BHO

Rymer's Foedera with Syllabus: January-June 1468

Pages 601-617

Rymer's Foedera Volume 11. Originally published by Apud Joannem Neulme, London, 1739-1745.

This free content was digitised by double rekeying and sponsored by the Arts and Humanities Research Council. All rights reserved.

Citation:

January–June 1468

Syllabus Entry Foedera Text
1468. Jan. 5. Confirmation of a treaty with Isabel duchess of Burgundy, in the name of the duke Charles, for mercantile intercourse for 30 years. Westm.
O. xi. 591. H. v. p. ii. 149.
Tractatus super Intercursu Burgundiae per Regem Confirmatio.
An. 7. E. 4. Franc. 7. E. 4. m. 4.
Edward, par la Grace de Dieu, Roy d'Angleterre & de France, & Seignur d'Irland, a toutz ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme entre Reverend Pier en Dieu Richard Evesque de Salisbury, Johan Scot Controlleur, Guillame Hatclif Secretaire, Henri Sharp, & Johan Russell, Docteursen Lois, noz Counselleurs, Ambassadeurs & Procureurs, ayans sur ceo Povair & Commission de Nous, par Nos Lettres Patentz, pour & en Noun de Nous, noz Heirez, & Successeurs, d'une Parte, &, Treshault & Puissant Princes, nostre Treschier & Tresame Cousine, Ysabell Fille du Roy du Portugale, par la meisme Grace de Dieu, Duches de Bourgoingne, &c. pour & en Nom de Treshault & Puissant Prince, nostre Treschier & Tresame Cousin, Charles, par icelle meisme Grace de Dieu, Duc de Bourgoyne, de Lothrein, de Brabant, de Lembourg, & de Luxembourg, Counte de Flandres, d'Artois, &c. aiant sur ceo Poiar & Commission de Lui, par ses Lettres Patentz, & pour sez Heirez, & ses Successours, d'autre Parte, soient estee Traicties, Accordez, Appointez, & Conclus certains Articles & Chaptrez, de & sur l'Entrecours & Communicacion de Marchandise & Pescherie de Meer, entre Nous, nos dits Royaume d'Angleterre, Seignurie d'Irland, Ville & Mar- chez du Calais, & autres Nos Paies & Seigneuries, noz dites Heirez, & Successours, & noz Hommes, Vassaulx, & Subgietez, d'une Parte, & le dit Duc de Bourgoyne nostre Cousin, sez Heirez, Successours, Duchies, Countees, Paiis, & Seigneuries quelxconquez, d'autre Parte, ainsi & par la forme & manier qu'il est plus a plain continue es Lettres de noz dit Ambassadeurs,
Des quelles la Teneure s'ensuit,
Nous, Richard, par la grace de Dieu, Evesque de Salisbury, Johan Scot Controlleur, Guillame Hatclif Secretarie, Henri Sharp, & Jehan Russel, Docteurs en Loys, Councelleurs, Ambassadeurs, & Procureurs de Tresexcellent & Puissant Prince Edward, par la Grace de Dieu, Roy d'Angleterre & de France, & Seigneur d'Irland, nostre Soverayn Seignur, souffisaument fondez de Povoir & Commission par sez Lettres Patentz, qui serrount inseres en la fine de sez Presentez, a toutez ceulx, qui cestz presentz Lettres verront, Salut.
Comme, de Longe Temps, entre le Royaume d'Angleterre, Seignurie d'Irlande, Ville & Marche de Calais, d'une Parte, & lez Duchie, Counte, & Paiis de Brabant, de Flaundres, & Seigneuries de Malins, d'autre Parte, pur le Bien Commune des dits Royaume, Duchie, Conte, Paiis, & Seigneuries, aient este Fais, Accordez, Entretenuez, & Gardez Entrecours & Communicacion de Merchandise & de la Pescherie de la Meer, a certain Termez continuez & prorogues par plusours fois, & que dovient brefment Expirer & Passer,
Savoir faisons que Nous, par & en Nom du dit nostre Seignur le Roy & par Vertue des dite Povoir & Commission, avons, de & sur le dit Entrecours & Communicacion de la Marchandise & Pescherie de Meer, & d'autrez, Chosez necessariez pur la Bien & Utilite Commune d'une Parte & d'autre, Fait, Traitte, Passe, Accorde, & Conclu,
Pour nostre dit Soverayne Seignur, pour sez Heyrez, & Successours, & pour sez dit Royaume, Terres, & Seigneuries dessusdites, avec Treshault & Puissant Princes Madame la Duchesse de Bourgoigne, pur & en Nom de Treshault & Puissant Prince, Charlez son Filz, Duc de Bourgoigne, de Lothrein, de Brabant, de Lembourg, de Luxembourg, Conte de Flandrez, d'Artois, & de Bourgoigne, Palatin Haynnau, de Holland, de Zelland, & de Namure, Marquis de Saint Empire, Seigneur de Frise, de Salins, & de Malins, aiant Povoir & Commission d'icellui Duc son Filz, par sez Lettres Patentz, pour & en Nom de Lui, sez Heyres, & Successours, & pur sez ditz Duchies, Contez, Paiis, & Seigneuriez de Brabant, de Flandrez, & de Malines, & pur toutz sez autres Paiis & Seigneuries,
Pur le Temps & Terme de Trent Ans a Commencier le Jour de la Date de cestez           lez Pointez & lez Articlez que s'ensuient,
Primerement, que toutz Marchantez, taunt de Royaume d'Angleterre, d'Irlande, & de Calais, Comme lez Marchans dez Duchie, Counte, & Paiis de Brabant, de Flandrez, Ville & Seigneury de Malines, & autrez Paiis de nous dit Cousine le Duke, soient Marchans de Lainez, Cuirs, de Vitaillez, ou de quelquez autres Marchandisez, leurs Facteurs & Familiers, puissent Seurement aler par Terre, a Pie, a Chival, ou autrement, & en passant, en & oultre l'Eaue de Gravelinghes, de Calais en Brabant, en Flandres, en Malines, & autres Paiis dessusdites, & de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites a Calais, ensemble lez Biens & Marchandisez, en tenant leur Chemyn enter la Meer & lez Chasteaux de Mark & d'Oye, & Merchander lez ungez avec lez autrez de touz maniers de Marchandisez, Vivers, & autrez, & Mener & Remener, ou fair Mener & Remener, de Calais, de Brabant, de Flandrez, a Malines, & autrez Paiis dessusdites, & de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites a Calais, leurs dites Marchandisez, Vivrez, & autres; Except Armurez, Artillarie, Canons, Pouldrez, & autres, chosez faitz semblables & Invasibles:
Et que les dites Merchandes, leurs Facteurs, & Familiers puissent, chascun d'eulx a qui il serra necessarie, Acheter & Aver franchement de ceulx de l'autre Cost dez Vivrez, & les Mener par Terre en & oultre l'Eaue dessusdit, lez ungs aux autrez; c'estassavoir, ceulx de Angleterre & autrez de la Partie d'Angleterre (ou Nous attendons Irland & Calais) en Flandres a Malines & autrez Paiis dessusdite; & ceulx de Brabant, de Flandrez, de Malines dessusdites Paiis a Calais; en Passant par le Chemin dessusdites, sauns Empechement, Destourbier, ou Deffense quelconque, ne pour ceo encourir en ascun Paine, & sans en estre Reprins en ascun manier dez Seigneurs d'un Coste ne d'autre, ne de leurs Justiciers, Officers, & Subgietes.
