Rymer's Foedera with Syllabus
March 1422

Sponsor

Institute of Historical Research

Publication

Author

Thomas Rymer (editor)

Pages

176-200

Annotate

Comment on this article
Double click anywhere on the text to add an annotation in-line

Citation Show another format:

'Rymer's Foedera with Syllabus: March 1422', Rymer's Foedera Volume 10, pp. 176-200. URL: http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=115294 Date accessed: 21 October 2014.


Highlight

(Min 3 characters)

Contents

March 1422

Syllabus EntryFoedera Text
March 2. Restitution of the fruits of the benefices held by Antony de Nubilaria, archdeacon of Cotentin, and three others. Rouen Castle.
O. x. 176. H. iv. p. iv. 50.
De Restitutionibus Fructuum.
An. 9. H. 5. Norm. 9. H. 5. m. 7. d.
Rex, Venerabili in Christo Patri, Pandulpho, eadem gratiâ, Episcopo Constanciensi, seu ejus Vicariis in spiritualibus, ac, dilectis sibi in Christo, Cantori & Capitulo Ecclesiae praedictae, necnon universis & singulis Ballivis, Vicecomitibus, & eorum Locatenentibus, caeterisque Officiariis, Ministris, Ligeis, & subditis nostris quorum interest, Salutem.
Mandamus vobis, & vestrûm cuilibet, prout ad eum pertinuerit, quòd, dilectum nobis, Magistrum Anthonium de Nubilaria, Doctorem in Decretis, Archidiaconum de Costantyn in Ecclesia supradicta,
Qui Juramentum Fidelitatis ac Sacramentum, debitum de conservando Praesentem PACEM, inter praecarissimum Patrem nostrum Franciae & Nos conclusam & concordatam, fecit & praestitit,
Omnimoda Fructus, Obventiones &c. prout in Similibus de Restitutione Literis.
Teste Rege apud Castrum suum Rothomagi, secundo die Martii.
Consimiles Literas habent;
Magister Silvester Vite de Pausauro Magister in Artibus, Canonicus in Ecclesia Constantiensi &c.
Gullielmus le Feure, Curatus Ecclesiae Parochialis de Sancto Antonio in Foresta.
Theobaldus le Huchier, Capellanus Capellae sive Leprosariae Sanctae Margaretae de Lortiey Rothomagensis Dioecesis &c.
March 3. John count of Foix is appointed governor of Languedoc by the French K. on his taking the oath to the treaty of Troyes. S. Pharan lez Meaux.
O. x. 176. H. iv. p. iv. 51.
Appunctuata per Ambaxiatores Comitis Fuxi, cum Scedula Praepositi Parisius annexa.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Nous,
Bertran de Domasain Escuier, Jehan de Forton Licencie en Droit Canon, & Johan de Santerisse Escuier, Conseillers, Ambassadeurs, Procureurs, & Messagiers, de Haut & Puissant Seigneur, Monsieur Jehan Conte de Foux,
Envoyez de par lui pardevers, Treshaulx, Tresexcellens, & Trespuissans Princes, le Roy de France, & le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France, noz Souverains & Tresredoubtez Seigneurs,
Signifions a touz ceulx, qui ces presentes Lettres verront & orront, que par vertu du Povoir, a Nous sur ce donne depar le dit Monseigneur le Conte,
D'ont la Teneur s'ensuit,
Johannes, Dei gratiâ, Comes Fuxi, Omnibus, ad quos praesentes Literae pervenerint,
Notum facimus quòd,
Nos,
De scientiâ, legalitate, diligentiâ, & probitate, dilectorum nostrorum, Nobilis Viri Bertrandi de Domasaino Scutifferi, Domini Johannis de Fortono in Decretis Licentiati, & Johannis de Santerisse Scutifferi, Consiliariorum nostrorum, ad plenum confidentes,
Nos praefatos, Bertrandum, Johannem, & de Santerisse, Fecimus, Constituimus, & Ordinavimus, Facimus, Constituimus, &, Tenore Praesentium, Ordinamus nostros Ambaxiatores, Procuratores, Negotiorum Gestores, seu Nuncios speciales, specialiter & expressè ad eundum & Se Repraesentandum coram, Illustrissimis Principibus & Dominis nostris metuendissimus Dominis Regibus Franciae & Angliae, & eorum quolibet,
Quibus quidem Ambaxiatoribus nostris, & eorum cuilibet, Dedimus, &, Tenore Praesentium, Donamus & Concedimus plenam & liberam Facultatem seu Mandatum speciale cum eisdem Regibus, & eorum quolibet, Tractandi & Concludendi ea super quibus ad praesens eos Transmittimus,
Necnon Promittendi, & in Animam nostram Jurandi, pro & nomine nostro, tenere & servare PACEM FINALEM, ultimò inter Reges praedictos FACTAM, & omnia Puncta & Articulos in Literis dictae PACIS contentos,
Ac quòd benè & fideliter, posse tenus, dictis Regibus, & eorum cuilibet, Servientes, eis & eorum Praeceptis obediemus,
Patriam Linguae Occitanae & Comitatum Bigorrae benè & fideliter Regemus pro tempore quo Regimen Linguae Occitanae & Bigorrae tenebimus, ipsâsque terras Linguae Occitanae & Bigorrae eisdem Regibus Restituemus, prout per dictos nostros Ambaxiatores extiterit concordatum,
Et super eis, & Dependentiis ex eis, & eorum quolibet, faciendi & praestandi alia Juramenta, secundum casûs exigentiam, & quae Nos faceremus & facere possemus seu deberemus si Praesentes existeremus,
Promittimusque, sub Fide & Juramento nostris, & Obligatione omnium Bonorum nostrorum, praesentium & futurorum, tenere & servare quicquid per dictos nostros Ambaxiatores, aut unum ipsorum, super praedictis, aut aliis eis per Nos injunctis, fuerit Passatum, Concordatum, Promissum, seu Juratum, & quòd nunquam, in Judicio, vel extra, directè vel indirectè, veniemus, aut venire faciemus, contra ea, aut aliquid ipsorum, quae vel quod per praedictos nostros Ambaxiatores, aut eorum aliquem, fuerint Passata, Concordata, Promissa, seu Jurata, Passatum, Concordatum, Promissum, seu Juratum; sed ea tenebimus, & posse tenus servabimus, ac si per Nos personaliter Passata, Concordata, Promissa, seu Jurata extitissent.
In cujus rei Testimonium, in Praesentiâ carissimi Fratris nostri Domini Cardinalis de Fuxo, Domini Bernardi de Gauastano Militis, & Domini Arnaldi de Abbatiâ Consiliarii nostri, Praesentibus nostrum Jussimus apponi Sigillum.
Datum Lascutz, die xxx Mensis Octobris, Anno Domini M.CCCC. xxj.
Ainsi signee.
Per Dominum Comitem.
M. D'anossio.
Nous avons fait, pour & ou nom & en l'Ame de mom dit Sieur le Conte, le Serement de la PAIXFINAL, derrainement faite entre les diz Treshaulx Tresexcellens & Trespuissans Princes, & leurs Royaumes de France & d'Angleterre, ovec certeins autres serementz, en la maniere q'il s'ensuit.
Premierement, nous Jurons & Promettons, ou Nom & en l'Ame de mon dit Sieur le Conte de Foux, que a Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, comme a Governeur & Regent du Royaume de France, & de la Chose publique d'icellui, & de ses Mandemens, ou Mandement Icellui Conte, Entendra & Obeiera humblement, loyaument, & diligement, en toutes Choses touchans & concernans le Gouvernement & Regime du dit Royaume de France, & de la Chose publique d'icelluy, subjecte a Treshault Tresexcellent & Trespuissant Prince, & notre Soverain Seignieur Charles Roy de France.
Item, que Incontinent, aprez le Decez de nostre dit Souverain Seignieur Charles Roy de France, & continuelment, il sera loyaulz Homme, Lige, & uray Subgiet du dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, & de ses Hoirs perpetuelment, & cellui, comme son Souverain Seignieur, & Uray Roy de France, sans opposicion, contradiccion, ou difficulte, Aura & receura, & a Lui, comme uray Roy de France, Obeira; & que Jamais a nul autre, comme a Roy ou Regent de France, n'Obeira, si non a nostre dit Souverain Seignieur Charles Roy de France, & au dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, & a ses Hoirs.
Item, que il ne sera en Aide, Conseil, ou Consentement que, le dit Treshault & Trespuissant Prince, Henry Roy d'Angleterre perde la Vie ou Membre, ou soit Prins de mauvaise Prinse, ou que seuffre Dommage ou Diminucion en ses Personne, Estat, Honneur, ou Choses quelzconques; mais, se il soet ou congnoist aucune tele Chose estre contre Lui pensee ou machinee, il l'Empeschera en tant que il pourra, & par Lui mesmes, par Messages, ou Lettres, Lui fera assavoir le plustost que faire le pourra: Et generalment que, sanz dol, fraude, ou mal engin, il Gardera & Observera, ou fera Garder & Observer, toutes les Choses, Poins, & Articles conte nus es Lettres & Appointemens de la dite PAIX FINAL, faite, accordee, & Juree entre nostre dit Souverain Seignieur Charles Roy de France, & le dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, sans Jamais, en Jugement, ne dehors, directement, ou indirectement, publiquement, ou secretement, par quelconque couleur ou voye que ce soit ou puist estre, venir, faire, ou consentir estre fait au contraire des Choses, Articles, ou Poins dessusdiz, ou d'aucune d'iceulz, mais, en toutes manieres & voyes possibles, tant de Fait, comme de Droit, Resistera a touz ceulx qui vendront, ou attempteront, ou s'efforceront de faire venir, ou attempter, a l'encontre des Choses, Articles, ou Poins dessusdiz, ou d'aucunes d'iceulx,
Item, que Nous, ou aucun de Nous, portans les Lettres de la dite Paix, Retourner devers mon dit Sieur de Foix, icellui Seigneur jurera, en sa Personne, la dite Paix es Mains de Monsieur le Conte de Longeville son Frere, ou d'autre ayant Povoir a ce; & que, le plus tost qu'il pourra aprez, la fera Jurer par les Gens des Troiz Estas & Communaultez des bonnes Villes, de ses Terres, & Paiis, estans ou Royaume de France & Duchie de Guienne.
Item, que le dit Monsieur le Conte de Foiux Gouvernera bien, deuement, & loyaument le Paiis de Languedoc, a l'onneur & utilite des diz Roys, & en leur Obeissance le Gardera, & leur Restituera toutesfoiz qu'il leur plaira; & qu'il ne baillera, ou delivera, ou souffrera estre baille ou delivre, le dit Paiis, ne les Citez, Villes, Chasteaulz, ou Forteresses d'icellui Paiis, ne aucunes d'icelles, a quelconque Personne, si non au Roy nostre Seigneur, ou a nostre Tresredoubte Seigneur le Roy Regent son Beau Filz, ou a leurs Commis & Depputez.
Item, que de chascun Capitane & Officer Royal du Paiis de Languedoc le dit Monsieur le Conte Receura pareil Serement, & leur fera Jurer la dite PAIX.
Item, qu'il Restituera aus diz Roys les Terres de Leutret, de Thor, de Talemont, de Marquefaune, & le Conte de Bigorre, ou cas qu'il ne Monstreroit icelles estre Siennes, dedeins le Terme, & par la maniere accorde en certaines Lettres, cy dessoubz Incorporees de Mot & Mot; les quelles Lettres, ou Nom que dessus, Nous avons eu & avons Aggreables.
Item, que le dit Monsieur le Conte fera diligence d'avoir, ou Service des ditz Roys, en sa Compaigne & desoubz Lui, le Nombre de Gens d'Armes & de Trait, dont on a este d'accord par les dites Lettres (c'estassavoir) jusque a Mille & Cinq Cens Payes; & qu'il les employera a faire Guerre a cellui qui se dit Dalphin, & a ses Alliez, Adherens, & Complices, Ennemis, Adversaires, Desobeissans, & Rebelles des diz Roys; & fera la plus grant diligence qu'il pourra a Remettre le Paiis de Languedoc en la Subjection & Obeissance des diz Roys: & commencera a faire Guerre, & entendre a la Recoverance du dit Paiis, dedens le Premier Jour de Juing prouchainement venant.
Item, que le dit Monsieur le Conte fera & acomplira, de sa Part, toutes les Choses dont l'en est presentement d'accord, selon la Forme & Teneur des dites Lettres cy dessoubz Incorporees, comme dit est: Et pareillement les Jurera faire & acomplir le dit Monsieur le Conte en sa Personne, & en baillera ses Lettres, Confirmatoires de ces Presentes, aus diz Roys, ou a leurs Commis, dedeins le Derrain Jour de Juing prouchain venant: Et ce Promettons & Jurons ou Nom que dessus, en Obligant, pour ce faire & accomplir, tous les Biens, Meubles & Immeubles, du dit Monsieur le Conte, & de ses Hoirs, presens & advenir.
Cy s'ensuit la Teneur des Lettres, dont dessus est faite Mention, (Donne a Saint Pharon les Meaulx) en la forme qui s'ensuit,
Charles, par la grace de Dieu, Roy de France, a tous celuz, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Savoir faisons que Nous,
Ayans en memoires la grant & bonne loyalte, que nostre Treschier & feal Cousin Jehan Conte de Fouix a en tous jours envers Nous & nostre Seigneurie, les grans & notables Services qu'il Nous a faiz de long temps en plusers & diverses manieres, & les grans Penes & Labours qu'il a souventesfoiz portez & soustenuz pour noz grans Affaires & Besongnes,
