: Et, pour la Partie de Flandres, en noz dis Conte & Pays de Flandres, & es autres Villes, Seignouries, & Lieux, appartenans & obeissans & Nous, entre Flandres & Couloigne sur le Rin; Et y porront seurement les Marchans, & autres persones, comprins en ce Traite, aler, converser, estre, demourer & marchander, par la Maniere susdicte, sans empeschement quelconque.
Item, que, pendant le dit Accort, l'en procedera ou fait Princepal du Traitie, autreffois en Commencie, sur le Cours de la Marchandise entre Engleterre & Flandres, & sur le fait de la reparation de Exces, Prinses, & Dommages, qui par cy devant ont este fais de l'une Partie sur l'autre, d'ont l'en a autreffois tenu Parlement & Traitie; & sur ce l'en prendra Jour d'estre ensemble en tel Lieu que l'en sera d'Accort.
Item, s'il advenoit (que Dieu ne veulle) que, par aucuns de l'un Coste ou de l'autre, aucune chose feust faicte ou attemptee contre l'Estat de cest present Accord & Seurte, en quelconque Lieu, ou par quelconque Voye, Ja pour tant cest Accort ne sera tenu ne entendu enfraint, ne pour ce Guerre, Arrest, ne Destourbier d'aucunes des Personnes, touchiees en cest Traitie, ne sera fait ne meu; mais sera le fait repaire par les Seigneurs de l'une & l'autre Partie, & mis en son Premier Estat & Deu,
Et Il soit ainsi que, pour l'Entretenement & Continuation de la dicte Marchandise, la quelle se fait au Prouffit commun de la Chose Publique, les dis Poins & Articles & aussi les autres Articles, Accordes du Cours de la Marchandise, a l'Assemble que les Commis, a ce Deputez & envoiez de par Nous en Engleterre, ont faite n'agaires, de nôtre Commandement, avec les Ambassateurs de la Partie d'Engleterre, aient par Traitie en entre eulx de Rechief este Accordez & Proroguiez de la Feste de Pasques prochainement venant, & d'icellui Jour de Pasques Jusques au Jour de Pasques l'An revolu incluz, prochain apres ensievant, que sera l'An de Grace Mil, Quatrecens, & Dix Neufs; Suppose & non Obstant que la dicte Guerre soit ou fust overte entre mon dit Seigneur le Roy & son Royaulme & la dicte Partie d'Engleterre comme dit est;
Pourveu, toutesvoies, que tant que la Guerre serra, ou que Reprisailles ou Marques dureront, entre le Roy d'Engleterre & la Cite de Jennes, ou la Seignourie d'icelle Cite, Aucun de Flandres, ou de quelque
Pays qu'il soit, ne porra ses Biens ou Marchandises, durans ces presentes Seurtez ou Treues, mettre es Caraques, Galees, ou Niefs des Genevoies; &, s'aucun le feist, ce seront a son Peril:
Et, se d'Aventure aucuns Biens ou Marchandises, es chargies Caraques, Galees, ou Niefs des Genevois, estoient prins ou Niefs des Genevois, estoient prins ou arrestez par le dit Roy d'Engleterre, ou ses subges, en quelxconques Lieux que ce feust (hors toutesvoies les Ports & le Pays de Flandres) que Iceulx Biens & Marchandises, par la Vigeur de ces Presentes, Seurtez, Trieues, ou Provisions, ne porront ou deviont estre Restorez ou Restituez;
Pourveu aussi que, durant les dictes seurtez ou Trieues, les Biens des Engles ne dovient pas estre prius ou arrestez en Flandres; ne les Biens des Flamens en Engleterre, se ce n'est Pour Nouvelle Debte ou Delit, Fait ou perpetre illecques, de puis le
Moys de Juillet darreinment passe, que ces presentes Seurtez & Trieues furent accordees, si comme ces Choses par noz dis Commis Nous a este Rapporte.