Item, que toutes Marchans d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, soient Marchans de Lainez, de Cuirs, de Vitaillez, ou de quelxconquez autrez Marchandisez, leurs Factures & Familiers, Maistres de Neeffes & Mariners, puissent Aler par Meer, Passer, Repasser, Converser, Venir, Estre, & Demorer Seurement es dites Duchie, Counte, & Paiis de Brabant, Flandres, Seigneurie & Ville de Malines, & autrez Paiis dessusdites, & dedens lez Portez & Haurez d'iceulx, a tout leurs Biens Merchandisez & Neefz, & Merchander avec toutz Marchandez de Braband, de Flandrez, & de Malinez, & de toutz les ditz Paiis, & autrez Marchans quelxconquez, & leurs Facteurez & Familiers de toutz maniers de Merchandisez tant Vivres come autrez (Except Armurez, Artilleries, Canons, Pouldrez, & aultrez Chosez semblables & Invasibles) & en Partir avec leurs dites Niefz, Biens, Merchandisez, & autres quelxconquez, porrount Ramener & Retourner Seurement:
Et que pareillement toutz Marchandez des dites Paiis & Seigneuries de Brabant, de Flandrez, de Malines, & autres Paiis dessusdites, soient Marchans de Lainez, de Cuirs, de Vitailes, ou de quelconquez autrez Marchandisez, leurs Facteurs, Familiers, Maistres de Nefz, & Mariners, puissent Aler, Passer, Repasser par Meer, Converser, Estre, & Demorer Seurement en Royame d'Angleterre, en Irlande, & en Caloys, & dedens les Portez & Havrez d'iceulx Royame, Paiis, & Vile, auctorisez par le Roy (c'estassavoir, es Portez & Havrez, ou Custumiers & autres Officers sount Ordeynez pour Vaquer & Entendre sur l'Entre & Issue des Neefz & Marchandisez, & non en autrez) ovec leurs Biens & Marchandisez & Nefz, & Marchander avec toutz Marchandez Anglois & autrez, & leurs Faicturez & Familiers, de toutz maniers de Marchandisez, tant Vivers come autres (Except lez dit Armurez, Artilleries faictes, Canons, Pouldres, & autres Choses semblables & Invasibles) & Mener es Portes dessusdites en Angleterre, en Irland, & a Calais leurs Biens propres, Vivres, & autres, & les Biens d'autres desusdites Paiis & Seigneuries de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites, & en Partir & Retourner Seurement a toutz leurs dit Biens, Marchandises, & Neefs:
Et aussi que lez dites Marchandez, leurs Facteurs, & Familiers puissent, chascun d'eux a qui il serra necessarie, Acheter & Aver Fraunchement de ceulx de l'autre Parti des Vivres, & lez Admener par Meer lez ungs aux autrez (c'essassavoir, lez d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, en Brabant, en Flandres, a Malines, & es autres Paiis dessusdites, & ceulx de susdites Paiis en Angleterre, en Irland, & a Calais) sauns estre Reprins, de ceo que ils auront ainsi fait, de Seigneurs de l'une Parte ne de l'autre, ne de leurs Officers, ne que par ceulx de la Parti d'Angleterre aux Marchans de Brabant, de Flandres, de Malines, & Paiis dessusdites Dammage Empechement ne Distourbier soit fait, ne ausi par ceulx desusdites Paiis de Braban, de Flandrez, de Malines, & autrez Paiis dessusdites aux Marchans de la Paiis d'Angleterre, par voy de Fait, pur Cause de Guerre, Pillorie, fait ou a faire, ne autrement en acune manier pour quelconque Causez; en Gardant & Paiant, au regard dez Marchans d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, es Paiis de Brabant, Flandres, Malines, & autrez Paiis dessusdites, dez Marchandisez qu'ilz y admeneront & remeneront; & semblablement, au regard dez Marchans de Brabant, de Flandres, de Malines; & Paiis dessusdites, es dit Royme & Paiis d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, dez Marchandisez que ilz y Admeneront & Remeneront, lez Droys, Tolz, & Devoirs duez & accustumes quaunt Marchandise a eu Cours le temps passe entre lez Royme & Paiis dessusdites, comprins en ceo present Entrecours, sauns estre Constrains a autrez:
Et, au regard dez Marchans d'un Coste & d'autre, touchant les Marchandisez que ils Meneront & Conduiront, chascun de son Partie, ilz en Paieront les Tolz & Devoirs a l'Ordinance de leur Prince & Seigneur, & solon ceo que ilz auront Cours en leurs Paiis:
Et par ceo n'est point entendu Prejudicier au Prince ou Seigneur d'un Partie & d'autre, de mettre en cez Paiis & Seigneuries telz Tolz & Devoirs, au regard se sez Subgettis, que bone lui semblera:
Par my ce que les dites Marchans, d'une Coste & d'autre, leurs Facturez & Familiers, Maistrez de Neeffz & Mariners, as quelx serra bien loifible d'avoir aveque eux en leurs Neeffz Armurez & Artillarie, pour la Gard & Sauvement de leurs Corps & Biens, en alant par Meer, & Icelz Admener aveque eulx en quelxconquez Havres que ilz arriveront; les quelez Armuris alissir de leurs dit Nieffz ilz laisseront en leurs dites Neeffz ou Veisseaulx; Except Cousteaulx, Dague, ou Espee, qu'ilz porrount porter, se bon leur semble, jusques a leurs Hostiels, ou ilz serrount tenuez laisser lours dites Espees:
Toutesvoies pourra le Prince, d'un Cost ou d'autre, pour cause resonable, comme pour Necessite ou Chierte de Vivres, faire Defenses, au regard de telez Maniers de Vivres, qu'il semblera estre a faire pour la Bien du Lui & de cez Subgiettes, non obstaunt ceo present Accord.
Et, s'il advenoit que acunez Neeffz, par fortune de Meer, ou par Chasse d'Ennemis, fussent contrains de prender acuns Portz ou Havrez en Angliterre, que ne serroient Auctorisez come dit est, en ce Cas ellez porront Estre & Entrer Seurement es dit Portez & Havrez, saunz ce que l'en puisse en icels, esteans aus dites Havrez & Ports, Charger, Mettre, ne Discharger quelsconques Denrees, Vivres, Marchandisez, ne autrez Choses.