Desirans pour ce Recognoistre les Services de nôtre dit Cousin, a fin que, tous jours, de mieuls en mieulz, soit enclin de nous Servir, & Entendre plus diligenment a tout ce qui pourra estre a l'Onneur & Bien de Nous & de nostre Seigneurie, & que & soit aux autres Exemple de Bien faire & Nous loyaulment Servir & Amer,
En esperance ausi qu'il face & mettre en execucion les Choses cy dedens contenues,
Par l'advis de nostre Treschier & Tresame Filz, le Roy d'Angleterre, Heriter & Regent de France, Lui avons, de nostre certain Science & Grace especial, Outtroye, & Outtroyons, ce qui s'ensuit,
Premierement, que,
Aprez ce qu'il aura Jure, en sa Personne, es Mains de nostre Ame & Feal Cousin le Conte de Longueville Captal de Burch son Frere, Commis & Deppute a ce de par Nous, Tenir & Garder la PAIX FINAL, derrain faite entre Nous & nostre dit Filz le Roy d'Angleterre, & tous les Poins & Articles contenuz es Lettres d'icelle PAIX,
La quelle Bertran de Dommasain Escuier, Maistre Jehan de Forton Licentie en Decret, & Jehan de Santerisse Escuier, ses Conseiliers, Messagers, & Procureurs, souffisament fondez quant a ce, ont oujourduy, ou Nom & en l'Ame du dit nostre Cousin le Fouix solemnelment Juree en la Presence de nostre dit Filz & Grant Conseil,
Et aprez ce aussi qu'il aura Juree, es Mains de nostre dit Cousin de Longueville, les Poins & Articles, contenuz en ces Presentes, & de Servir & Obeir a Nous, & nostre dit Filz le Roy d'Angleterre, envers & contre Touz,
Nous Voulons & Ordonnons que Icellui nostre Cousin le Conte de Fouix ait le Gouvernement de nostre Paiis de Languedoc, si longuement qu'l plaira a Nous, & a nostre dit Filz le Roy d'Angleterre: & que, durant le temps que Nous & nostre dit Filz vouldrons qu'il ait le Gouvernement, ne le Desmettrons d'icellui, pour y mettre autre Gouverneur; mais, ou cas que Nous vouldrions prendre & metre in nostre Main nostre dit Paiis de Languedoc, nous ferons payer a nostre dit Cousin les Arrerages des Gaiges de Lui, & de ses Gens d'Armes & de Trait, de la Retenue que nouvelement lui avons faite, s'aucuns en restoient a paier; &, d'abondant, lui Donnerons, ou cas dessus dit, la some de Vint Mille Escuz d'Or pour une foiz, ou autrement Ordonnerons sur ce a nostre bon plaisir.
Item, que des Terres, que nostre dit Cousin de Fouix Demande, & dit estre Sienne, & a lui appartenir de son Heritage; Cestassavoir,
La Viconte de Leutret en la Seneschaucee de Carcassone, les Villes de Thor, de Talemont, & de Marquefaune, & en li Seneschaucee de Thoulouse, & aussi le Conte de Bigorre,
Icellui Conte
en aura le Gouvernement comme du Paiis de Languedoc.
Et, ou cas que Nous Mettrions le dit Paiis en nostre Main, Ce non obstant, le dit nostre Cousin de Fouix aura & tendra le Governement des dites Viconte, Villes, & Conte de Bigorre, ou Nom de Nous, Jusques a Six Ans; dedens les quelz nostre dit Cousin sera Tenu de Monstrer, par Justice, devant ceulz qu'il appartendra, se les dites Terres Lui douent appartenir.
Et, ou cas qu'elles seront trouvees estre siennes, par la maniere dessus dit, elles Lui seront de tout baillees & delivrees.
Et, ce, dedeins les diz Six Ans, n'estoit congneu, par Justice, que Icelles Terres de Leutret, de Thor, de Talemont, de Marquefaune, & le Conte de Bigorre, Lui deussent appartenir, Il les Rendra & delivrera, Realment & de fait, a Nous, & a nostre dit Filz, ou a noz Commis, quant requis en serra, sanz contradiction ou delay quelconques.
Toutes Voyes, se nostre dit Cousin fait sa Diligence de Enseigner son Droit, &, Par longueur de Ministres de Justice, ou de nostre Procureur, la cause soit delayee a Juger, le dit temps ne courra Point contre nostre dit Cousin; pendant lequel temps Il pourra mettre & demettre, es Terres dessus dites, quelzconques Officers, a son bon plaisir; & en fera siens les Fruiz, Rentes, & Revenues, & autres Emolumens, sans ce que, en le Fin, Il soit tenu de Rendre ce qu'il en aura prins, suppose que, pur Justice, feust dit que les des Terres de Leutret, de Thor, de Talemont, de Marquefaune, & le Conte de Bigorre, ne lui deussent appartenir: Parmi ce, toutes voyes, qu'il paiera les Gaiges des Officers des dites Terres, & supportera & paiera les autres Charges qui y'appartienent.
Item, Lui Donnons & Ottroyons, pour Lui, & ses Hoirs, la Partie que Nous avons en le Ville de Tournay, en la Seneschaucies de Thoulouse; Cestassavoir la Motie d'icelle Ville, avecques les Appartenances; Reservez a Nous les Soverainitez, Hommages, Services, Ressors, qui Nous appartiegnent a cause d'icelle Ville.
Item, voulons, & Nous plaist, que la Forge de la Monnoye, qui est de present en la Cite d'Appames en la Conte de Foux, demeure ainsi qu'elle est, de la Saint Johan Baptistre Prouchain venans, Jusques a Quatre Ans aprez ensuivans; pourveu que les Officers y soient mis, & demeurent de par Nous, & qu'ilz feront la dite Monnoie pareille a celle que Nous ordonnerons estre faite en nostre dit Paiis de Languedoc.
Item, que, si Nous faisons Paix ou Treues avecques aucuns, nostre dit Cousin de Fouix y sera comprins, comme nostre uray & loyal Subgiet.
Item, que, se quelzconques Personnes fasoient Guerre, ou vouloient porter Dommage a nostre dit Cousin le Foix ou a ses Terres, ou aucunes d'icelles, pour ceste cause Nous Lui Aiderons & Secourons, ainsi que deuons faire a nostre bon & loyal Vassal & Subgiet.
Item, que, en temps de Paix, nostre dit Cousin aura Six vints Hommes d'Armes, & Cinquante Hommes de Trait, de Retenue, pour la seurte du Governement de nostre dit Paiis de Languedoc.
Item, poura nostre dit Cousin pourveoir aux Officers de nostre dit Paiis de Languedoc, & des Terres, Villes, & Forteresses dessusdites, & de s'Appointer Iceulz Jusques a ce que Nous & nostre dit Filz le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France, en Soyons certifiez; & seront les Dons & Provisions par Nous Confirmez, se bon semble a Nous & a nostre dit Filz pour Nous, ou bon plaisir de Nous & d'icellui nostre Filz.
Item, que nostre dit Cousin le Conte de Fouix Jurera, es mayns de nostre dit Cousin le Conte de Longueville son Frere, Commis a ce de par Nous, de bien, loyaument, & deuement Gouverner nostre dit Paiis de Languedoc, al'Onneur & utilite de Nous & de nostre dit Filz le Roy d'Angleterre; & de Garder en nostre Obeissans ycellui Paiis; & de Restituer a Nous & a nostre dit Filz ycellui Paiis toutes foiz qu'il plaira a Nous & a nostre dit Filz; & qu'il ne baillera ou delivrera, ne souffrera estre baille ou delivre, le dit Paiis, ne les Citez, Villes, Chasteaulz, ou Forteresses d'icellui Paiis, ou aucun d'icelles, a quelconque Personne (de quelque Estat, Auctorite, ou Preeminence qu'elle soit) soubz couleur ou umbre de quelconque Chose qui puist estre, si non a Nous, ou a nostre dit Filz le Roy d'Angleterre, ou aux Comis & Deputez en ceste parte de Nous & de Lui.
Item, que de chacun Capitain & Officier Royal, de nostre dit Paiis de Languedoc, nostre dit Cousin de Foix Receura pareil Serement, & leur fera Jurer la dite PAIX FINAL, & les Articles contenus en Icelle; Et pareillement la fera Jurer aux Gens des Troiz Estas & Communaltes des bonnes Villes de ses Terres & Paiis, tant de nostre Royaume, Comme du Duchie de Guienne;
Et, se Ilz sont de ce faire Reffusans, les Pugnira & Corrigera, & Tous ceulz qui ycelle Paix vouldroient, de Parole, ou de fait, Contredire, Impugner, ou Empescher.
Item, Jurera de Restituer a Nous & a nostre dit Filz le Viconte de Leutret, les Villes de Thor, de Talemont, de Marquefaune, & le Conte de Bigorre, ou cas que, dedens le Terme & par la maniere dessusdite, il ne Monstreroit icelles Terre estre siennes.
Item, pour ce que Nous avons Voulu, & voulons que, pour Commencer la Guerre par nostre Cousin le Conte de Fouix a l'encontre de cellui que se dit Dalphin, & de ses Aliez, Adherens, & Complices, & Ennemis, Rebelles, & Desobeissans de Nous & de nostre dit Filz le Roy d'Angleterre, soit baillee Charge a nostre dit Cousin de Mil & Cinq cens Paies,
Et que les Gaiges Lui seront Paiez, Acompter du Jour des Monstres & Reveues de tel Nombre de Gens qui seront Receuz es dites Monstres & Reveues, Jusques au dit Nombre de Mille & Cinq cens Paies, & au dessoubs, de six Escuz d'Or pour paie par chascun Mois:
Et Lui sera fait prest, avant qu'il Commence la dite Guerre, de la Some de Douze Mille Sept cens Cinquante Escuz d'Or, sur les Gaiges qui seront deus pour Deux Moiz; & le Residu prendre sur noz Revenues & Droiz de nostre dit Paiis de Languedoc, Jusques a entiere Solucion & Paiement de ce qui sera deu aus dites Gens d'Armes & de Trait, pour les dites Deux Mois, au priz dessusdit,
Et, avec ce, aura, pour Mois, pour l'Estat de Lui & des Contes & Barons de sa Compaigne, Sept cens Cinquante Escuz d'Or.
Icellui nostre Cousin Jurera & Promettra de faire sa diligence & loyal povoir, d'avoir le dit Nombre des dites Paies, & de les emploier diligenment au Bien & l'Onneur de Nous, & de nostre dit Filz le Roy d'Angleterre,
La quelle Guerre il Commencera dedens le Premier Jour de Juing prouchain venans.
Toutes les quelles Choses, Poins, & Articles dessusdiz, ainsi par Nous ottroyez a nostre dit Cousin le Conte de Fouix, comme dit est, voulouns avoir & sortir leur plain effect, & les accomplirons, & ferons acomplir, de Point en Point, sans venir au contraire en quelque maniere que se soit.
Si donnons en Mandement a, noz amez & feaulx Conseilliers, les Gens de nostre Parlement & de nos Comptes a Paris, aux Gouverneurs de toutes noz Finances, & a touz noz autres Justicers & Officers, ou a leurs Lieuxtenanz, que nostre dit Cousin, par la maniere que dit est, facent, seffrent, & laissent, chascun en Droyt soy, Joyr & user plainement & paisiblement de nos dite Grace & Ottroy, sans venir au contraire en aucune maniere.
En tesmoing de ce Nous avons fait mettre nostre Seel a ces Presentes.
Donnez a Saint Faron les Meaulz, le Troiziesme Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & ung, & de nostre Regne le xlij.
Ainsi Signee, par le Roy, a la Relacon du Roy Heritier & Regent de France.
J. de Rinel
.
En Tesmoing de ce Nous, Bertran de Domasain, Jehan de Forton, & Jehan de Santerisse, avons miz noz Seaulz & Saings manuelz a ces Presentes.
Donnez a Saint Pharon les Meaulx, le Troiziesme Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & ung.
Bertran de Domesayn.
De Forton.
J. de Santerisse.
Scedula supramemorata.
A Tous ceuls
, qui ces Lettres verront, Symon de Champhysant, Licentie en Loys, Conseillier du Roy mon Sire, & Garde de la Prevoste de Paris, Salut.
Savoir faison que, Pardevant Jehan de Bonte, & Jehan de la Mote, Clers Notaires du Roy mon dit Seigneur, en son Chastellet de Paris, furent presens, en leurs Personnes, Nobles & Sages Hommes, Bertran de Domasayn Escuier, Jehan de Forton Licentie en Droit Canon, & Jehan de Santerisse Escuier, Conseilliers, Ambassadeurs, Procureurs, & Messagiers de Hault, & Puissant Seigneur, Monsieur Jehan Conte de Foux, envoiez de par lui devers le Roy de France & le Roy d'Angleterre Heritier & Regent de France, si comme ils disent,
Les quelx Affermerent, Diserent, & pour verite Tesmoignerent, & chascun d'eulx, par leurs Seremens, & par la Foy de leurs Corps, pour eulx bailler corporelment es Mains des dit Notaires, que les Lettres, par my les quelles ces Presentes sont annexees, Commencans en la Seconde Ligne (& Trespuissant Prince le Roy de France) estoient & sont Signees de leurs propres Saingz manuels, & seelees de leurs Seaulx; cestassavoir, le Premier Seel en Hault, du dit Bertrain de Domasain,
Le Second, ensuivant, du dit Jehan de Forton,
Et l'autre, s'apres ensuivant, du dit de Santerisse.
Et, oultre, que le contenu es dites Lettres estoit & est uray, & tout a leur Affirmacions & Tesmoignage certiffions Nous a tous, a qu'il appart, par ces presentes Lettres, Aus quelles, en Tesmoing de ce, Nous, a la Relacion des ditz Notaires, avons Mis le Seel de la dite Prevostee de Paris, le Lundy, xxiij Jour du Mois de Mars avant Pasques, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & ung.