Savoir faisons que, Veu les Poins & Articles dessus exprimez, ainsi Accordez, Traitiez, & Proroguiez, de noz sceu & Volente, Nous pour Nous, le Conte & Paiis Flandres, & pour toutes noz autres Terres, Villes, & Seignouries, que Nous avons, Appartenans & Obeissans a Nous, entre noz dis Conte & Pays de Flandres & Couloigne sur le Rin, & pour tous noz Sub- ges d'iceulx Conte, Pays, Villes, & Seignouries, Avons Loe, Gree, Approuve, & Conferme, Loons, Greons, Approuvons, & Confermons, & les Promettons par la Foy de nôtre Corps & sur nôtre Honneur a tenir, & faire tenir, fermement & loyalment, sans enfraindre par la Teneur de ces Presentes,
Si donnons en Mandement a tous Capitains & Gouuerneurs, Baillez, Chastellaines, Prevostz, Mayeurs, Sergens, Justiciers, Officiers, & Subges de nôtre dit Conte & Pays de Flandres, leurs Lieuxtenants, & a chascun d'eulx, que les Poins & Articles, dessus exprimez, & chascun Point a par lui, tiengnent & gardent, facent tenir & garder, & en laissent les diz Marchans, leurs Facteurs & Familliers, Maistres de Niefs & Marronniers, Pelerins, Clers, Pescheurs & autres, denommez es dictes Lettres, & chascun d'eulx, d'un Coste & d'autre, paisiblement & plainement Joir & User, sans empeschement, ne faire, ou aler, ne soufirir estre fait, en a l'encontre en aucune Maniere, le dit Temps durant,
Et ces presentes, & tout le Contenu en Icelles, noz dis Officiers, qu'il appartendra, publient, ou facent publier, en toutes les Villes, Ports, Havres, & autres Lieux de notre dit Pays de Flandres, ou l'en a accoustume a faire Criz & Publications, ou mestier sera, & d'ont ilz seront Requis; a fin que aucun n'y puisse pretendre Ignorance.
Et les Transgresseurs, s'aucuns saissent ou alassent a l'encontre, en aucuns des Poins dessus declairez, Punissent vigoreusment, en Corps & en Biens, selon la Qualite du Meffait, si que ce soit Exemple a autres d'eulx en Garder.
Et, avec ce, facent Restitution des Dommages a ceulx, & par la Maniera qu'il appartendra, sans Deport ou Delay, ne sur ce attendre autre Mandement de Nous.
En Tesmoignance de ce Nous avons fait mettre a ces presentes nôtre Seel de Secre en l'Absence de nôtre Grand Seel.
Donne Ammiens le Dix Septisme Jour d'Aoust, l'An de Grace Mille, Quatre Cens, & Dix Sept.
Par Monsieur le Duc.
Seguinat.
Sigillo avulso
.
Aug. 20. Power for Gilbert Talbot of Irchynfeld and Gilbert Humframvil to take possession of all castles and towns in Normandy. The Abbey of S. Stephen's, Caen.
O. ix. 486. H. iv. p. iii. 13.
De Potestate Recipiendi ad Pacem Regis.
An. 5. H. 5. Pat. Norm. 5. H. 5. m. 27.
Rex, Dilectis & fidelibus suis, Gilberto Talbot de Irchynfeld, & Gilberto Humframvil, Salutem.
Sciatis quòd Nos (de fidelitate & Circumspectione vestris pleniùs confidentes) Dedimus vobis plenam, Tenore Praesentium, Potestatem & Auctoritatem, ad omnia & singula Castra, Fortalitia, Villas firmatas, & alia quaecumque, infra Ducatum nostrum Normanniae, quae contra Nos & Jus nostrum Haereditatum Manu forti tenentur, si necesse fuerit Debellandum, & Ea Potestati & Dominationi nostris Subjiciendum, & in Manum nostram Capiendum, ac omnes & singulos Habitatores Castrorum, Fortalitiorum, Villarum firmatarum, & aliorum Locorum praedictorum, qui se Gratiae & Paci nostris submittere voluerint, ad Gratiam & Pacem nostras, ac in Protectionem, Tuitionem, & Defensionem nostras speciales, Recipiendum, & eis, in Signum hujusmodi Gratiae & Pacis, Vexillum nostrum vel vestrum Liberandum.