Item, que les dites Marchans d'Angleterre, leurs Facturez & Familiers, Maistres de Neeffes & Mariners, puissent Converser & Demourer Seurement es Paiis de Brabant, Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, & es Portz & Havrez d'iceulx Pais, avecque leurs Biens, Neefz, & Marchandisez quelxconques, Vivres & autres:
Et semblablement les Marchans de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites & leurs Facteurs & Familiers, Maistres dez Neeffz & Mariners puissent Estre, Converser, & Demorer Seurement en Royme de Angleterre, en Irland, & a Calais, & es Portz & Havrez d'Angleterre, d'Irland, & de Calais dessusdites, sans ce que par ceulz de Brabant, de Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, ne par autres quelxconques (de quelconque Nacion ou Contre que ilz soient) soit Meffait ou donne Empechement ne Distourbier aux Marchans de la Partie d'Angleterre, ne par ceulx de celle Partie d'Angleterre ou autres quelxconques aus Marchans de Brabant, de Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, ne a leurs Facteurs, Familiers, Maistres de Neefs & Mariners, d'un Coste & d'autre, par voy de Fait, pour cause de Guerre, Pillorie, Roborie fait ou a faire, ne autrement en ascun manier; Purveu que les Marchans d'autre Paiis quelxconquez soient Seurement a tout leurs Biens & Neefz as dit Paiis de Brabant, Flandres, Malines, & autrez Paiis dessusdites, & es Portz & Havrez du dit Paiis de Flandres, sans ce que par ceulx de la Partie d'Angleterre leur soit illec Meffait ou donne Empechement ou Distourbier quelconque; ne aussi par ceulx des aultres ditz Paiis fait Damage ou Donne Empechement, en Corps ne en Biens, en quelconque manier que ce soit, a ceulx de la Partie d'Angleterre, leurs Faicteurs, Familiers, & Biens quelsconque, esteans es dites Paiis de Brabant, Flaundres, Seignurie, & Ville de Malines, & es autres Paiis dessusnommes, & es Portez & Havrez d'iceulx:
Et aussi que lez ditz Marchans de la Partie d'Angleterre, de Brabant, Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, & leurs Facteurs & Familiers, Maistrez de Neeffz & Mariners, puissent de l'un Partie Entrer es Ville Fermes de l'autre Partie, sans en demaunder Conge, forsque pour la Primiers fois soulement, a chascun Venu que ilz ferount de l'un Paiis en l'autre; Purveu que aux Portes desusdites Villes, ou'il serra Bosoigne que les dites Marchans, leurs Factures & Familiers, Maistres de Neeffz & Mariners, Enttent pour demaunder Conge, serront mis certain Gens que aient Poiar de leur donner le dit Congie d'Entrer; Et, en Cas que ils ne troveroient acuns teels Gens aus dit Portez, ilz pourront licetement & sauns ascun empechement Entrer & Chevanchier, ou Aler jusquez a lours Hostieles, & illic Demourer jesques a ce que leurs Hostez auront Signifie lour Venue as Capitaignes ou Officers des dites Villes; lez quelx Hostes ou lours Servans, apres ce que ilz en serront requis, serront tenuez, tauntost sur la Venu des dites Marchans, de faire Signifiance de lour Venue es dites Capitain ou Officers: Et, en cas que, par negligence ou autrement, la dit Signifians ne serroit fait, que lez Marchans, dedens Deux Heurez apres leur Venue, porront Departir, Aler, & Passer auant sur leur Chemin en leurs Affaire, Et, s'ilz trouvoient aus dites Portz ascun Parsonne ou Parsonez, & par leur Coungie ilz fuissent Entrez ez dites Villez fermes, ilz ne Forferount riens, ja sois ce que cellui ou ceulx, que leure auront donne la dit Congie, nen eusent acun Puissance, mais l'eust fait par simplesse, fraude, ou mal engine.
Item, que toutz Pelerins, d'un Cost & d'autre, en alant en Pelerinage, & aussi les Clerkes d'Angleterre, d'Irlande, & de Calais, ou autrez quelxconques, de quelxconquez Estate ou Condicion qu'ilz soient d'Eglise ou autrez, Alans vers le Courte de Rome ou a la Counsell Generall, & en Retornant, puissent Entrer, par Meer, & aussi par Terre, a Pie, a Chival, ou autrement, ceux de l'une Partie ou Paiis de l'autre Partie, & Passer & Repasser paisiblement par iceulx, & y estre Seurement & Franchement; Et aussi Aler, Passer, & Repasser par Terre, a Pee, a Chival, ou autrement, de Calais en Flandrez, & en oultre l'Eaue de Gravelyngez, & de Flaundres a Calais, en tenent leur Chemin entre la Meer & lez ditz Chalteaulx de Mark & d'Oye, sans ce que par ceulx de Brabant, Flandres, Malines, & autrez Paiis dessusdites, ou autrez de quelconque Nacion, soit Meffait ne donne Empechement ne Distourbier aux Pelerins, Clerks, ou autrez dessus declarez de la Partie d'Angleterre; ne par ceulx d'icelle Partie d'Angleterre aux Pelerins de Brabant, Flandres, Malines, & autres Paiis dessusdites, par voy de Fait, pour cause de Guerre, Pillerie, ou Robberie fait ou affaire, en ascune maniere: Purveu que, a l'Entree des Villes fermes, ils prendront Congie aux Gardeins dez Portes pour y Entrer, & ne demoront en une Ville ferme que une Nuit, n'estoit pour Maladie, pour faulte de Vent, ou de Navir, s'il advenoit sur Port ou Havre de Meer, ou pour faire ou receyvoir lez Changez de leur Argente, il leur convenist fair pluislogne Demoure: Et, si mestier estoit, & ils en estoient requis, a l'Entree des dites Villes fermees, ceulx d'une Partie ferront Serement a l'autre Partie que, pour Mal fair ou purchaser a l'autre Partie, sez Subgettes, Villez, ou Paiis, ilz ne passent par icels; de quel Serement, sans autre Contraint ou Empechement, serront cruez: Et purveu aussi que aux Portes dez ditz Villes fermes, ou il serra bosoigne aux dites Pelerins, Clercs, & autrez dessusdites de demaundre Congie, soient Mis certain Gens, qui aient Poier de lour doner le dit Congie de Entre, & de Receyvoir de eulx, se mestier est, le dite Serement par la manier desuisdite: Et, en cas que ilz ne trouverount acuns tieles Gens as dites Portez, que ils porront licitement & sans ascun Empechement Entrer, Chivancher, ou aler jesquez leur Hostielz, & illic Demourer, sans partir, jesquez a ceo que leurs Hostez auront signifie lour Venue as Capitaines ou Officers dessusdites; les quelx Hostez, ou leurs Servans, apres ceo que ilz en serront requis, serront tenuez, tantost sur la Venue des dites Pelerins, Clerks, & autres dessus de clares, de faire Signifiance de leur Venue as dites Capitaines ou Officers: Et, en cas que, par Negligence ou autrement, la dit Signifiance ne serroit fait, que lez dit Pelerins, Clerkes, & autrez dessuis declarez, dedens Deux Heurez aprez leur Venue, purront Departer, Aler, & Passer avant sur leur Chemin & en leurs Affairez; Et, si ilz trouverent as ditz Portez ascuns Parsones ou Parsone, & par lour Congie ils fuissent Entre es dit Villes Fermees, que ilz ne Forferount riens, ja soit ceo que cellui ou ceulx, qui leur auroient done le dit Congie, n'en eussent ascune Puissance, mais le'ussent fait par semplesse fraude ou mal engine.