J. Bonte.
J. de la Mote
.
March 4. Commission of the French K. to the count of Foix as governor of Languedoc, during his pleasure. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 181. H. iv. p. iv. 53.
Commissio Comitis Fuxi Pro Regimine Linguae Occitanae, SINE CLAUSULA.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Roy de France, a tous ceulx qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme, pour Remettre & Reduire a nostre Obeissance & Subjection nostre Paiis de Languedoc, & ycellui tenir soubz Nous en Paix, Justice, & bonne Trans- quillite, soit besoing & expedient de commettre, depar Nous, Personne de Grant Estat & bonne Auctorite, loyale a Nous, & desirans le Bien de Nous & Utilite du dit Paiis,
Et soyons Informez, tant par grant experience de fait, comme autrement, de la bonne Voulente & Puissance de nostre Treschier & Feal Cousin Jehan Conte de Fouix,
Pour ce Nous (ayans tresgrant & singuliere confiance en sa grant Loyaute, Vaillance, & bonne Diligence) icellui, par l'advis & deliberacion de nostre Grant Conseil, Avons Commis, Ordonne, & Deppute, Commettons, Ordonnons, & Depputons, par ces. Presentes, Gouvernour, pour & ou Nom de Nous, de nostre Paiis de Languedoc & ses appartenances, jusques a nostre bon plaisir,
Et Lui avons Donne, & Donnons, par ces Presentes, plain Pouoir, Auctorite, & Mandement especial de Requerir, pour & en nostre Nom, de tous Prelaz & autres Gens d'Eglise, Nobles, Vassaulx, Citez, Villes, Communautez, Chasteaulx, Forteresses, & quelxconques noz Subgiez du dit Paiis de Languedoc, plaine & entiere Obeissance,
De vacquier & entendre, faire vacquer & entendre, au fait de la Justice,
De Recevoir en nostre Grace & Mercy, & Tenir, Garder, Gouverner, & Maintenir, en nostre Obeissance, & en bonne Paix & Justice, toutes Personnes noz Subgiez du dit Paiis, estans en icellui, qui a Nous se vouldront Reduire,
De Pugner & Corriger, & faire Pugnir & Corrigir, toutes maniers de Gens, de & pour quelxconques Crimes & Deliz, que ils pourroient avoir commis, en cas de Crime de Leze Magest, ou autrement, a l'occasion des Discors & Divisions estans en nostre Royaume,
Et de leur Remettre & Pardonner,
Et leur en Bailler Lettres de Remission, Pardon, & Quittement, se mestier est,
Excepte a ceulx, toutes voies, qui sont consentans & coulpalles de la Mort de seu nostre Cousin Jehan Duc de Bourgogne (qui Dieux Pardoint) des quelx Nous Voulons estre faite Justice comme il appartient,
De Contraindre, par force d'Armes, Sieges, Assaulx, & toutes autres voyes & manieres qu'il advisera, tous ceulx du dit Paiis, qui parsisteront & demourront en Rebellion & Desobeisance, & ne vouldroient Obeir aux Mandemens & Commandemens, que leur fera de par Nous nostre dit Cousin de Fouix,
Et de Resister & faire Guerre, par toutes voies & manieres, a cellui qui se dit Daulphin, ses Aliez, Complices, Favorisans, & Adherans, Ennemis, Adversaires, Rebelles, & Desobeissance a Nous & a nostre Treschier & Tresame Filz, le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de nostre Royaume,
De Publier, & faire Publier, les Lettres de la PAIX FINAL, derrainement faite entre Nous & nostre dit Filz le Roy d'Angleterre,
De faire Jurer icelle PAIX par nos diz Subgiez, & Recevoir les Seremens sur ce ordonnez estre faiz,
De Gouverner, ou Nom de Nous, bien & deuement, jusques a nostre bon plaisir, comme dit est, en Justice, Paix, & bonne Seurte nostre dit Paiis de Languedoc,
De Suspendre & Oster tous Seneschaulx, Cappitaines, & quelxconques noz autres Officiers du dit Paiis, qu'il verra estre Inutiles pour Nous & nostre Seigneurie, soit en fait de Justice, de Finance, ou autrement,
Et de Commettre, en leurs Lieux, autres loyaulx & souffisans, par maniere de provision, & Jusque a ce que par Nous & nostre dit Filz en soit autrement Ordonne,
De faire Demolir & Abatre tous Chasteaulx & Forteresses non Tenables, & autres Nuisibles & Prejudiciables a Nous & a nostre dite Seigneurie,
Et les Tenables & Proufitables faire Veoir, Visiter, Emparer, & Garder aux Despens de ceulx qu'il appartendra, & ainsi qu'il Advisera estre pour le mielx,
De Mettre & Appliquer a nostre Prouffit & Demaine tous les Biens, Meubles & Inmeubles, des diz Rebelles & Desobeissans, sans les souffrir Dissiper ne Gaster,
Et de Commettre ou Gouvernement d'iceulx bonnes & solvables Parsonnes, qui Nous en saichent Rendre Compte, quant Requis en seront & il appartendra,
De pouoir Assembler, pour le bien de Nous & du dit Paiis, les Gens des Trois Estaz d'icellui, &, par leur Conseil & Advis, mettre sus & avoir Finance pour l'execucion & accomplissement des Choses dessusdites, ainsi qu'il deura faire par Raison,
De Veoir & Visiter l'Estat de noz Finances ou dit Paiis,
Et de contraindre tous noz Officiers, sur le fait des dites Finances, de Monstrer & Exhiber a nostre dit Cousin, ou a ses Commis, leurs Estaz, de Bailler & deliurer ce, qu'ilz en auront Receu, pour convertir & emploier, raisonnablement & deuement, ou Parpaiement des Genz d'Armes & de Trait de sa Retenue,
De Pouoir, par l'Advis & Conseil des Gens des Trois Estaz, de nostre dit Paiis, & de noz Officiers en icellui, Mettre, & Imposer, ou faire Lever tel Aide comme il pourra estre Advise,
De Tauxer & faire Paier Gages & Salaires, pour le fait de son dit Office, & des choses dessusdites, & de leurs Deppendences, telx qu'il appartendra par Raison, les quelx, par Rapportant Lettres de nostre dit Cousin, avecques Quittance de ceulx qu'il appartendra, seront Aloues es Comptes & Rabatuz de la Recepte de ceulx, qui paiez les auront, par tout ou il appartendra,
De faire Recevoir & Bailler Mandement, pour emploier Finance, pour les causes dessusdites, ou aucunes d'icelles, comme Besoing sera, par vertu des quelx ce, qui sera Paie, sera Aloue es Comptes de ceulx qui paie l'auront, comme il est deuement acoustume pour noz Affaires,
De faire Fere, ou Nom de Nous, tous Criz & Publications, qu'il verra estre a faire pour le bien de Nous & de nostre Seigneurie,
Et de mander & assembler tel Nombre de noz Vassaulx & Subgiez du dit Paiis, & d'autres Gens d'Armes & de Trait, que bon lui semblera, & iceulx Emploier, Conduire, & Mener pour Resister aus diz Ennemiz de Nous & de nostre dit Filz, & a la Recouvrance de nostre dit Paiis, & Remettre soubz nostre Obeissance tous Rebelles & Desobeissans,
Et generalment de Faire, Dire, & Exercer, es Choses dessusdites, & chascune d'icelles, leurs Circonstances & Deppendences tout ce que a tel Commis & Gouverneur peut & doit competer & appartenir,
Si donnons en Mandement, par ces Presentes, a tous Seneschaulx, Chastellains, Capitaines, & quelxconques autres noz Justiciers, Officiers, & Subgez (de quelque Estat, Autorite, Dignite, & Condicion qu'ilz soient) que a nostre dit Cousin le Conte de Fouix, Comme a Gouverneur depar Nous du dit Paiis, & a ses Mandemens, Lettres, & Commandemens, Commis & Depputez, obeissent & entendent diligenment, es choses dessusdites, & toutes autres touchans le Gouvernement du dit Paiis, sans Reffus, delay, ou contredit, sur Peine d'encourrir nostre Indignacion parpetuele, & d'estre Repputez envers Nous Rebelles & Desobeissans.
En tesmoing de ces Nous avons fait mettre nostre Seel a ces Presentes.
Donne a Saint Pharon lez Meaulx, le Quatreisme Jour de Mars, l'An de Grace Mil, Quatrecens, Vint & un, & de nostre Regne le xlij.
Par le Roy, a la Relacion du Grant Conseil, tenu par le Roy Heritier & Regent de France.
Sub Sigillo, Cerâ albidâ expresso, pendenti a Caudâ Pergamenae.
Jekinel.
March 4. Similar commission to the same count for the government of Bigorre. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 183. H. iv. p. iv. 53.
Commissio Comitis Fuxi pro Regimine Comitatus de Bigorre, SINE CLAUSULA.
An. 9. H. 5. Ex Antogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Roy de France, a tous Ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme, pour Remettre & Reduire a nostre Obeissance & Subjection le Conte de Bigorre, & icellui tenir soubz Nous en Paix, Justice, & bonne Transquillite, soit Besoign & Expedient de Commettre, depar Nous, Personne de Grant Estat & bonne Auctorite, Loyale a Nous, & desirant le bien de Nous & Utilite du dit Conte,
Et soyons Informez, tant par grant experience de fait, comme autrement, de la bonne Voulente, & Puissance de, nostre Treschier & Feal Cousin, Jehan Conte de Fouix,
Pour ce Nous (aians tresgrant & singuliere Confiance en sa grant Loiaute, Vaillance, & bonne Diligence) icellui, par l'Advis & Deliberacion de nostre Grant Conseil, Avons Commis, Ordonne, & Deppute, Commettons, Ordonnons, & Deputons, par ces Presentes, Gouverneur, pour & ou Nom de Nous, ou dit Conte de Bigorre, & ses appartenances jusques a nostre bon plaisir,
Et Lui Avons Donne, & Donnons, par ces Presentes, plain Pouoir, Auctorite, & Mandement especial de Requerir, pour & en nostre Nom, de tous Prelas & autres Gens d'Eglise, Nobles, Vassaulx, Cites, Villes, Communautes, Chasteaulx, Forteresses, & quelzconques noz Subgiez du dit Conte, pleine & entiere Obeissance,
De Vacquer & Entendre, faire Vacquer & Entendre, au fait de la Justice,
De Recevoir en nostre Grace & Merci, & Tenir, Garder, Gouverner, & Maintenir en nostre Obeissance, & en bonne Paix, & Justice, toutes Personnes, noz Subgiez du dit Conte estans en ycellui, qui a Nous se vouldront Reduire,
De Pugnir & Corrigier, ou faire Pugnir & Corrigier, toutes manieres de Gens, de & pour quelzconques Crymes & Delis, qu'ilz pourroient avoir Commis, en ce Cas de Cryme de Leze Majeste, on autrement, a l'occasion des Discors & Divisions estans en nostre Royaume,
Et de leur Remettre & Pardonner,
Et leur en Baillier Lettres de Remission, Pardon, & Quittement, se mestier est,
Excepte a ceulx, toutesvoyes, qui sont Consentans & Coupables de la Mort de, feu nostre Cousin, Jehan Duc de Bourgongne (qui Dieux pardoint) des quelz Nous voulons estre faitte Justice comme il appartient,
De Contraindre, par Force d'Armes, Sieges, Assaulz, & toutes autres voies & manieres qu'il advisera, tous ceulx du dit Conte, qui persisteront & demourront en Rebellion & Desobeissance, & ne vouldront obeir aux Mandemens & Commandemens, que leur fera depar Nous nostre dit Cousin de Fouiz,
De Resister & faire Guerre, par toutes voies & manieres, a cellui qui se dit Daulphin, ses Alliez, Complices, Favorisans, & Adherens, Ennemis, Adversaires, Rebelles, & Desobeissans a Nous & a nostre dit Filz, le Roy d'Engleterre,
De Publier, & faire Publier, les Lettres de la PAIX FINAL, derreinerement faitte entre Nous & nostre dit Filz le Roy d'Engleterre,
De faire Jurer ycelle PAIX, par nos diz Subgiez, & Recevoir les Seremens sur ce Ordonnez estre faiz,
De Gouverner, ou Nom de Nous, bien & deuement, jusques a nostre bon plaisir, comme dit est, en Justice, Paix, & bonne Seurte, le dit Conte,
De Suspendre & Oster tous Seneschaulx, Cappitaines, & quelconques Nous autres Officiers du dit Conte, qu'il verra estre Inutiles pour Nous & nostre Seigneurye,
Et de Commettre, en leurs Lieux, autres loyaulx & suffisans, par maniere de Provision, & jusques a ce que par Nous en soit autrement Ordenne,
De faire Demolir & Abbatre tous Chasteaulx & Forteresses non Tenables, & autres Nuysibles & Prejudiciables a Nous & a nostre dicte Seigneurys,
Et les Tenables & Prouffitables faire Veoir, Visiter, Emparer, & Garder aux Despens de ceulx qu'il appartendra, & aussi qu'il advisera estre pour le Mieulx,
De Mettre & appliquier a nostre Prouffit & Demaine tous les Biens Meubles & Immeubles des dis Rebelles & Desobeissans, sans les souffir Disciper ne Gaster,
Et de commetre au Gouvernement d'iceulx bonnes & soluables Personnes, qui Nous en saichent Rendre Compte, quant requis en seront & il appartendra,
De faire Faire, ou Nom de Nous, tous Cris & Publicacions, qu'il verra estre a faire pour le Bien de Nous & de nostre Seigneurie,