In cujus &c. quamdiu Regi placuerit duraturas.
Teste Rege apud Abbatiam Sancti Stephani de Caen in Ducatu Regis Normanniae xx die Augusti.
Per ipsum Regem.
Aug. 26. Capitulation for the surrender of the castle of Villiers to John earl of Huntingdon.
O. ix. 486. H. iv. p. iii. 13.
Appunctuamentum super redditione de Villiers.
An. 5. H. 5. Ibid. m. 6.
Ceste Endenture fuist FAIT, le xxv. jour d'Aoust, l'An Mille, Quatrecens, xvii. du TRAITE & APPOINTMENT de la Rendue du Corps du Chastell & Forteresse de Villiers, fait en le manere q'ensuit;
Rauf de Covert & Thomas de Surayne ont Promis Rendre le dit Chastell & Forteresse au dit Treshault & Tresexcellent Prince Henry, par la grace de Dieu, Roy de France & d'Engleterre, en le main Johan Cont de Huntingdon, a prendre Possession de celluy, par sa main, ou son Deputee, le Second jour de Moys de Septembre prouchein venant, en cas que si ainsi n'est que le dit Chastel ou Forteresse soit Rescouz ou Soucurrez, le dit Seconde Jour, devant le Heure de Mydy, par Puissance de l'Adversaire du dit Roy, du Daulphin, ou Monsieur de Montenay, ou l'un d'eulx en leur propre persones, acompaigniez ovec notable Puissance de Gens d'Armes & d'autres, que a celle heure les ditz Rauf de Covert & Thomas de Surayne Rendront le dit Chastell & Fortresse au dit Tresexcellent Roy de France & d'Engleterre, en les mains du dit Cont de Huntingdon, ou de son Depute:
Et promettont les ditz Rauf & Thomas Garder le dit Chastell ou Forteresse, jusque a dit Seconde Jour, saunz leur enforcier ou purchacier Aliance, pur la Garde du dit Chastell ou Forteresse, en prejudice du dit Tresexcellent Roy de France, par le moien de ceo que les ditz Rauf & Thomas purront & averont temps de Vuider le dit Chastell ou Forteresse tant en Chivalx, Choses, Biens, Joialx, & Hernoys queconques; hors mys Vitaille & Artilletie pur le Stuff du dit Chastell ou Forteresse:
Et sur cest Traitee & Appointment ad le dit Tresexcellent Roy de France & d'Engleterre, de sa benigne Grace, Ottroie a toutes ceux, esteantz dedeinz le dit Chastell ou Forteresse, leur Vies, ovec toutes leur Biens, Hernois, Montures, Armures, & autres Choses queconques; hors mys Vitaille & Artillerie come dessuis:
Et sur ceo ad le dit Tresexcellent Roy de France & d'Engleterre Grauntez as dit Rauf & Thomas Lettres de Saufconduit, Seales soubz son Grand Seal, a durerz jusquez au dit Second Jour:
Et, pur y ceste Traite & Appointment entretenir bien & loialment, saunz fraude ou male engyne, ont les ditz Rauf & Thomas faitz Serement solempnel, & sur Peine de Reprouche; &, ovesque ceo, baillez & deliverez Alien le Covert, Fitz & Heir au dit Rauf, en Hostage a le volunte du dit Tresexcellent Roy de France & d'Engleterre; &, apres la Deliverance du dit Chastell ou Forteresse, d'en estre Renduz franchement & quitement, come les autres qui sont demurrez dedeins;
Pourveu que, si le dit Chastel ou Forteresse soit par force, come dit est, Rescours & Succurrez, adonqes le dit Alein paraillement d'en estre Renduz:
Et, pur v cestes desuis contenuz pluis veritablement approver & entretenir, ont les Parties suisditz mises a cest presentz leur Sealx; les quelles feuront escriptz & Seales le susdit Second Jour, l'An susdit.

Footnotes

1 Documents during the King's absence are attested by the duke of Bedford.