Item, que toutz Pescheurs tant d'Angleterre, d'Irlande, de Calais, comme dez Paiis de Brabant, de Flandrez & autres Paiis de mon dit Seignur le Duc, quelz qu'ilz soient, porront paisiblement Aler par tout sur Meer, pour Peschier & Gaigner leur Vivre, sans Empeschement ou Distourbier de l'un Partie ne de l'autre, & sans qu'il leur soit Bosoigne sur ceo requirer ne opteiner ascune Licence, Congie, ou Saufconducte: Et oveque se, si Fortune ou autre Adventure Chassoit ou Admenoit les dites Pescheurs de la Partie d'Angleterre en ascuns des Portez, Havrez, Destroies, ou Dangiers des dites Paiis de Brabant, ou de Flandres, ou d'autrez Paiis de mon dit Seignur le Duc; ou lez ditz Pescheurs d'iceulx Paiis en ascuns des dites Portez, Havrez, ou Dangiers du Royme d'Angleterre, Irlande, & de Calais; que ilz soient peasiblement & franchement Resceus & Traicties raisonablement d'une Cost & d'autre, en paiant as Lieux, ou ilz Arriveront, lez Tolez & Devoirs accustumez; & d'illec puissent liberalment Retourner, a toutz leurs Neeffs, Applois, & Biens, sans Distorbier, Arrest, ou Empechement; Purveu, que par lez ditz Pesceurs, d'une Coste & d'autre, ne soit commise ascune Fraude au fait Dammage.
Item, que es ditz Portez & Havrez de Brabant, ou de Flandrez, & autrez Paiis dessusdit ascuns Escumeurs ne Gens laborans sur la Guerre, soient Francois, Flammengs, ou d'autres Paiis quelxconquez, ne serront souffrez Entrer ne Yssir pour fair Grevance aux Marchans, Fecteurs, leurs Familiers, Maistrez de Neefz & Mariners, aux Pelerins, Clerks, ou Pescheurs de la Partie d'Angleterre, ne a leurs Biens & Marchandisez; Et aussi que, as Portez & Havrez d'Angleterre, d'Irland, & de Calais ascuns Escumeurs ne Gens laborans sur la Guerre, soient Anglois, Irlandois, ou autres, ne serront soufrez Entrer ne Yssir pur fair Grevans as Marchans, leurs Factures, Familiers, Maistrez de Neeffz, Mariners, Pelerins, Clercs, & Pescheurs de Brabant, Flandrez, Malines, & Paiis dessusdites, ne a leurs Biens & Marchandisez.
Item, si, durant ce present Traictie, ascune Dammage (que Dieu ne veille) estoit faite, d'une Cost & d'autre, countre ce present Accord, par quoy il en convenist faire Pursuit, ou Request que la Parsone ou Parsones, de quelque estate que ils soient, jesquez al Noumbre de dix Parsonez & a tant Chivalx, ou au desoubs, de la Partie d'Angleterre (Cestassavoir) depar le Roy d'Angleterre, depar le Capitaigne de Calais, depar le Compaignie de l'Estaple, au dit Lieu de Calais; Et de la Partie de Brabant, Flaundres, Malines, & autres Paiis de mon dit Seignur, pur leur Seigneur, ou depar lez Quatre Membres du dit Paiis de Flaundrez, ou de ascune d'iceulx, serront pur tiel Cause envoyes en Angleterre, a Calais, en Brabant, Flandres, ou Malines, ou aillours d'une Cost & d'autre, pourrount Passer par Terre ou par Meer Seurement Entrer & Demorer franchement es Villes Fermes, pareillement que dessus est declare de Marchans d'une Cost & d'autre, & a Attendre a la Pursuit de leurs Bosoignes, par vertu de ceo present Accord, sans Empechement, ne avoir pur ceo autre Saufconduit.
Item, &, si par Escumeurs ou autres Gens laborans sur la Guerre ascuns Biens dez Marchans, dela Partie d'Angleterre ou de Brabant, Flandres, Malines, ou autres Paiis dessusdites, estoient Prins, sur Meer & admenes en aucune dez Portez ou Haurez de l'une Partie ou de l'autre, qui iceulx Biens ne porront illec estre Venduez ne Alienez sur Terre ne mis a Terre par les dites Escumeurs, ou autrez quelxconques Amiz ou Ennemiz; Et, si ilz estoient aussi Venduez ou Alienez sur Terre, ou Mis a Terre, que Restitucion serra fait des susdites Biens, ou de leur Valure, aux ditz Marchans de que li en les auroit Prins; Et auront lez Officers dez Lieux Maundements expres, par Lettres Patentz teeles quelx appartient, de faire ferre la dit Restitucion, toutz lez fois que le Cas y escherra, sur Pain de Recouvrer sur eulx, si les dites Biens estoient aussi Venduz ou Alienez a Terre, ou Mis a Terre, de leur scieu ou sufferans: Et, avec ceo, serra fait deffense es Portez & Havrez, d'un Coste & d'autre, sur certains & grosses Pains, que ascune, de quelconque Nacion que il soit, ne Achete a Terre, ne pour mettre a Terre, ascuns dez ditz Biens.
Item, que es Vitailles, & Marchandisez, & autrez Biens, Venants des Parties l'Est vers le Royme d'Angleterre ou de Calais, ou devers Brabant, Flandres, Malines, ou autres Paiis dessusdites, pour quelxconques Parsonnes, non Ennemis a l'une Partie ne a l'autre, & en quelxconques Vaisseaulx ilz soient menez, ne serra, par ceulx de l'une Partie ne de l'autre, mis Empechement, ne Distourbier en quelque manier.
Item, si, durant le dit Terme, ascuns Vaisseaulx dez Marchans, de la Partie d'Angleterre, ou de Brabant, Flandrez, Malines, ou Paiis dessusdites, non ordonnons pour Guerre, Chargies ou non Chargies, estoient, par fortune de Temps, par fors d'Ennemis, ou autrement Chassies, ceulx de l'une Partie en aucuns dez Portez ou Havrez de l'autre Partie, lez dit Vaisseaulx, aveque les dites Marchans & Mariners esteant in iceulx, serront Resceux Seurement, & s'en porront Partir franchement, a tout leurs Biens & Marchandisez, sans Entredit ne Distourbier; Pourveu que ilz ne metteront a Terre ne en autres Vaisseulx leurs ditz Biens & Marchandisez, sans Congie & Licence dez Officers du Prince du Paiis, ou de autrez ayantz Pouuer a ceo.