Et de Mander & Assembler tel Nombre, de Vasaulx & Subgiez du dit Conte, & d'autres Gens d'Armes & de Trait, que bon lui semblera, & yceulx Emploier, Conduire, & Mener a la Recouvrance de nos dis Paiis & Conte, pour Remettre soubz nostre Obeissance tous Rebelles & Desobeissans,
Et generalment de faire, Dire, & Exercer, es Choses dessusdites, & chascune d'icelles, leurs Circonstances & Deppendences, tout ce que a tel Commis & Guverneur puet & doit competer & appartenir.
Si donnons en Mandement, par ces Presentes, a tous Seneschaulx, Castellains, Cappitaines, & quelzconques autres, noz Justiciers & Subgiez (de quelque estat, auctorite, dignite, & condicion qu'ilz soient) que au nostre dit Cousin le Conte de Fouix, comme a Governeur depar Nous du dit Conte, & a ses Mandemens, Lettres, & Commandemens, Commis & Deputez, obeissent & entendent diligemment, es Choses dessusdites, & toutes autres touchans le Gouvernement du dit Conte, Sans Reffus, Delay, ou Contredit, sur Peine d'encourir nostre Indignacion perpetuelle, & d'estre Repputez envers Nous Rebelles & Desobeissans.
En Tesmoign de ce Nous avons fait mettre nostre Seel a ces Presentes.
Donne a Saint Pharon lez Meaulx, le Quatreisme Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & un, & de nostre Regne le xlii.
Par le Roy, a la Relation du Grant Conseil, tenu par le Roy Heritier & Regent de France.
Jekinel.
Sub Sigillo, Cerâ flavâ expresso, pendenti a Caudâ Pergamenae.
March 8. Commission to the count of Foix for the government of Languedoc, during the pleasure of the Kings of France and England. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 185. H. iv. p. iv. 54.
Commissio Comitis Fuxi pro Regimine Linguae Occitanae, CUM CLAUSULA.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Roy de France, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme, pour Remettre & Reduire a nostre Obeissance & Subjection nostre Paiis de Languedoc, & ycellui tenir soubz Nous en Paix, Justice, & bonne Transquillite, soit besoing & expedient de commettre, depar Nous, Personne de Grant Estat & bonne Auctorite, loyale a Nous, & desirans le Bien de Nous & Utilite du dit Paiis,
Et soyons Informez, tant par grant experience de fait, comme autrement, de la bonne Voulente & Puissance de nostre Treschier & Feal Cousin Jehan Conte de Fouix,
Pour ce Nous (ayans tresgrant & singuliere confiance en sa grant Loyaute, Vaillance, & bonne Diligence) icellui, par l'advis & deliberacion de nostre Grant Conseil, Avons Commis, Ordonne, & Deppute, Commettons, Ordonnons, & Depputons, par ces Presentes, Gouvernour, pour & ou Nom de Nous, de nostre Paiis de Languedoc & ses Appartenances, jusques au bon plaisir de Nous, & de nostre trescheer & tresame Filz, le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France,
Et Lui avons Donne, & Donnons, par ces Presentes, plain Pouoir, Auctorite, & Mandement especial de Requerir, pour & en nostre Nom, de tous Prelaz & autres Gens d'Eglise, Nobles, Vassaulx, Citez, Villes, Communautez, Chasteaulx, Forteresses, & quelxconques noz Subgez du dit Paiis de Languedoc, plaine & entiere Obeissance,
De vacquier & entendre, faire vacquer & entendre, au fait de la Justice,
De Recevoir en nostre Grace & Mercy & Tenir, Garder, Gouverner, & Maintenir, en nostre Obeissance, & en bonne Paix & Justice, toutes Personnes, noz Subgiez du dit Paiis, estans en icellui, qui a Nous se vouldront Reduire,
De Pugnir & Corrigier, ou faire Pugnir & Corrigier, toutes Manieres de Gens, de & pour quelconques Crimes & Deliz, qu'ilz pourroient avoir Commis, en cas de Crime de Leze Mageste, ou autrement, a l'occasion des Discors & Divisions estans en nostre Royaume,
Et de leur Remettre & Pardonner,
Et leur en Bailler Lettres de Remission, Pardon, & Quittement, se mestier est,
Excepte a ceulx, toutes voies, qui sont consentans & coulpables de la Mort de, feu nostre Cousin, Jehan Duc de Bourgongne (qui Dieux Pardoint) des quelx Nous voulons estre faite Justice comme il appartient,
De Contraindre, par force d'Armes, Sieges, Assaulx, & toutes autres voyes & manieres qu'l advisera, tous ceulx du dit Paiis, qui parsisteront & demourront en Rebellion & Desobeisance, & ne vouldroient Obeir aux Mandemens & Commandemens, que leur fera de par Nous nostre dit Cousin de Fouix,
Et de Resister & faire Guerre, par toutes voies & manieres, a cellui qui se dit Daulphin, ses Aliez, Complices, Favorisans, & Adherans, Ennemis, Adversaires, Rebelles, & Desobeissance a Nous, & a, nostre dit Filz, le Roy d'Angleterre,
De Publier, & faire Publier, les Lettres de la PAIX FINAL, derreinerement faite entre Nous & nostre dit Filz le Roy d'Angleterre,
De faire Jurer icelle PAIX par nos diz Subgiez, & Recevoir les Seremens sur ce ordonnez estre faiz,
De Gouverner, ou Nom de Nous, bien & deuement, jusques au bon plaisir de Nous, & de nostre dit Filz le Roy d'Angleterre, en Justice, Paix, & bonne Seurte, nostre dit Paiis de Languedoc,
De Suspendre & Oster tous Seneschaulx, Cappitaines, & quelxconques noz autres Officiers du dit Paiis, qu'il verra estre Inutiles pour Nous & nostre Seigneurie, soit en fait de Justice, de Finance, ou autrement,
Et de Commettre, en leurs Lieux, autres loyaulx & souffisans, par maniere de provision, & Jusques a ce que par Nous & nostre dit Filz en soit autrement Ordonne,
De faire Demolir & Abatre tous Chasteaulx & Forteresses non Tenables, & autres Nuisibles & Prejudiciables a Nous & a nostre dit Seigneurie,
Et les Tenables & Prouffitables faire Veoir, Visiter, Emparer, & Garder aux Despens de ceulx qu'il appartendra, & ainsi qu'il Advisera estre pour le mieulx,
De Mettre & Appliquer a nostre Prouffit & Demaine tous les Biens, Meubles & Inmeubles, des diz Rebelles & Desobeissans, sans les souffrir Dissiper ne Gaster,
Et de Commettre au Gouvernement d'iceulx bonnes & solvables Parsonnes, qui Nous en saichent Rendre Compte, quant Requis en seront & il appartendra,
De pouoir Assembler, pour le bien de Nous & de dit Paiis, les Gens des Trois Estaz d'icellui, &, par leur Conseil & Advis, mettre sus & avoir Finance pour Execucion & Accomplissement des Choses dessusdites, ainsi qu'il deura faire par Raison,
De Veoir & Visiter l'Estat de noz Finances ou dit Paiis,
Et de contraindre tous noz Officiers, sur le fait des dictes Finances, de Monstrer & Exhiber a nostre dit Cousin, ou a ses Commis, leurs Estas,
Et de Baillier & delivrer ce, qu'ilz en auront Receu, pour convertir & employer, raisonnablement & deuement, ou Parpaiement des Gens d'Armes & de Trait de sa Retenue,
De Pouoir, par l'Advis & Conseil des Gens des Trois Estaz, de nostre dit Paiis, & de noz Officiers en icellui, Mettre, & Imposer, ou faire Lever tel Aide comme il pourra estre Advise,
De Tauxer & faire Paier Gages & Salaires, pour le fait de son dit Office, & des choses dessusdites, & de leurs Deppendences, tielx qu'il appartendra par Raison, les quelx, par Rapportant Lettres de nostre dit Cousin, avecques Quittance de ceulx qu'il appartendra, seront Alouez es Comptes & Rabatus de la Recepte de ceulx, qui paiez les auront, par tout ou il appartendra,
De faire Recevoir & Baillier Mandement, pour employer Finance, pour les causes dessusdites, ou aucunes d'icelles, comme Besoing sera, par vertu des quelx ce, qui sera Paie, sera Aloue es Comptes de celui ou ceulx qui paye l'auront, comme il est deuement acoustume pour nos Affaires.
De faire Fere, ou Nom de Nous, tous Criz & Publications, qu'il verra estre a faire pour le bien de Nous & de nostre Seigneurie,
Et de mander & assembler tel Nombre de noz Vassaulx & Subgiez du dit Paiis, & d'autres Gens d'Armes & de Trait, que bon lui semblera, & iceulx Emploier, Conduire, & Mener pour Resister aus dis Ennemis de Nous & de nostre dit Filz, & a la Recouvrance de nostre dit Paiis, & Remettre soubz nostre Obeissance tous Rebelles & Desobeissans,
Et generalment de Faire, Dire, & Exercer, es Choses dessusdites, & chascune d'icelles, leurs Circonstances & Deppendences tout ce que a tel Commis & Gouverneur peut & doit competer & appartenir;
Si donnons en Mandement, par ces Presentes, a tous Seneschaulx, Chastellains, Capitaines, & quelxconques autres noz Justiciers, Officiers, & Subgez (de quelque Estat, Auctorite, Dignite, & Condicion qu'ilz soient) que a nostre dit Cousin le Conte de Fouix, Comme a Gouverneur depar Nous du dit Paiis, & a ses Mandemens, Lettres, & Commandemens, Commiz & Depputez, Obeissent & Entendent diligemment, es choses dessusdites, & toutes autres touchans le Gouvernement du dit Paiis, sans Reffus, delay, ou contredit, sur Peine d'encourir nostre Indignacion parpetuele, & d'estre Repputez envers Nous Rebelles & Desobeissans.
En tesmoing de ce Nous avons fait mettre nostre Seel a ces Presentes.
Donne a Saint Pharon lez Meaulx, le Huitisme Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & un, & de nostre Regne le xlij.
Sigillo avulso.
Par le Roy, a la Relacion du Grant Conseil.
Jekinel.
March 8. Similar commission for the government of Bigorre. St. Pharon lez Meaux.
O. x. 187. H. iv. p. iv. 55.
Commissio Comitis Fuxi pro Regimine Comitatus de Bigorre, CUM CLAUSULA.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Roy de France, a tous Ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme, pour Remettre & Reduire a nostre Obeissance & Subjection le Conte de Bigorre, & icellui tenir soubz Nous en Paix, Justice, & bonne Transquillite, soit Besoing & Expedient de Commettre, depar Nous, Personne de Grant Estat & bonne Auctorite, Loyale a Nous, & desirant le bien de Nous & Utilite du dit Conte,
Et soyons Informez, tant par grant experience de fait, comme autrement, de la bonne Voulente, & Puissance de, nostre Treschier & Feal Cousin, Jehan Conte de Fouix,
Pour ce Nous (aians tresgrant & singuliere Confiance en sa grant Loiaute, Vaillance, & bonne Diligence) icellui, par l'Advis & Deliberacion de nostre Grant Conseil, Avons Commis, Ordonne, & Deppute, Commettons, Ordonnons, & Depputons, par ces Presentes, Gouverneur, pour & ou Nom de Nous, ou dit Conte de Bigorre, & ses appartenances jusques au bon plaisir de Nous, & de nostre treschier & tresame Filz, le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France,
Et Lui Avons Donne, & Donnons, par ces Presentes, plain Pouoir, Auctorite, & Mandement especial de Requerir, pour & en nostre Nom, de tous Prelas & autres Gens d'Eglise, Nobles, Vassaulx, Citez, Villes, Communaultez, Chasteaulx, Forteresses, & quelzconques noz Subgiez du dit Conte, pleine & entiere Obeissance,
De Vacquer & Entendre, faire Vacquer & Entendre, au fait de la Justice,
De Recevoir en nostre Grace & Mercy, & Tenir, Garder, Gouverner, & Maintenir en nostre Obeissance, & en bonne Paix, & Justice, toutes Personnes, noz Subgiez du dit Conte, estans en icellui, qui a Nous se vouldront Reduire,
De Pugnir & Corrigier, ou faire Pugnir & Corrigier, toutes manieres de Gens, de & pour quelzconques Crimes & Delis, que ilz pourroient avoir Commis, en ce Cas de Cryme de Leze Majeste, ou autrement, a l'occasion des Discors & Divisions estans en nostre Royaume,
Et de leur Remettre & Pardonner,
Et leur en Baillier Lettres de Remission, Pardon, & Quittement se mestier est,
Excepte a ceulx, toutesvois, qui sont Consentans & Coulpables de la Mort de, feu nostre Cousin, Jehan Duc de Bourgongne (qui Dieux pardoint) des quelz Nous voulons estre faitte Justice comme il appartient,
De Contraindre, par Force d'Armes, Sieges, Assaulz, & toutes autres voies & manieres qu'il advisera, tous ceulx du dit Conte, qui persisteront & demourront en Rebellion & Desobeissance, & ne vouldroient obeir aux Mandemens & Commandemens, que leur fera depar Nous nostre dit Cousin de Fouix,
De Resister & faire Guerre, par toutes voies & manieres, a cellui qui se dit Daulphin, ses Aliez, Complices, Favorisans, & Adherens, Ennemis & Adversaires, Rebelles & Desobeissans a Nous & a nostre dit Filz, le Roy d'Engleterre,