Item, que lez Maistres dez Nieffz & Mariners de la Partie d'Angleterre, a leur Venue es Portez & Havrez dez Paiis de Brabant, Flendres, Malines, ou autres Pais dessusdites, porront faire licitement lier leurs Niefz es dites Portez & Havres, par la manier que ferront Francois, Holandois, Zelandois, ou Escossois, sans encourrir pour ce ascun Forfaiture ou Amende; Et semblablement le pourront faire les Maistres dez Nesz & Mariners de Flandres & Paiis dessusdites, es Portez & Havrez de la Partie d'Angleterre.
Item, le dit Terme durant, lez Marchans, Maistres des Neeffz, & Mariners dessusdites Paiis de Brabant, de Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, n'Admeneront, par Fraude ou Colour quelconque, ascuns Biens ou Marchandises des Ennemis Anglois par Meer: Et, en cas que il en serroit Demaunde, par ascuns Escummers ou autres Gens de la Partie d'Angleterre, ils en feront plain & juste Confession; Et semblablement lez Marchans, Maistrez dez Niefz, & Mariners de la Partie d'Angleterre ne Admeneront, par fraude ou colour quelconquez, ascuns Biens ou Marchandisez des Estraungers Ennemis dez Brabonthonnois, Flamengs, de ceulx de Maluns, ou dez Paiis de mon dit Seignur: Et, si ilz en estoient demandez aucuns de Brabant, Flandres, Malines, ou dez autres Paiis dessusdites, ilz en feront juste Confession, come dit est &c.
Item, si, durant le temps de ce present Accord, aucun Nieef ou Vesseau de la Partie d'Angleterre, Charge de Biens & Marchandise, par fortune ou Tempest de Meer, ou autrement, Touchoit a la Terre, ou Pereshoit sur la Cost ou es Havrez de Paiis de Brabant, de Flandres, de Malines, ou autres Paiis dessusdites; si en icelle Neef ou Vaisseau demoroit Home, Famme, Enfant, Chien, Chaton, Cocque, Vivant, lez Hommes, Biens, & Marchandises d'icels demoront saufz a ceulx a qui ils apparteinont, en paiant Costagez resonables a ceulx qui lez auront Sauves, sans ceo que les dites Biens puissent estre dit Confisques ne Parduez: Purveu aussi que semblablement soit fait & observe es Portes & Havrez d'Angleterre Irland & Calais, au regard des Naviers de Brabant, Flandrez, Malines, & autres Paiis dessusdites, que par la manier dessusdit Touchieront a Terre ou Parishoiront.
Item, que, de la Partie d'Angleterre, serra Designe Chemine grant & large entre Calais & Gravelinges pur lez Marchans d'une Cost & d'autre, & autrez comprins en ceste Suerte, y Aler, Passer, & Retorner Seurement; Et, pur la partie de Flandres, serra Fait & Designe, pour lez Marchans & autres Parsonez de la Partie d'Angleterre dessus exprimis, grant Chemin & large assez pour Passer, Aler, & Retorner seurement par lez Dounes de Flaundrez, sans y estre Empecher; parmi ce que ilz ne Admeneront oveque eulx aucuns leurs Chiens, no ferount ascune Damage ou Prins de Coinnus: Et, s'il advenoit que acune de la Partie d'Angleterre, en Alante par la Chemin designe dedens les Dunes, passassent par Ignorance dehors celui Chemin (de la quele Ignorance ilz serront crues par leur Serement, sans autre prouve faire) en ce cas ilz ne serront Empeches, Parturbez, ne Arrestez, mais procederount oultre in continuant leur Chemin seurement & paisiblement, & paraillement serra fait a ceulx de Brabant, Flandres, Malines, & autres Paiis dessusdites, en passant par lez Chemins designez entre Calais & Gravelinghes.
Item, que les Marchans d'Angleterre auront & pourront Avoir & Tenir, es Villes des dites Brabant, Flandres, & de Malines, & autrez Paiis de mon dit Seignur le Duc, Hostiels pur eulx mesmes, & joyrontilleoquez de toutz teeles & pareilles Franchises, come ils ount joy en quelque temps depuis Cinquante Ans enca, quant la Marchandise avoit Cours entre la Partie d'Angleterre & les dite Paiis de Brabant, Flandres, & Malines, & serront Traicties aussi doulcement & gracieusment come lez aultres Nacions frequentans iceulx Paiis & Villes; &, pareillement, lez Marchans des dites Paiis de Brabant, Flandres, Malines, & autres Paiis de mon dit Seignur le Duc, auront & purront avoir & tenir, es Villez des dit Royme d'Angleterre, Ville & Marches de Calais, Hostelx pour eulx, & joyeront des dites Franchisez, & aussi serrount Traicties comme dessus est dit des dites Marchans d'Angleterre.
Item, s'il advenoit (que Dieu ne voille) que par ascuns de l'un Coste ou de l'autre, aucune, Chose fuist faite ou attemptee countre l'Estate de ce present Accord & Seurete, en quelque Lieu ou Port, par quelque voie, ja pour tant cest Accorde ne serra tenu ne entendu Enfraint, ne pour ce Guerre, Arrest, ne Distourbier d'aucuns dez Parsonnez, touchees en ce Partie, ne serra fait ne meu; mais serra le Fait Repaire par le Seigneur de l'une & de l'autre Partie, & mis en son primer Astate & deu.
Item, que les Quatre Membrez de Flandres, souffisauntment Auctorisez comme il appartient, se Obligerount, par Lettres Seeles de leurs Seaulx, de Tenir & inviolablement Garder, de leur Part, toutz lez Pointes de ce present Traictie, & chescune de ceulx en bailleront leurs Lettres suffisantz & convenables, sans aler ou faire venir au contraire.
Les quelz Entrecours & Communicacion de Marchandise & de Pescherie de Meer, & toutz lez Choses continuez & declares es Articles dessus escrips, nous Ambassadeurs dessusnommes, pour & en Nom de nostre dit Soverayne Seignur, sez Heirez, & Successours, & pour ces dit Royme, Pais, & Seigneuries, avons Promis, & Promettons en bone Foy, que nostre dit Soverain Seigneur, de sa Parte, fera Publier, Garder, & Entretenir inviolablement, durant le Temps & Terme dessus declaire, de Point en Point, solon la Forme & Tenure des dites Articles, sans fair ou venir, ne soffore estre fait ou venir, au contraire in maniere quelqonque:
Et que, pour pluis grant Surete de tout ce que dit est, nostre dit Soverain Seignur Confermera & Approuvera ces Presentez, & tout la Continue en icels, en dedens le Primer Jour de Januer prochein venant; Et de ce fera bailler sez Lettres Patents au dit Duc de Bourgoigne, ou a son Commis ad ce, en la Ville de Brugez, en l'Ostell de Thomas Portimarii Marchant;
Pourveu que icellui Duc pareillement Conferme & Approuve, de sa Parte, lez Lettres que de & sur le dit Entrecours, Comunicacion de Marchandise, & autrez Chosez desuisdites, Nous ount este baillees par ma dite Dame la Duchesse sa Meer; & que il en baille sez Lettres a nostre dit Soverain Seigneur, ou a son Commis, en la dite Ville de Brugez, & en dit Hostell de Thomas Portimarii, en dedens le Jour dessusdit.
En Tesmoigne de ceo Nous avons fait mettre nostre Seel a sez Presentz, & fait Signer par moy Guillame Hatclyf Secretarie dessusnome.
Donne en la Ville de Bruxellez, le xxiv jour de Novembre, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Soixante Sept.
S'ensuit le Pouoir de noz Ambassadeurs & Procureurs dessusnommes.
Rex omnibus, ad quos &c. Salutem.
Sciatis quòd Nos,
De fidelitatibus, circumspectionibus, & industriis, dilectorum & fidelium nostrorum, Venerabilis Patris Consanguinei nostri Richardi Episcopi Saresburien. Antonii Wideville Domini de Scales, Willielmi Hastynges Domini de Hastynges Camerarii nostri, Johannis Scot Militis Contrarotulatoris Hospitii nostri, ac Willielmi Hatteclif Secretarii nostri, & Thomae Vaghan Thesaurarii Camerae nostrae, necnon, Magistri Thomae Kent, Henrici Sharp, & Johannis Russel, Legum Doctorum, ac etiam, circumspectorum Virorum, Willielmi Rosse, Willielmi Redknap, & Johannis Pykeryng, plenariè confidentes,
Ipsos nostros veros & indubitatos Ambassiatores, Commissarios, Procuratores, & Nuncios ad Infrascripta Fecimus, Constituimus, & Ordinavimus,
Dantes & Concedentes eisdem Ambassiatoribus, Commissariis, Procuratoribus, & Nunciis nostris, Undecim, Decem, Novem, Octo, Septem, Sex, Quinque, & Quatuor eorum (quorum praefatum Richardum Episcopum unum esse volumus) plenam Potestatem, Auctoritatem, ac Mandatum,
Pro Nobis & Nomine nostro, cum Illustrissimo Principe carissimo Consanguineo nostro Karolo Duce Burgundiae, Brabantiae, Lothr. Lembourg, & de Luxembourg, Comite Flandriae, Arthesii, Burgundiae, Hannoniae, Holandiae, Zellandiae, & Namurci, seu ejus Ambassiatoribus, Commissariis, Procuratoribus, aut Nunciis, sufficientem Potestatem, Auctoritatem, & Mandatum in ea parte habentibus,
De & super reali & perpetuâ Pace, Amicitiaeque Ligâ, Confoederatione, & Concordiâ, necnon de & super Treugis, Induciis, seu Guerrarum Abstinentiis quibuscumque,
Inter Nos, pro Nobis, Haeredibus, & Successoribus nostris, ac Regnis, Terris, Dominiis, Patriis, & Subditis nostris quibuscumque, atque praefatum Ducem, pro Se, Haeredibus, & Successoribus suis, ac Ducatibus, Terris, Dominiis, Patriis, & Subditis suis quibuscumque, ac etiam de & super Comunicatione & Intercursu Mercandisarum, inter Mercatores & alias Personas quascumque hinc inde ex utraque Parte imposterùm habendâ & exercendâ, ineundis, capiendis, contrahendis, & firmandis,
Tractandi, comunicandi, concordandi, concludendi, ac plenariè & finaliter terminandi,
Necnon pro adimpletione, firmitate, & observatione Pactorum, Conventionum, & Promissionum, per eos pro Nobis & Nomine nostro in hac parte faciendorum, Juramentum in Animam nostram Praestandi,
Caeterasque Cautiones, Obligationes, & Securitates quascumque Dandi, Praestandi, Acceptandi, & Recipiendi,
Ac omnia & singula, in Praemissis seu circa ea necessaria seu quomodolibet oportuna, Faciendi, Excercendi, & Expediendi, etiam si talia sint quae de sua natura Mandatum exigant magis speciale;
Promittentes, bonâ Fide & in Verbo Regio, nos Ratum, Gratum, & Firmum pro perpetuo habituros totum & quicquid per supradictos Ambassiatores, Commissarios, Procuratores, & Nuncios nostros, in forma praedicta, Actum, Gestum, seu Procuratum fuerit in Praemissis, absque Contraventione quacumque.
In cujus rei Testimonium has Literas nostras Patentes indè fieri, atque Magni Sigilli nostri appositione fecimus communiri.
Teste Rege apud Castrum nostrum de Wyndesore vicesimo Die Septembris, Anno Domini Millesimo, Quadringentesi- mo, sexagesimo septimo, & Regni nostri Septimo.
Per ipsum Regem, & de Data, &c.
Savoir faisons
que,
Veues les dites Lettres de nous dites Ambassadeurs transcriptes, & sur ic ls & tout leur continue eu meur advis & deliberacion de Counseill,
Nos, de nostre certain sciens, plain Puissance, & Auctorite Roiall, pour Nous, nos dites Heirez, & Successours, Royme, Pais, & Seignuries dessusdites, avons aloue, agree, ratifie, conferme, & approuve, & par la tenour de cez presentz allouons, agreons, ratifions, confermons, & approvons les dits Entrecours & Communications de Merchandise & Pescherie de Meer, & tout le contenue es dites Lettres de nos Ambassadeurs, & Articles & Chapitres dedens icelz enserez,
Et, d'abondant, & en tout ceo que besoingne est, Avons fait, passe, accorde, & conclu, faisons, passons, accordons, & concluons, par cez dits presentez, pour Nous, nos ditz Heirez, Royme, Pais, & Seigneuries, avesque le dit Duc, pour luy, cez dits Heyrez, Duches, Countees, Pais, & Seigneuries, les dits Entrecours & Comunicacion de Merchandise & de Pescherie de la Meer, & ainssi & par la manier & forme que lez dit Articles, Chapiters, & Lettres de nos ditz Ambassadeurez dessuis transcriptez ou encorporees le conteiennent,
Et Promettons que lez dits Entrecours & Communicacion de Merchandise & Pescherie de la Meer, & tout le contenue esursdites Lettrez, & en cestz nos praesentez, nous ferons publier par tout nos dits Royme, Pais, & Seigneuries, en toutz lez Lieux ou mestier serra, & iceulx garder, entretenir, & accomplier par toutz nos dits Royme, Pais, & Seigneuries, & par nos dits Hommes, Vassaulx, & Subgietts, & autrez qu'il appartiendra, sans faire ne soffrer estre fait acune chose au contraire; Car ainsi nous plaist il & le voulons estre fait.
En Tesmoigne de ceo nous avons fait seeler cez Presentez de nostre grande Seel.
Done &c. (viz.) apud Westmonasterium, quinto die Januarii, Anno Domini 1467, & Anno Regni nostri Septimo.
Jan. 5. The K. consents to a diet for settling matters concerning mercantile intercourse with Burgundy, to be held at Bruges on March 20. Westm.
O. xi. 599. H. v. p. ii. 152.
De Die, ad Tractandum super Dissidiis, circa praedictum Intercursum exortis, Duci Burgundiae per Regem intimato.