De Publier, & faire Publier, les Lettres de la PAIX FINAL, derreinerement faitte entre Nous & nostre dit Filz le Roy d'Angleterre,
De faire Jurer ycelle PAIX, par nos dis Subgiez, & Recevoir les Seremens sur ce Ordonnez estre faiz,
De Gouverner, ou Nom de Nous, bien & deuement, jusques au bon plaisir de Nous, & de nostre dit Filz, comme dit est, en Justice, Paiz, & bonne Seurte, le dit Conte,
De Suspendre & Oster tous Seneschaulx, Cappitaines, & quelzconques Noz autres Officiers du dit Conte, qu'il verra estre Inutiles pour Nous & nostre Seigneurie,
Et de Commettre, en leurs Lieux, autres loyaux & souffisans, par maniere de Provision, & jusques a ce que par Nous & nostre dit Filz en soit autrement Ordonne,
De faire Demolir & Abbatre tous Chasteaulx & Forteresses non Tenables, & autres Nuysibles & Prejudiciables a Nous & a nostre dite Seigneurie,
Et les Tenables & Prouffitables faire Veoir & Visiter, Emparer & Garder, aux Despens de ceulx qu'il appartendra, & ainsi qu'il advisera estre pour le Mieulx,
De Mettre & Appliquer a nostre Prouffit & Demaine tous les Biens, Meubles & Immeubles, des dis Rebelles & Dessobeissans, sans les souffrir Dissiper ne Gaster,
Et de Commettre au Gouvernement d'iceulx bonnes & solvables Personnes, qui Nous en saichent Rendre Compte, quant requis en seront & il appartendra,
De faire Faire, ou Nom de Nous, tous Cris & Publicacions, qu'il verra estre a faire pour le Bien de Nous & de nostre Seigneurie,
Et de Mander & Assembler tel Nombre, de nos Vassaulx & Subgiez du dit Conte, & d'autres Gens d'Armes & de Trait, que bon lui semblera, & yceulx Emploier, Conduire, & Mener a la Recouvrance de nos dis Paiis & Conte, pour Remmettre soubz nostre Obeissance tous Rebelles & Desobeissans,
Et generalment de Faire, Dire, & Excercer, es Choses dessusditz, & de chascune d'icelles, leurs Circumstances & Deppendences, tout ce que a tel Commis & Gouverneur puet & doit competer & appartenir;
Si donnons en Mandement, par ces Presentes, a tous Seneschaulx, Chastellains, Cappitaines, & quelzconques autres noz Justiciers, Officiers, & Subgiez (de quelque Estat, Auctorite, Dignite, & Condicion qu'ilz soient) que a nostre dit Cousin le Conte de Fouix, comme a Gouverneur depar Nous du dit Conte, & a ses Mandemens, Lettres, & Commandemens, Commis & Deputez, Obeissent & Entendent diligemment, es Choses dessusdites, & toutes autres touchans le Gouvernement du dit Conte, sans Reffus, Delay, ou Contredit, sur Peine d'encourir nostre Indignacion perpetuelle, & d'estre Repputez envers Nous Rebelles & Desobeissans.
En tesmoing de ce Nous avons fait mettre nostre Seel a ces Presentes.
Donne a Saint Pharon lez Meaulx, le Huitisme Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & ung, & de nostre Regne le xlij.
Par le Roy, a la Relacion du Grant Conseil.
Jekinel.
Sub Sigillo, Cerâ albidâ expresso, pendenti a Caudâ Pergamenae.
March 8. Commission of Charles the French K. to Gaston de Foix, count of Longueuille, and Captal de Buch, sir John Radclyf, constable of Bourdeaux, and William Barraut, secretary, to receive the oath of the count of Foix to the treaty of Troyes. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 188. H. iv. p. iv. 55.
Commissio ad Recipiendum Sacramentum Comitis Fuxi.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la grace de Dieu, Roy de France, a, nostre Treschier & Ame Cousin, Gaston de Fouix Conte de Longueville & Captal de Buich, Jehan Radclyf Chivaler Connestable de Bordeaulx, & nostre Ame & Feal Premier Secretaire Maistre Guillaume Barraut, Salut & dilection.
Comme,
Pour le tresgrant bien & evident proufit de Nous & de toute la Chose publique de nostre Royaume, & pour eviter l'effusion du Sang humain, & aussi pour mettre en Paix, Repos, & Transquillite les Royaumes de France & d'Angleterre, qui par longue espace de temps ont este en Guerre, Division, & Mortelle Hayne,
Dont tant de Maulx & Inconveniens sont venus aus dis Deux Royaumes, & mesmement a la Christiente, comme il a este, & est assez notorie, & estoient encores en aventure de venir plus grans, se, par la Grace de nostre Seigneur, Provision n'y eust este mise,
Nous,
Par tresgrant & meure deliberation de Conseil, eue avec nostre Treschiere & Tresamee Compaingne la Royne, nostre Treschier & Tresame Filz le Duc de Bourgongne, les autres Pers, Arcevesques, Evesques, & autres Gens d'Eglise, Barons, Nobles, & Communaultez de nostre Royaume,
Ayons, de puis n'aguieres, Faitte, Conclue, & Jurre solennelment PAIX FINAL, ferme, & estable, Entre Nous & nostre Treschier & Tresame Filz le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France, & les Royaumes de France & d'Angleterre,
La quelle Paix noz Compaigne, & Filz de Bourgongne, & les autres dessusdis ayent, par nostre Ordonnance & Commandement, Jurre & Afferme,
Et derreinement, en la Presence des Trois Estas, mandez & venus pardevers Nous en nostre Ville de Paris, ayons derechief, tous jours pour plus seure Confirmation, Agree icelle PAIX, & Ordonnee par EDICT & LOY IRREVOCABLE que chascun de noz Subgiez (de quelque Estat, Dignite, ou Condition qu'il soit) Jure la dicte PAIX, & Tiengue & Garde Firmement & Inviolablement,
Et,
Pour ce que, nostre Treschier & Feal Cousin, le Conte de Fouix n'a encores Jure la dite PAIX, comme ont fait noz autres Parens, Vassaulx, & Subgiez, comme dessus est dit,
Nous,
Qui ne voulons aucuns de noz Vassaulx & Subgiez demourer en ce cas en Neutralite, Partialite, ou Suspens, mais estre unis, soubz Nous leur Roy & Souverain Seigneur, en une mesme Obeissance, & soubz une Seigneurye Souveraine, comme Raison est,
Confians a plain de voz loyaute & bonne prudence,
Vous, & les Deux de vous, Avons Commis, & Commettons, par ces Presentes, a Requerir, Demander, & Recevoir de, nostre dit Cousin, le Conte de Fouix le Serement de la dite PAIX,
Le quel Serement lui ferez faire, & Receurez depar Nous, selon la forme qui s'ensuit,
Premierement, vous Jurez & Promettrez que a, Treshault & Trespuissant Prince, Henry Roy d'Angleterre, comme a Gouverneur & Regent du Royaume de France & de la Chose Publique d'icellui, & a ses mandemens & commandemens, vous entendres & obeirez, humblement, loyaument, & diligemment, & en toutes choses, touchans & concernans le Gouvernement & Regime du dit Royaume de France, & de la Chose publique, subjecte a, Treshault & Trespuissant Prince, & nôtre Soverain Seignieur Charles Roy de France.
Item, que Incontinent, aprez le Decez de nostre dit Souverain Seignieur Charles Roy de France, & continuelment, vous serez loyaux Hommes, Liges, & vrais Subgiez du dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, & de ses Hoirs perpetuelment; & icellui, comme vestre Souverain Seigneur & vray Roy de France, sans opposicion, contradicion, ou difficulte, aurez & receurez, & a Lui, comme vray Roy de France, obeirez, & que Jamais a nul autre, comme a Roy & Regent de France, n'obeirez, s'y non a nostre dit Souverain Seigneur Charles Roy de France, & au dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, & a ses Hoirs.
Item, que vous ne serez en Aide, Conseil, ou Consentement que, le dit Treshault & Trespuissant Prince, Henry Roy d'Angleterre perde la Vie ou Membre, ou soit Prins de mauvaise Prinse, ou quel il seuffre Dommage ou Diminution en ses Personne, Estat, Honneur, ou Choses quelzconques; mais, se vous sauvez ou congnoissez aucune tele Chose estre contre lui pensee ou machinee, vous l'empescherez en tant comme vous pourrez, & par vous mesmes, Messages, ou Lettres, Lui ferez savoir le plus tost que faire le pourrez.
Et, generalment, vous Jurez que, sans dol, fraude, ou mal engin, vous Garderez & Observerez, & feres Garder & Observer toutes les Choses, Poins, & Articles contenus es Lettres & Appointemens de la dicte PAIX FINAL, faicte, accordee, & Juree, entre nostre dit Souverain Seigneur Charles Roy de France, & le dit treshault & trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, sans, en Jugement, ne dehors, Directement, ou Indirectement, publiquement ou secretement, par quelconque couleur ou voye que ce soit, ou puist estre, venir, ou faire venir, ou consentir estre fait, ou contraire des Choses, Articles, ou Poins dessusdis, ou d'aucun d'iceulx, mais, en toutes manieres & voies possibles, tant de fait, comme de droit, Resisterez a tous ceulx, qui vendront, ou attempteront, ou s'efforceront de faire venir, ou attempter, a l'encontre des Choses, Articles, ou Poins dessusdis, ou d'aucun d'iceulx.
Et, pour ce que, de nouvel, nous avons commis & ordonne nostre dit Cousin de Fouix Gouverneur, pour nous, de nostre Paiis de Languedoc,
Pour Raison du quel Gouvernement, & pour autres Causes & Considerations, a ce nous mouvans, Voulons & Desirons qu'il fait en voz mains les Seremens, contenans la forme qui s'ensuit,
Vous Jurez & Promettrez que, sans aucun delay, vous feres Jurer la dite PAIX, & les Poins & Articles contenus en icelle, par les Gens des Trois Estas, & Communaultez des bonnes Villes de voz Terres & Paiis, estans ou Royaume de France, & Duchie de Guyenne.
Item, que vous Gouvernerez bien, deuement, & loyaument le Paiis de Languedoc a l'Onneur & Utilite des dis Roys, & en leur Obeissance le Garderez, & leur Restituerez toutes fois qu'il leur plaira; & ne baillerez ou deliurerez, ne souffrerez estre baillie ou delivre, le dit Paiis, ne les Citez, Villes, Chasteaulx, ou Forteresses d'icellui, ne aucun d'icelles, a quelconque Personne, s'y non aus dis Roys, ou a leurs Commis & Depputez.
Item, que de chascun Capitaine & Officier Royal du dit Pays de Languedoc vous Receura pareil Serement, & leur ferez Jurer la dite PAIX.
Item, que vous Restituerez aus dis Roys les Terres de Leutret, de Thor, de Talemont, de Marquefaune, & le Conte de Bigorre, ou cas que vous ne Monstrerez icelles estre vestres dedeins le Terme, & par la maniere accordee en certaines Lettres, donnees a Saint Pharon les Meaulx, le iij Jour de Mars, l'An de Grace Mil, CCC, & Vint ung.
Item, que vous feres diligence d'avoir, en Service des ditz Roys, en vestre compaigne, & soubz vous, le nombre de Gens d'Armes & de Trait dont Bertran de Dommasain Escuier, Jehan de Forton Licentie en Droit Canon, & Jehan Sauterisse Escuier, vos Conseilliers, Ambaxadeurs, Procureurs, & Messagiers en ceste partie, ont este d'accort avec les dis Roys par les dites Lettres; c'estassavoir, jusques a Mil & Cinq Cens Paies;
Et que vous les emploierez a faire Guerre a cellui qui se dit Daulphin, & a ses Aliez, Adherens, & Complices, Ennemis, & Adversaires, Desobeissans, & Rebelles des dis Roys; & ferez la plus grant diligence, que vous pourrez, a Remettre le Pays de Languedoc en la Subjection & Obeissance des dis Roys; & Commencerez a Faire Guerre, & entendre a la Recoverance du dite Pays, dedens le Premier Jour de Juing prouchain venant.
Item, que vous Ferez & Accomplirez, de vestre part, toutes les Choses dont ont estre d'accort vos ditz Ambaxadeurs, selon la Forme & Teneur des dites Lettres, Donnees, a Saint Pharon lez Meaulx, le iij Jour de Mars, l'An de Grace Mil, CCCC, & Vint ung, comme dit est,
Et que vous Ballerez vos Lettres, Confirmatoires de celles, que vos dessus nommez Ambaxadeurs, Procureurs, & Messagiers ont bail aus dis Roys.
Des quelz Seremens, qui ainsi seront fais par nostre dit Cousin le Conte de Fouix, voulons Lettres Patentes estre faites & scelles de son Seel, & a Nous Renvoyees, le plus tost que faire se pourra.
Donne a Saint Pharon lez Meaulx, le viij Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, & Vint & ung, Et de nostre Regne xlij.
Par Le Roy a la Relacion du Grant Conseil.
Jekinel.
Sub Sigillo, Cera albida expresso.
March 8. Similar commission to the count of Longueville. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 190. H. iv. p. iv. 55.
Commissio pro Comite de Longueville ad recipiendum praefatum Sacramentum.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la grace de Dieu, Roy de France a, nostre Ame & Feal Cousin, Gaston de Fouix Conte de Longueville & Captal de Buch, Salut & Dilection.
Comme,
Pour le Tresgrant bien de toute la Chose Publique de nostre Royaume, & pour eviter l'effusion di sang humain, & aussi pour mettre en Paix, Repoz, & Transquillite les Royaumes de France & d'Angleterre, qui par longue espace de temps ont este en Guerre, Division, & mortelle hayne,
Dont tant de maulx & Inconveniens sont venus aus diz deux Royaumes, & mesmement a la Christiante, come il a este & est assez notoire, & estoient encores en adventure de venir plus grans, se, par la grace de nostre Seigneur, Provision n'y eust este mise,
Nous,
Par Tresgrant & meure deliberacion de conseil, eue avec nostre treschier & tresamee &c. de verbo ad verbum prout supra in Commissione praeeunte.
Donne a Saint Pharon lez Meaulx, le viij Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & un, & de nostre Regne xlij.
Par le Roy, a la Relation du Grant Conseil.
Jekinel.
Sub Sigillo Cera flava expresso.
March 8. Commission of the French K. to John count of Foix to receive the oaths of Matthew de Foix, count of Comminges, and his subjects in Languedoc and Bigorre, to the treaty of Troyes. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 191. H. iv. p. iv. 56.
Commissio Comitis Fuxi, pro recipiendo Juramentum Pacis a Domino Mathaeo Fratre suo, & ab omnibus de Patria Linguae Occitanae, & Comitatus Bigorre.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Roy de France, a, nostre Ame & Feal Cousin, Jehan Conte de Fouix, Gouverneur de par Nous de noz Paiis de Languedoc & Conte de Bigorre, Salut & Dilection.
Nous (confians de vos grans Sens Loyaultez, Prudence, & bonne Diligence) vous avons Comis, Ordonns, & Depute, Commettons, Ordonnons, & Deputons, par ces Presentes, de Prendre & Receuoir de, nostre Ame & Feal Cousin, Mathiew de Fouix Conte de Cominges vostre Frere, & de touz Prelaz & autrez Gens d'Eglise, Nobles, Bourgoiz, Comunaltez, & quelzconques noz autres Subgiez de noz diz Paiis de Languedoc & Conte de Bigorre, le Serement de la PAIX FINAL, faite derrain entre Nous & nostre Treschier & Tresamee Filz le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France, selon la forme de certain Cedule que avons Ordonnes estre faite, & selon la quelle ont Jure les Prelaz, Gens d'Eglise, Nobles, Bourgoiz, Comunaultez, & Subgiez de nostre Royaume, de la quelle le Teneur s'ensuit.
Premierement, vous Jurez & Promettrez que a, Treshault & Trespuissant Prince, Henry Roy d'Angleterre, comme a Gouverneur & Regent du Royaume de France, & de la Chose Publique d'icellu, & a ses Mandemens & Commandemens, vouz entendrez & obeirez humblement, loyaument, & diligenment, & en toutes Choses, touchans & concernans le Gouvernement & Regime du dit Royaume de France & de la Chose Publique, subjecte a Treshault & Tresexcellent Prince & nostre Souverain Seigneur Charles Roy de France.
Item, que incontinent, apres le Decez de nostre dit Souverain Seigneur Charles Roy de France, & continuelment vous serez loyaulz Hommes, Liges, & vrays Subgiez du dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, & de ses Hoirs Perpetuelment, & icellui, comme vestre Souverain & vray Roy de France, sans opposicion, contradiccion, ou difficultate, Aurez & Receivrez, & a Lui, comme vray Roy de France, Obeirez; Et que Jamais a nul autre, comme a Roy ou Regent de France, n'Obeirez, si non a nostre dit Souverain Seigneur Charles Roy de France, & au dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, & a ses Hoirs.
Item, que vous ne serez en Aide, Conseil, ou Consentement, que le dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre perde la Vie ou Membre, ou soit Prins de Mauvaise Prinse, ou qu'il seuffre Dommage ou Diminucion en ses Personne, Estat, Honneur, ou Choses quelzconques; Mais, se vous savez ou congnoissez aucune tele Chose estre contre lui Pensee ou Machinee, vous l'Empescherez en tant comme vous pourrez, & par vous mesmes, par Messages, ou Lettres, Lui ferez assavoir le plus tost que faire le pourrez: Et generalment vous Jurez que, sans Dol, Fraude, ou Mal engin, vous Garderez & Observerez, & ferez Garder & Observer, toutes les Choses, Poins, & Articles contenuz es Lettres & Appointtemens de la dite Paix Final, Faite, Accordes, & Jures entre nostre dit Souverain Seigneur Charles Roy de France, & le dit Treshault & Trespuissant Prince Henry Roy d'Angleterre, sans Jamais, en Jugement, ne dehors, directement ou indirectement, publiquement, ou secretement, par quelconque couleur ou voye que ce soit ou puist estre, venir, ou faire venir, ou consentir estre fait, au contraire des Choses, Articles, ou Poins dessusdiz, ou d'aucune d'iceulx, mais, en toutes manieres ou voyes possibles, tant de Fait, comme de Droit, Resisterez a tous ceulx qui vendroit, ou attempteront, ou s'efforceront de faire venir, ou attempter, a l'encontre des Choses, Articles, ou Poins dessusdiz, ou d'aucunes d'iceulz,
Lesquelz Seremens Nous Voulons, Commandons, & Enjoingnons expressement a touz noz Subgiez de nostre Paiis de Languedoc, tant Ecclesiastiques, comme Seculars, (de quelque Estat, Dignite, Noblesse, ou Condicion qu'ilz soient) qu'ilx les Jurent, & la dite Paix Tiengnent & Gardent fermement & inviolablement, sans enfraindre en quelque maniere que ce soit.
Et s'aucune sont Reffusans, Contredisans, ou en demeure de ce faire, Nous voulons que a ce les Contraignez, &, en cas de Rebellion ou Obstinacion, les Pugnissez & Corriges tellement, que ce soit Exemple a tous autres; de ce faire vous Donnons Povoir Auctorite & Mandement especial par ces Presentes,
Mandons & Commandons a touz noz Justiciers, Officiers, & Subgiez que a vous, en ce faisant, Obeissent & Entendent diligement, & vous prestent & bailient Conseil, Confort, & Aide, se mestier est & par vous Requis en sont.
Donne a Saint Pharon les Meaulz, viij jour de Mars, l'An de Grace Mille CCCC. Vint & ung; Et de nostre Regne le xlij.
Par Le Roy a la Relation du Grant Conseil.
Jekinel.
March 8. The K. of France retains 2,000 men to serve the count of Foix. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 192. H. iv. p. iv. 50.
Pro Comite Fuxi Appunctuata super Vadiis guerrae.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Roy de France a, noz Ameez & Foialx Conseillers, les Tresourers & Generalx Gouverneurs de touz noz Finances, tant du Demayne, comme des Aydes, Ordenes pour la Guerre, Salut & Dilection.
Savoir vous faisons que,
Pur Reduire, Tenir, & Governer nostre Paiis de Languedoc en nostre Obeissance, & pour Resister a pluseurs Rebelles & Dissobeissans a Nous,
Nous,
Par l'Advys de, nostre Treschier & Tresame Filz, le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France, & de nostre Grant Conseil.
Confiantz singlerement en la bone volente & affection, que A au Bien de Nous & de nostre Seignurie, nostre Treschier & Feal Cousyn, le Conte de Foix,
Icelluy avons Retenu, & Retenons par ces Presentes, pour Nous Servir en ce que dit est, a la Charge de Mylle Hommes d'Armes, & Mylle Hommes de Trayt, a noz Gaiges, revenans a Mylle & Cinq Cens Paies, & au dessoubz; c'estassavoir,
Chivaler Banneret, vintquatre Escuz d'Or.
Chivaler Bacheler, Douze Escuz d'Or,
Escuyer, Sys Escus d'Or,
Arbalester a Chival, Quatre Escuz, Quatorze Souldz, Cinque Deniers,
Arbalester a Pie, Troys Escuz, Troys Souldz, Sept Deniers,
Pur Archier a Chival, Quatre Escuz,
Et Archier a Pie, Troys Escuz,
Par Moys,
Les quelles Gages Nous Volons estre paies, de Moys en Moys, selon les Monstres & Revenues, que serront faitz, des ditz Gens d'Armes & de Trait, pardevant celluy ou ceux que Nous y Commettrons, a Commancier le Primer Moys de Jour la Primer Monstre que serra fait de ceux Gentz d'Armes & de Trait, & de la en avant, de Moys en Moys, selon les Monstres & Reveues jusque a leur Cessement,
En Deduissant, toutes voies & avant tout euure, Dousz Mille, Sept Cens, & l. Escuz d'Or, que nostre dit Filz le Roy d'Engleterre a fait pur Nous bailler en prest a nostre dit Cousyn, sur le Paiement de Deux Moys, pour ceulx de sa present Retenue.
Et, en outre, pur Aider a nostre dit Cousin de Foix a Supporter les Charges & Despens, que faire luy convendra en ceste Cause, Nous, par l'advys que dessus, Luy avons Tauxe & Ordonne, Taxons & Ordonnons par ses Presents, pour Estat, la Somme de Sept Cens Cinquant Escuz pur Moys, a commencer comme dessus, & durant le temps de ceste present Retenue.
Si vous Mandons & Enjoignons tresexpressement que, par le Tresourier de noz Guerres, le Commys a se, ou autres q'il appartiendra, vous facez Paier, Bailler, & Deliverer a nostre dit Cousyn son dit Estat, & a Luy, & au Gens d'Armes & de Trait, de sa dit Retenue, leurs dit Gaiges, de Moys en Moys, a Commancier, comme dit est, le Primier Moys,
Et par Rapportant ces Presentes, ou Vidimus d'icelles fait soubz Seel Royal, avecques les ditz Monstres & Reveues, & Quitance sur ce suffisant, les ditz Gaiges, jusques au dit Noumbre de Mille & Cinque Cens Paiez, & au dessoubz, & auxi de Sept Cens l.Escuz d'Or par Moys, pur nostre dit Cousyn, serront Alloues es Comptez, & Rabatuz de la Recepte du dit Tresourer, ses Commis, ou d'autres qui paiez les aura, par noz amez & fealx Gens de nos Comptes a Parys; as quelles Nous Mandons que ainsi le facent saunz ascun contredit ou difficulte.
Donnes a Saint Pharon les Meaulx, le viij Jour de Mars, l'Ann de Grace Mille, iv C. xxj. Et de nostre Regne le xlij.
Par Le Roy, a la Relacion du Roy, Heritier & Regent de France.
Jekinel.
Scedula annexa.
Nous, les Tresaurer & Generalx Gouverneurs de touz les Finances du Roy nostre Seignur, Consentons & sommes d'accord, que les Lettres Roialx, aus quelles ces Presentes sount attachees, soubz l'un de noz Signees, faisantz mencion du Conte de Foix, soient entiernees & acompliz, de Point en Point, selon leur forme & Teneur, par les Tresourer de Guerres du Roy nostre Seignur, qui a present est, ou serra pur le temps advenir, ou Paiis de Languedoc, le Commis a se, & par autres qu'il appartiendra.
Donne a Parys, le xxvj Jour de Mars, l'An Mille iv C. & xxj.
March 8. Commission of the French K. to the count of Longueville, sir John Radclyf, constable of Bourdeaux, and two others, to muster the above men. S. Pharon lez Meaux.
O. x. 193. H. iv. p. iv. 57.
De Comite Fuxi, pro Monstris Capiendis.
An. 9. H. 5. Ex Autogr.
Charles, par la grace de Dieu, Roy de France, a nostre Treschier & Ame Cousin, le Conte de Longueville Captal de Buch, Jehan Radclyf Connestable de Bourdeaulx Chivaler, &, noz Amez & Feaulx, Maistre Guilleaum Barrau nostre premier Secretaire, & Maistre Pierre Girault aussi nostre Secretaire, Salut & Dilection.
Comme,
Par l'Advis & Deliberacion de nostre Treschier & Tresame Filz, le Roy d'Angleterre, Heritier & Regent de France,
Nous aions Baille, Charge, & Retenue a, nostre Treschier & Feal Cousin, le Conte de Fouix, Gouverneur de nostre Paiis de Languedoc, pour & ou Nom de Nous & de nostre dit Fil, de Mille & Cinqs Cens Paies, Hommes d'Armes & de Trait, pour les emploier ou Service de Nous & de nostre dit Filz, a Recouvrer, Reduire, & mettre en nostre Subjeccion & Obeissance nostre dit Paiis de Languedoc, & Resister tant a Cellui qui se dit daulphin, comme autres Rebelles & Desobeisans, Ennemis & Adversaires de Nous & de nostre dit Filz, & pour veoir & Recevoir les Monstres & Reveues de Gens d'Armes d'icellui nostre dit Cousin de Fouix,
Soit expedient de commettre aucunes notables Personnes, Feables a Nous & a nostre dit Filz,
Nous,
Qui de voz Prudence & bonne Diligence Nous confions grandement,
Par l'Advis & Deliberacion d'icellui nostre Filz,
Vous avons Commis & Ordonnez, & Commettons & Ordonnons, par ces Presentes, ou les Trois, ou Deux de vous, a Recevoir les Monstres & Revenues de nostre dit Cousin de Fouix, & des Gens d'Armes & de Trait, estans de sa Retenue & soubz Lui,
Si vous Mandons, & aux Trois, ou Deux de vous (dont vous, nostre Cousin de Longueville, ou vous Connestable de Bourdeaulx, soiez l'un) Recever les dites Monstres pour la primiere foiz,