An. 7. E. 4. Franc. 7. E. 4. m. 2.
Edward, par la Grace de Dieu, Roy d'Angleterre & de France, & Seignur d'Irland, a toutz ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Come Reverent Pier en Dieu Richard Eveque de Salisbury, Jehan Scot Chivaler Countrolleur de nostre Hostiell, Guillame Hatclyff Secretarie, Henri Sharp, & Jehan Russell, Docteurs en Loys, noz Councelleurs, Procureurs, & Ambassadeurs ayans sur ce Pouoir & Commission de Nous, par noz Lettres Patentz, pour & en Nom de Nous noz Heirez, & Successours, d'une Parte, en Traictant & Accordant oveque, Hault & Puissant Princes, nostre Treschier & Tresame Cousin, Isabell File du Roy du Portugale, Duchesse de Bourgoingne, de Lothrein, Brabant, &c. pour & en Nom de Treshault & Trespuissant Prince, nostre Treschier & Tresame Cousine, Charles, par la meisme Grace de Dieu, Duc de Bourgoigne, de Lothrein, de Brabant, de Lembourg, & de Luxembourg, Conte de Flandres, de Artois, de Bourgoigne, Palatin de Hannau, de Holland, de Zelland, & de Namure, Marquis de Saint Empire, Seigneur de Fryse, de Salins, & de Malins, & pour cez Heirez & Successeurs, d'autre Parte, certains Articlez de & sur lez Entrecours & Communicacion de Marchandise & Pescherie de la Meer, entre noz Royme d'Angliterre, Seignurie d'Irland, Ville & Marche de Calais, & autrez nous Paiis, & lez Duchee & Conte, Terres, Paiis, & Seigneuries de Brabant, Flandres, Malines, & toutz lez autrez Paiis & Seignuries de nostre dit Cousin de Bourgoigne.
Les quelez Articles sount declarez inserez & incorporees au longe as autrez Lettres Patentz d'iceulx Nous Ambassadeurs, par Nous Ratifies & Confermes,
Aient ausi Dit, Declare, Traicte, & Acorde, pour & en Nom de Nous, oveque icel Ducesse, pour & en Nom de nostre dit Cousin le Duc de Bourgoine son Filz, que, pur ce que dispeica ont este meus & suscitez certains differencez, touchans lez dit Entrecours & Comunicacion, pour raison & a cause de plusours Nouvellettes, Pretenduez d'une Parte & d'autre, tant a Cause d'acuns Exactions, Contraintez & Ordonnances, mises sus en le Staple de Calais sur le fait dez Laines, ou prejudice dez Subgiettis de nostre dit Cousin le Duc de Bourgoine comme il dit, & dez Defenses faites en sez dites Paiis de non y Admener Vendre ne Distribuer lez Draps d'Angleterre, & ausi de certains Ordinauncez, par Nous faites en nostre Royme, & par fau nostre Treschier & Tresame Cousin Philip Duc de Bourgoigne qui Dieu assoile, au prejudice dez Subgiettis & Paiis d'une Part & d'autre comme l'en dit,
Sur lez queles Differencez & Nouvelettis ill soit Bosoigne, & ainsi la dit Duchesse nostre Cosine & iceulx noz Ambassadeurs aient entendue & entendent, estre Appointe & Ordonne soubz ascuns Qualitees & Moderacions, que serront advises entre Nous & le dit Duc de Bourgoigne nostre Cousine, non obstant que par lez Lettrez du dit Entrecours, deslors passees & accordez, soit dit generalment que le dit Entrecours aura Lieu pour tous Denrees & Marchandisez, exceptez ceulx que sont par expres Reserves par les dites Lettrez,
Sur lez quelz Differendez la dit Duchesse nostre Cousin & iceulx noz Ambassadeurs dessusnomes n'aient bonnement peu appointer ne accorder pour lors, ains sur ceo noz dites Ambassadeurs, pour & en Noun de Nous, aient Convenu, Consentu, & Accorde, ovec la dessusdite Duchesse nostre Cousin, pour & en Nom de son dit Filz Charles Duc de Bourgoigne nostre Cosin, que, non obstant le dit Intercours, pour Communiquer, Appointier, & Conclurer de & sur les dites Diffrendz & Nouvelletz & leurs Dependences, & sur les Provisions, Qualitees, Moderacions, & Modificacions ad ce appartinanz, serroit tenue une JOURNE en tiel Lieu & en dedens tiel Jour que par Nous & nostre dit Cousin serront advises & accordez, & sur quoy nous signiferons & ferions savoir nostre Voilure & Pleasire l'un a l'aure en dedens le xv Jour de Januier prochain veniant,
A la quele JOURNE nous de nostre Parte, & auxi nostre dit Cousin de sa Part, envoyerons noz Ambassadeurs, aveque Commission & Poair sufficiant, pour Comuniquer, Appointier, Accorder, & Concluire, de & sur toutes lez dit Differendz & Nouvelletz suscitez & en procedans, a cause dez Exactions, Contraintez, Defenses, & Ordonnances dessusdites soubz teelz Provisions, Qualiteez, & Moderacions que serront lors avisez & accordes par lez dites Ambassadeurs, d'une Parte & d'autre, pour parvenir a l'Apaisement des dites Differendz & Novelettez, & bon Entretenement des dites Entercours & Comunicacion,
Et, en ultre, que pour en ce pluis liegerment Besongner lez Choses Pourparles entre noz dit Ambassadeurs & lez Genz de nostre dit Cousin, de & sur lez Chosez dessusdites, serroient mises & redigees par Escript, & Reportez a la dit JOURNEE d'une Parte & d'autre, Comme cez Chosez sount a plain continuez, specifiez, & declarez es Lettrez de nos dites Ambassadeurs, sur ceo, pour & en Nom de Nous, Bailles a icelle Duchesse, pour & en Nom du dit Duc de Bourgoyne nostre Cousin son Filz, Faittes & Done a Brucelle le xxiv jour de Novembre, l'An Mille, Quatrecens, Soixante Sept.
Les quelez voulons estre tenuez en cestz presentez pour Repetees, & de tiel Effect comme icellez estoient de Mot en Mot Enseres,
Savoir faisons que, Veueis lez dit Lettrez de nos dites Ambassadeurs, & sur icels & tout leur Continue eu meur advis & deliberacion de Consell, Nous, de nostre certain Science, plain Puissance, & Auctorite Royall, pur Nous, noz Heirez, & Successours, avons Loue, Agree, Ratifie, Conferme, & Approve, & par la Teneur de cestez Presentez Louons, Ratifions, Confermons, & Approuvons lez Chosez dessusdites, & tout le Continue en icels Lettres de nos dites Ambassadeurs, de & sur ceo faitez comme dit est, auxi & par la forme & manier que icels Lettrez le contiennent,
Et de nostre Part signifions & faisons savoir a nostre dit Cousin le Duc de Bourgoyne nostre volir & plaisir, touchant lez Lieu & Jour de la dit JOURNEE, dount en icelx Lettrez est fait mencion, que la dit JOURNEE soit en la Ville de Brugez le xx Jour du Mois du Mars prochein venant,
A la quel JOURNE Nous envoyerons nos dittes Ambassadeurs, ovesque Commission & Poiar sufficiant de Nous, pour Communiquer, Appointre, Accorder, & Conclurre, de & sur toutz lez dit Differendez & Nouvelettez, suscitez & procedans a cause dez Exactions, Contraintez, Defensez, & Ordonnances dessusdites, & soubz teelz Provisions, qualitees, & moderacions qui serront lors advisees & accordes par lez dit Ambassadeurs, d'une Parte & d'autre, pour parvenir a l'Appaisement dez ditz Differendes & bon Entretenement des dit Entrecours & Comunicacoin,
Pourveu ainsi que le dit Duc nostre Cousin le face pareillement de sa Part & de Lieu & Jour dessusdites il soit paraillement Content.