Et que vous, noz Secretaires, ou l'un de vous, Recevez les Reveues, de la en avant, des Gens d'Armez & de Trait d'icellui nostre Cousin,
En leur faisant faire les Serement & Promesses, qu'ilz Serviront bien & loyaument Nous & nostre dit Filz, en la Compagnie de nostre dit Cousin, a l'encontre du dit soy disant Doulphin, ses Aliez, Complices, & Adhaerens, & tous autres Rebelles & Desobeissans, Ennemis & Adversaires de Nous & d'icellui nostre Filz,
Et qu'ilz ne se partiront point de la Compagnie de nostre dit Cousin, sans son Commandement, mais obeiront a lui diligement,
Et autres Seremens & Promesses, en tel cas accoustumez, ainsi qu'ilz appertendra,
En Nous Certifiant souffisament de ce que fait en aurez, en Renuoiant les dites Monstres & Revenues, feablement closes & seellees soubs vestre Seel en la maniere accoustumee,
De ce faire vous Donnons Povoir, Auctorite, & Mandement especial,
Mandons & Commandons a nostre dit Cousin, & aux diz Gens d'Armes & de Trait de sa Compagnie, que a vous, ainsi le facent, comme dessus est dit, Obeissent & Entendent sans difficulte aucune.
Donne a Saint Pharon lez Meaulx, le Huitisme Jour de Mars, l'An Mille, Quatrecens, Vint & ung, Et de nostre Regne le xlij.
Par le Roy, a la Relacion du Roy, Heretier & Regent de France.
Jekinel.
March 15. The K. orders his officers in Guyenne and the Landes to assist the count of Foix. Meaux.
O. x. 194. H. iv. p. iv. 58.
Pro Comite Fuxi, de Intendendo.
An. 9. H. 5. Penes Cler. Pell.
Henry, par la grace de Dieu, Roy d'Engleterre, Heretier & Regent du Royaulme de France, & Seigneur d'Irlande, aux Seneschaulx de Guiene & des Landes, a tous les Barons, Nobies, & autres noz Officers & Subgitz, de nostre Duchies de Guyenne, Salut & Dilection.
Come n'adgaires, nostre Beau Pere de France & Nous ayons Baille certain Charge & Auctorite a, nostre Treschere & Tresame Cousin, le Conte de Foix, pur Remettre & Reduire en l'Obeissance de nostre dit Pere & de Nous le Paiis de Languedoc & Conte de Bigorre,
Et pour icellui nostre dit Cousin aura besoing d'assembler grant Nombre de Gens de Armes & de Trait,
Vous Mandons & estroitement Enjoingnons, & chescun de vous ainsi qu'il appartiendra, en Peine d'encourir nostre Indignacion, que a nostre dit Cousin de Foix, puant par luy sur ce resonablement en seres requis, Entendez en ce que dit est diligealment & Socourez, & donnez Comfort, Conseil, & Aid en Armes, & ainsi que Besoing sera; Et en ce Gardes qu'il n'ait fault.
Donne soubz nostre Seel, a Meaulx, le xv jour de Mars, l'An de nostre Regne ix.
Dors.
Commission au Conte de Foix pur recevoir les Monstres
15 Martii An. ix. H. 5.
March 16. Agreement of the Kings of England and France for the payment of the wages of the count of Foix. Meaux.
O. x. 194. H. iv. p. iv. 58.
Appunctuata super solutione Vadiorum.
An. 9. H. 5. Ex. Autogr.
Nous, Bertran de Domasain Escuier, Jehan de Forton Licencie en Loys, & Johan de Sainterisse Escuier, Conseillers, Ambassadeurs, Procureurs, & Messagiers, de, Hault & Puissant Seignur, Monsieur Jehan Conte de Fouix, comme par Lettres de Procuracion peut apparoir,
Des quelles la Teneur est telle.
Johannes, Dei gratiâ, Comes Fuxi, Omnibus, ad quos &c. eadem quae inseritur in Appunctuatis 3 die Martii, tunc sic,
Savoir faisons que,
Come, Treshaulx, Tresexcellent, & Trespuissans Princes, & noz Tresredoubtez & Souverains Seigneurs, Charles, par la grace de Dieu, Roy de France, &, Henry, par icelle mesme grace, Roy d'Angleterre, Heretier & Regent de France, aient Concedee, Ottroie, & Accorde au dit Monseigneur le Conte de certains Poins & Articles, contenuz & declairez en certains Lettres, faites & passees, a Saint Pharon lez Meaulx, le Troizieme Jour de ce present Mois de Mars,
Et, d'autre part, Nous, ou nom du dit Monseigneur le Conte, aions Promis & Accorde certains aultres Poins & Articles, contenuz & declairez en certain noz Lettres, Donne au dit Saint Pharon, le dit iij Jour de Mars, Seellees de noz Seaulx, & signees de noz Sainge Manuelz,
Et, entre les diz Poins & Articles, soit contenu & accorde que la Somme, de Douze Mille, Sept Cens, Cinquante Escuz d'Or, sera Baillee & Delivree, en prest, au dit Monseigneur le Conte, sur ce que pour Deux Mois purroit estre deu a leu & ceulx de sa Compaignie, jusques a Mille & Cinq Cens Paies & audesseurs,
En que, dedens le Primier Jour de June, prouchain venant, icellui Monseigneur le Conte sera tenu Faire & Commencer Guerre ou Paiis de Languedoc, a la Recouvrance d'icellui, pour la Remettre & Reduire a la Subjeccion & Obeissance des diz Roys, & Resister a cellui qui se dit Daulphin, ses Aliez, Adherens, & Complices, & autres Re- belles & Desobeissans, Ennemis & Adversaires des diz Roys,
Et Aujourdui, poiron qu'il Nous a este accorde, depar les diz Roys, que la dite Somme, de Douze Mille, Sept Cens, Cinquante Escuz d'Or, Nous sera baillee & delivree, ou Royaume d'Angleterre, en Six Mille, Neuf Cens, Cinqante Quatre Nobles d'Angleterre, & Un Escu d'Or,
Ou quel Royaume, le dit Treshaul & Tresexcellent Prince, le Roy, Heritier & Regent, fera Armer, a ses Despens, un Vaisseau de Guerre, pour Nous conduire & mener jusques a Bourdeaulx, ou Bayonne,
Mais, pour ce que, a l'occasion des Perilz des Chemins de la Mer, pourroient venir (que Dieu ne vueille) aucuns empeschemens & arrestz, avons Promis, & Promettons ou Nom que dessus, que se la dite Some estoit Arrestee & Perdue sur la dite Mer, aincois que peussions venir devers mon dit Seigneur le Conte, icellui Monseigneur le Conte Prendra le Moietie de la perte sur lui, &, ce non obstant, il sera tenu de Commencier & faire la Guerre, comme dit est, dedans le Primier Jour de Juing prouchain venant,
Pourveu que les diz Roys auront & prendront la Parte de l'autre Moitie sur eulx,
Et que, dedans Quatre Mois apres ce que mon dit Seigneur le Conte aura fait signifier aus diz Roys la dite parte (s'elle advenoit) les diz Roys envoieront au dit Monseigneur le Conte la Somme de Six Mille, Trois Cens, Soixante Quinsze Escuz d'Or, ou Mille Quatre Cens, Soixante, Dix Sept Nobles, Demi Escu d'Or, ou Monoie a la Valeur, au Lieu de Bordeaulx, Baionne, Pampelune, Barcelonne, ou Parpignain, ou en l'une d'icelles Villes.
Item, s'il advenoit que mon dit Seineur le Conte alast, pendant le temps que nous ferons le dit Veage, de Vie & trepassement, Nous Promettons de bailler la dite Somme de xij Mil. vij Cens Cinquante Escus d'Or, en telle Monnoie, que la Receurons, ou cas qu'elle ne seroit empeschie ou perdue, comme dit est, a Monseigneur le Conte de Longueville Captal de Bucch, pour icelle Garder & Conserver au Proufit & Volunte des diz Roys,
Et, se le dit Monseigneur le Conte ne faisoit & acomplissoit, de sa part, les Poins & Articles que ou nom de lui avons Accordez, les diz Roys ne seront point tenuz de enteriner ne acomplir au dit Monseigneur le Conte les Poins & Articles, que lui ont accordez & ottroiez.
En Tesmoing de ce Nous, Bertran de Domasain, Jehan de Forton, & Jehan de Santerisse, avons mis noz Seaulx & Saings manuelz a ces Presentes.
Donne a Meaulx, le Sezieme Jour de Mars, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Vint & Un.
Bertran de Domesayn.
De Forton.
De Santerisse.
Sub Tribus Sigillis Ambaxiatorum
.
March 19. The K. orders the bailiffs of Rouen, Gisors, Chaumont, and nine others, to summon ecclesiastics who hold lands without amortisation to pay fines, on pain of confiscation. Rouen Castle.
O. x. 195. H. iv. p. iv. 58.
Brevia pro Amortisationibus.
An. 9. H. 5. Norm. 9. H. 5. m. 3. d.
Rex, Ballivo suo de Rouen, vel ejus Locumtenenti ibidem, Salutem.
Mandamus vobis, firmiter injungentes, quòd in singulis Locis, infra Balliagium vestrum, ad hoc consuetis, publicè, ex parte nostra, Proclamari faciatis,
Quòd omnes Ecclesiae, tàm Majores, quàm Minores, & generaliter universa Religiosa seu Pia Loca, quae Terras, Tenementa, Redditus, Possessiones, aut Proventus, infra Ducatum nostrum Normanniae, aut alia Loca Conquestae nostrae, absque Amortisatione expressa, tenent, seu eorum Praelati vel Personae, earumdem Ecclesiarum seu Locorum nomine, seu Dignitatum, Officiorum, aut Ministrationum, quas optinent in eisdem, instent & mittent pro eorum Amortisatione, sub Magno Sigillo nostro, quo in Cancellaria nostra Normanniae utimur, optinendâ, pro rationabili & moderata Financia, citra ultimum diem Maii proximò futurum, si id Sibi, & Ecclesiis, seu Locis suis praedictis viderint expedire,
Alioquin absque dolo, fraude, fictione, seu quovis exquisito Colore, eadem Terras, Tenementa, Redditus, Possessiones, & Proventus, realiter & cum effectu, ponant extra manum Ecclesiae, infra Terminum supradictum, sub Poena Confiscationis eorumdem, & Applicationis ad Domanium nostrum,
Et de omni eo, quod sic extra Manum suam posuerint, & de modo & serie ipsius Facti, Nos, in Cancellaria no- strâ praedictâ, certificent, infra Quindecim Dies, post Lapsum Termini antedicti, sub Poena superiùs annotata,
Mandantes vobis ulteriùs quòd omnia & singula hujusmodi Terras, Tenementa, Redditus, Possessiones, & Proventus,
Quae a praedictis Ecclesiis, seu Religiosis, aut Piis Locis, vel eorum Praelatis, seu Personis, eorumdem Ecclesiarum sive Locorum Nomine, post praedictum ultimum diem Maii, absque Amortisatione, per diligentem Inquisitionem, per vos in ea parte fiendam, teneri reperieritis, ea (videlicet) quae adquisita fuerunt, infra Quadraginta Annos proximos ante Gratiam, si quam hactenus habuerunt, de non ponendo hujusmodi Terras, Tenementa, Redditus, Possessiones, & Proventus, extra Manus suas,
Vos in Manus nostras extunc sine dilatione ponatis & saisiatis, seu poni & saisiri faciatis,
Et de Diligentia, quam impenderitis in Praemissis, necnon de omnibus & singulis, quae in hac parte feceritis, & eorum Circumstantiis, Nos, in Cancellaria nostra praedicta, citra ultimum diem Junii proximò futurum, sub Sigillo vestro, distinctè & apertè, Certificetis,
Et hoc nullatenus omittatis.
Teste Rege apud Castrum suum Rothomagi, decimo nono die Martii.
Per ipsum Regem.
Consimilia Brevia diriguntur Ballivis subscriptis; videlicet,
Gisors,
Chaumont,
Beaumont sur Oyse
,
Et,
Pontoyse,
Mante,
Eureux,
Alencon,
Caen,
Costentin,
Eu,
Dieppe
.
March 24. Grant to Louis Morel, chaplain; to Mathœa, widow of Simon Guillot, and to Reginald and Alice Basire of Monstereul, of their inheritances. Rouen Castle.
O. x. 196. H. iv. p. iv. 58.
De Haereditatibus Concessis.
An. 10. H. 5. Norm. 10. H. 5. m. 28.
Henricus, Dei gratiâ, Rex Angliae, Haeres & Regens Regni Franciae, & Dominus Hiberniae, Omnibus, ad quos praesentes Literae pervenerint, Salutem.
Sciatis quòd, Auctoritate nostrâ Regiâ, & ad Supplicationem Lodowici Morel Capellani, jurati Ligei nostri, de Gratiâ nostrâ speciali, Dedimus & Concessimus ei Haereditates, Redditus, & Possessiones quoscumque, quos ipse, ante Primum Diem Augusti, Anno Regni nostri Quinto, infra Ducatum nostrum Normanniae, non Nobilitatos, tenuit & possidebat, qui Valorem Viginti Librarum Turonensium per Annum non excedunt ut dicit,
Habendos & Tenendos Haereditates, Redditus, & Possessiones praedictos praefato Lodowico, eisdem modo & formâ quibus idem Lodowicus eos ante diem praedictum tenuit & possidebat, si Valorem praedictum non excedant, per Homagium, si & ubi debetur, faciendum secundum Consuetudinem Ducatûs nostri praedictil, ac faciendo alia Onera & Servitia indè debita & consueta,
Reservatis semper Nobis & Haeredibus nostris alta & suprema Justitia, ac omni alio Jure quod ad Nos poterit pertinere,
Proviso semper quòd Haereditates, Redditus, & Possessiones praedicti, seu aliqua Parcella eorumdem, de Dominico Ducatûs nostri praedicti, aut alicui alii Personae, per Nos ante haec tempora, Dati & Concessi, aut aliqui de Terris & Possessionibus subtus Villam nostram Falesiae, vel infra Villam nostram de Cadomo, aut de Lapidicina seu Quarruris prope eandem Villam, quas ad opus nostrum specialiter Reservavimus, aut de Loco seu Spatio Terrae, pro Aedificando Nobis Palatium, infra Civitatem nostram de Rouen, seu extra, prope Muros ejusdem, juxta Compositionem in hac parte factam, non existant.
In cujus rei testimonium has Literas nostras fieri fecimus Patentes.
Teste meipso apud Castrum nostrum Rothomagi, vicesimo quarto die Martii, Anno Regni nostri Decimo.
Per ipsum Regem.
Consimiles Literas habent subscripti; Videlicet,
Mathaea, quae fuit Uxor Simonis Guillot Defuncti, Vidua Jurata &c.
Reginaldus Basire de Monstereul, & Alicia Uxor ejus, Jurati &c.
March 24. Prorogation until June 24 of the performance of fealty by Paul de Crapanica, bp. of Evreux. Rouen Castle.
O. x. 197. H. iv. p. iv. 59.
De Respectuatione pro Episcopo Ebroicensi.
An. 10. H. 5. Norm. 10. H. 5. m. 28. dor.
Rex, dilectis & fidelibus suis, Thesaurario nostro Generali Normanniae, necnon universis & singulis Ballivis, Vicecomitibus, Receptoribus, Officiariis, Ministris, Ligeis, & Subditis nostris, quorum interest, Salutem.
Sciatis quòd,
Cùm Dederimus & Concesserimus, Venerabili in Christo Patri, Paulo de Crapanica,
Quem Dominus Summus Pontifex ad Episcopum Ebroicensem nuper providit,
Certum Diem (videlicet) Festum Paschae proximò nunc venturum, ad faciendum & praestandum Nobis corporaliter Sacramentum Fidelitatis, quod Nobis, ratione temporalium Episcopatûs praedicti, facere debet & tenetur,
Infra quem quidem Terminum, obstantibus Impedimentis non modicis, ad Praesentiam nostram in Personâ suâ commodè accedere non valet ut accepimus,
Nos igitur, de Gratiâ nostrâ speciali, Diem sive Terminum praedictum usque Festum Nativitatis Sancti Johannis Baptistae proximò futurum Prorogavimus, ac Prorogamus, per Praesentes,
Mandantes, Tenore Praesentium, vobis, & cuilibet vestrûm, prout ad eum pertinuerit, quatinus Procuratores praedicti Episcopi omnia Temporalia, ad Episcopatum praedictum, intra Ducatum nostrum Normanniae, ac alias partes Franciae nobis subjectas, pertinentia, necnon Fructus, Redditus, & Proventus, usque Festum praedictum, vice & nomine ejusdem Episcopi, percipere, colligere, & habere, & eis ad Usum & Proficuum ejusdem Episcopi interim pacificè uti & gaudere permittatis, absque molestatione vel impedimento quocumque.
In cujus &c.
Teste Rege apud Castrum Suum Rothomagi, vicesimo quarto die Martii.
March 25. Presentation of John Renouf to a canonry in the church of S. Ebrulf and Firmatus, of Moreton. Three other presentations. Rouen Castle.
O. x. 197. H. iv. p. iv. 59.
De Collationibus.
An. 10. H. 5. Ibid. m. 26.
Rex Decano & Capitulo Ecclesiae Collegiatae Sanctorum Ebrulfi & Firmati de Moretonio Abrincensis Dioecesis, Salutem.
Vobis, Tenore Praesentium, Significamus quòd Canonicatum & Praebendam in Ecclesia praedicta,
Quos nuper optinere solebat in eadem Nicholaus Renoul, per ejus Privationem nunc liberos & vacantes, & in manibus nostris pleno jure existentes,
Quorum quidem Canonicatûs & Praebendae, sic vacantium, Collatio & omnimoda Dispositio Nobis noscuntur pertinere,
Dilecto Nobis Johanni Renouf Capellano, cum suis Juribus & Pertinentiis, Contulimus & Donamus,
Mandantes quatinus ipsum Johannem, seu ejus Procuratorem, in corporalem Possessionem dictorum Canonicatûs & Praebendae ponatis & inducatis, seu poni & induci faciatis,
Ac ipsum recipiatis in Canonicum & Fratrem, Stallum in Choro, & Locum in Capitulo, prout moris, eidem Assignantes,
Necnon ipsum Johannem Fructibus, Obventionibus, Proficuis, & Emolumentis, ad eosdem Canonicum & Praebendam spectantibus, uti & gaudere permittatis; adhibitis Solempnitatibus in talibus fieri consuetis.
In cujus &c.
Teste Rege apud Castrum suum Rothomagi, vicesimo quinto die Martii.
Per ipsum Regem.
Consimiles Literas habent subscripti; videlicet,
Radulphus Veret, ad Cantoriam in Ecclesia Collegiata Sancti Guillielmi de Moretonio Abrincensis Dioecesis, &c.
Magister Johannes le Gallois, Magister in Artibus, & Bacallarius in Theologia, ad Canonicatum & Praebendam in Ecclesia Cathedrali Rothomagensi, &c.
Magister Johannes Guarin, Decretorum Doctor, ad Canonicatum & praebendam in Ecclesia Cathedrali Rothomagensi, &c.
March 26. Grant of an annuity of 30l. tournois to Simon Champs, chaplain in the church of S. Denis. Rouen Castle.
O. x. 198. H. iv. p. iv. 59.
Pro Capellano Capellaniae ad Altare Sancti Ludovici Fundatae.
An. 10. H. 5. Norm. 10. H. 5. m. 27.
Rex Omnibus, ad quos &c. Salutem.
Pro parte, dilecti nobis, Simonis Champs Clerici, Capellani Capellaniae ad Altare Sancti Ludovici, in Ecclesia Sancti Dionisii in Francia fundatae,
Qui Sacramentum, debitum de Conservando Praesentem Pacem, inter praecarissimum Patrem nostrum Franciae & Nos conclusam & concordatam, fecit & praestitit,
Nobis datur intelligi qualiter, recolendae memoriae, Philippus, quondam Francorum & Navarrae Rex, Nobilis Progenitor noster, in Fundatione Capellaniae, praedictam Dotavit de Redditu Annuo Triginta Librarum Turonensium, pro Sustentatione Capellani Secularis dictae Capellaniae, Altissimo ibidem perpetuò Servituri,
Percipiendo Anno quolibet Redditum hujusmodi supra Sigillum, & Pennam, seu Scripturam Castellaniae Pontisarensis, ac supra Proventus & Emolumenta quaecumque Sigilli, ac Pennae, seu Scripturae hujusmodi, in Festis Ascensionis Domini & Omnium Sanctorum, per aequales Portiones,
Et, si dicta Proventus & Emolumenta non sufficerent ad praedictum Redditum solvendum, percipiet dictus Capellanus Redditum illum super Proventibus quibuscumque Praepositurae Pontisarensis in forma supradicta, prout in quibusdam Literis, in ea parte Nobis & Concilio nostro exhibitis, liquet manifestè,
Asserebátque Simon praedictus quòd, a tempore Dotationis praedictae, in tempus quo, divino Nutu, praedictam Villam nostram de Pontoise Conquisivimus, Capellani Capellaniae praedictae, quicumque pro tempore existentes, praedictas Triginta Libras Turonenses super Sigillo, Penna, seu Scriptura Castellaniae Pontisarensis ac Praepositura ibidem perceperunt & habuerunt, absque impedimento quocumque vel contradictionis obstaculo, liberè, pacificè, & quietè,
Nobis humiliter supplicando quantinus, pietatis intuitu, contemplationéque PACIS FINALIS supradictae, gratiosè providere dignaremur quòd idem Simon & Successores sui, Capellani Capellaniae praedictae, praedictum Redditum Triginta Librarum gaudere possint & valeant sicut ante,
Nos igitur, Supplicationi suae favorabiliter inclinati, de Gratiâ nostrâ speciali, Concessimus & Concedimus, per Praesentes, praefato Simoni quòd Ipse, & Successores sui, Capellani Capellaniae praedictae, imperpetuùm habeant & percipiant annuatim dictas Triginta Libras super Sigillo, Penna, seu Scriptura, ac Praepositura praedictis, eisdem modo & forma quibus idem Simon, & Praedecessores sui, Capellani ejusdem Capellaniae, eundem Redditum, ante Conquestum nostrum praedictum, habuerunt & perceperunt, ac prout & quatinus ipsi eodem Redditu, a tempore Dotationis supradictae, hactenus rationabiliter sunt gavisi,
Mandantes, Tenore Praesentium, dilectis & fidelibus nostris, Thesaurario nostro Generali Normanniae, ac Praesidenti & Gentibus de Camera nostra Compotorum, necnon caeteris Justiciariis & Ministris, praesentibus & futuris, quorum interest, quòd praefato Simoni, & Successoribus suis, Capellanis Capellaniae praedictae, praesenti Concessione nostrâ, in forma qua praedictum est, uti & gaudere permittant, absque molestatione seu impedimento quocumque.
In cujus &c.
Teste Rege apud Castrum suum Rothomagi, vicesimo sexto die Martii.
Per ipsum Regem.
March 28. Presentation of John de Molin and nine others to benefices in Normandy. The army near Meaux.
O. x. 198. H. iv. p. iv. 59.
De Praesentationibus.
An. 10. H. 5. Ibid.
Rex Vicariis in Spiritualibus Episcopi Lexoviensis, ipso Episcopo in remotis agente, Salutem.
Ad alteram Portionem Ecclesiae Parochialis Sancti Germani de Criqueville dictae Dioecesis, vacantem & ad nostram Donationem spectantem ut dicitur, Dilectum nobis Johannem de Molin Capellanum vobis Praesentamus,
Intuitu caritatis Rogantes quatinus ipsum Johannem ad Ecclesiam praedictam admittatis, & Personam instituatis in eadem.
In cujus &c.
Teste Rege in Excercitu suo apud Meaulx, vicesimo octavo die Martii.
Per ipsum Regem.
Consimiles Literas de Praesentatione habent subscripti; viz.
Ibid.
Johannes le Pourry, Capellanus & Canonicus Lexoviensis, ad Ecclesiam Parochialem du Faveril Lexoviensis Dioecesis, &c.
Ibid. m. 26.
Girardus Turgis Capellanus, ad Ecclesiam Parochialem de Tocqueville Rothomagensis Dioecesis, &c.
Ibid.
Robertus du Fanc Capellanus, ad Ecclesiam Parochialem de Benerville Lexoviensis Dioecesis, &c.
Ibid.
Guillielmus Martin dictus Brunet Capellanus, ad Ecclesiam Parochialem beatae Mariae Lynoye Lexoviensis Dioecesis, &c.
Ibid.
Johannes Lanchon Clericus, ad Capellam sive Capellaniam in Hospitio sive Manerio des Appentis in Balliagio de Costantin Fundatam Abrincensi Dioecese, &c.
Ibid.
Robertus Aveuril Capellanus, ad Ecclesiam Parochialem des Plauches Ebroicensis Dioecesis, &c.
Ibid.
Guillielmus Paris Magister in Artibus & Bacallarius in Medicina, ad Ecclesiam Parochialem de Henuille Constantiensis Dioecesis, &c.
Ibid. m. 20.
Magister Rolandus Barguevel Magister in Artibus & Doctor in Theologia, ad Ecclesiam Parochialem beatae Mariae de Creteville Constanciensis Dioecesis, &c.
Ibid. m. 16.
Magister Guillielmus Quillet Magister in Artibus & Baccallarius in Theologia, ad Ecclesiam Parochialem Sancti Germani de Drubecco Lexoviensis Dioecesis, &c.
March 30. Restitution of the temporalities to the chapter of Rouen until June 24, when their charters will be exhibited. Rouen Castle.
O. x. 199. H. iv. p. iv. 60.
Pro Capitulo & Canonicis Rothomagen.
An. 10. H. 5. Ibid. m. 27. dor.
Rex, dilectis & fidelibus suis, Thesaurario Generali Normanniae, Praesidenti & Gentibus de Camera nostra Compotorum, necnon universis & singulis Ballivis, Receptoribus, ac aliis Officiariis nostris, ubilibet constitutis, Salutem.
Quia Diem,
Dilectis nobis in Christo, Capitulo & Canonicis Ecclesiae beatae Mariae Rothomagensis, ac Capellanis & aliis ibidem Deo servientibus, ad optinendum Confirmari Cartas, Literas, & Evidentias suas, de eorum Libertatibus & Possessionibus, usque Festum Paschae proximò futurum per Nos nuper Datum & Concessum,
Usque Festum Nativitatis Sancti Johannis Baptistae proximò futurum, de Gratia nostra speciali, Prorogavimus & Elongavimus,
Vobis, & cuilibet vestrûm, prout ad eum pertinuerit, Mandamus quòd praefatos Capitulum & Canonicos, Capellanos, & alios, omnimoda Proficua, Obventiones, Redditus, Fructus, & Emolumenta quaecumque, unà cum Arreragiis eorumdem, ad ipsos quovis modo spectantia sive pertinentia, & quae hactenus rationabiliter habere & percipere consueverunt,
Tàm illa quae supra Domanium & Receptam nostra per manus Receptorum & Officiariorum nostrorum, quàm ea omnia & singula quae supra Temporalitatem Archiepiscopatûs Rothomagensis, propter absentiam Archiepiscopi loci illius, in manibus nostris de praesenti existentis, infra Villam nostram de Dieppe & alibi percipere & habere solebant,
Usque dictum Festum Sancti Johannis habere, percipere, & colligere, ac inde liberè disponere, necnon Libertatibus & Privilegiis suis, per ipsos seu eorum Praedecessores ante haec tempora rationabiliter usitatis, uti & gaudere permittatis, & etiam inde respondeatis prout ad quemlibet vestrûm pertinet, ac ab aliis quibuscumque integrè & plenariè responderi faciatis,
Ipsósque, & eorum singulos, ac ipsorum Procuratores & Attornatos, ad Prosequendum, Defendendum, coram vobis, & singulis vestrûm, in quibuscumque Placitis & Querelis, motis vel movendis per ipsos, vel contra ipsos, de & super Praemissis, vel aliquo Prae- missorum, liberè & absque difficultate aliquâ, usque idem Festum Sancti Johannis, recipiatis & admittatis; quia sic volumus fieri de Gratia nostra speciali; aliquo Mandato nostro, vobis seu alicui vestrûm in contrarium facto, non obstante.
Teste Rege apud Castrum suum Rothomagi, tricesimo die Martii.