En Tesmoigne de ceo Nous avons fait mettre nostre Grande Seell a cez Presentz.
Donnees en nostre Palois de Westm. le 5 Jour de Januier, l'An de nostre Reigne Septiesme.
Jan. 5. Power for Richard bp. of Salisbury, William Hatteclyffe, the K.'s secretary, Thomas Vaghan, treasurer of the chamber, and John Russell, to treat for the marriage of the duke of Burgundy with the K.'s sister Margaret. Westm.
O. xi. 601. H. v. p. ii. 153.
Commissio ad Tractandum super Matrimonio cum Duce Burgundiae.
An. 7. E. 4. Franc. 7. E. 4. m. 1.
Rex Omnibus, ad quos &c. Salutem.
Sciatis quòd Nos,
De Fidelitatibus, Circumspectionibus, & Industriis, Dilectorum & Fidelium nostrorum, Venerabilis Patris Consanguinei nostri Richardi Episcopi Sarum, Willielmi Hatteclyffe Secretarii nostri, Thomae Vaghan Thesaurarii Camerae nostrae, & Johannis Russel Doctoris in Decretis, plenariè confidentes,
Ipsos nostros veros & indubitatos Ambassiatores, Commissarios, Procuratores, & Nuncios ad Infrascripta Fecimus, Constituimus, & Ordinavimus, prout Tenore Praesentium Facimus, Constituimus, & Ordinamus,
Dantes & Concedentes eisdem Ambassiatoribus, Commissariis, Procuratoribus, & Nunciis nostris, Tribus aut Duobus eorum (quorum cum praefato Reverendo Patre dictum Secretarium nostrum aut praefatum Thomam unum esse volumus) plenam Potestatem, Auctoritatemque, ac Mandatum, pro Nobis & Nomine nostro, cum Illustrissimo Principe carissimo Consanguineo nostro Karolo Duce Burgundiae, Brabantiae, Lembourgae, & de Luxembourg, Comite Flandriae, Artesii, Burgundiae, Palatini Hanoniae, Holandiae, Zelandiae, & Namurci, Sacri Imperii Marchione, Frisiae, Salinarum, & Machlune Domino, seu ejus Ambassiatoribus, Commissariis, Procuratoribus, aut Nunciis, sufficientem Potestatem, Auctoritatem, & Mandatum in ea parte ab eodem Consanguineo nostro Duce habentibus, de & super Matrimonio inter praefatum Consanguineum nostrum Karolum Ducem & Nobilem Dominam Margaretam Sororem nostram carissimam contrahendo & celebrando, Dotéque & Donatione propter Nuptias, ac etiam Tempore & Loco, & caeteris Circumstantiis idem Matrimonium concernentibus quibuscumque, Tractandi, Comunicandi, Conveniendi, & Concordandi, ac Tractatum super eodem Matrimonio concludendi,
Ac pro Firmitate, Roboratione, & Observatione Pactorum & Conventionum quarumcumque, in ea parte per eos pro Nobis & Nomine nostro faciendorum, Juramentum in Animam nostram Praestandi,
Caeterasque Cautiones, Obligationes, & Securitates qualcumque Dandi, Praestandi, Acceptandi, & Recipiendi,
Ac omnia & singula, in Praemissis seu circa ea necessaria seu quomodolibet oportuna, Faciendi, Excercendi, & Expediendi, etiam si talia sint quae de sua natura Mandatum exigant magis speciale;
Promittentes, bonâ Fide & in Verbo Regio, Nos Ratum, Gratum, & Firmum pro perpetuo habituros totum & quicquid per supradictos Ambassiatores Commissarios, Procuratores, & Nuncios nostros, in forma praedicta, Actum, Gestum, seu Procuratum fuerit in Praemissis, absque Contraventione quacumque.
In cujus &c.
Teste Rege apud Westmonasterium, quinto Die Januarii.
Per ipsum Regem, & de Data, &c.
Jan. 10. The sheriffs of Sussex, Wilts, and nine others, are ordered to set beacons and watches, as the truce with France will expire on March 1. Doymersfield.
O. xi. 602. H. v. p. ii. 153.
De Wardis & Vigiliis servandis, Treugis cum Francia expiratis.
An. 7. E. 4. Pat. 7. E. 4. p. 2. m. 8. dor.
Rex Vicecomiti Sussexiae, Salutem.
Scias quòd,
Cùm Treugae & Guerrarum Abstinentiae, inter Nos & Lodowicum de Francia Adversarium nostrum nuper captae, in Ortu Solis Primae Diei Mensis Martii proximò futurae finientur & penitùs expirabunt,
Nos,
Pro Salvatione & Defensione Regni nostri Angliae & Populi nostri ejusdem, nè Dampnum vel Malum aliquod Regno aut Subditis nostris praedictis per praefatum Lodowicum aut Subditos suos vel alios de Confoederatione sua, post Expirationem Treugarum praedictarum, eveniat ullo modo,
Ac quòd Wardae & Vigiliae ac Signa vocata Bekyns, per quae Gentes Patriae de Adventu Inimicorum nostrorum praedictorum praemuniri poterunt, prout ab antiquo fieri & poni consueverunt, fiant & reparentur, providere circumquaque volentes,
Assignavimus te ad hujusmodi Wardas, & Vigilias, ac Signa vocata Bekyns, in singulis Locis infra Comitatum tuum ad hoc magis convenientibus, & ab antiquo consuetis, Supervidendum & Reparandum, ac etiam de novo, ubi necesse fuerit, fieri atque reparari, & in Locis praedictis poni faciendum;
Et ideò tibi Praecipimus quòd circa Praemissa diligenter intendas, & ea facias & exequaris in forma praedicta;
Damus autem universis & singulis Majoribus, Ballivis, Constabulariis, ac aliis Officiariis, Ministris, Ligeis, & Subditis nostris quibuscumque, tàm infra Libertates, quàm extra, Tenore Praesentium, firmiter in Mandatis quòd Tibi, in Executione Praemissorum, Intendentes sint, Assistentes, & Obedientes in omnibus diligenter.
In cujus &c.
Teste Rege apud Dogmersfeld, tertio decimo Die Januarii.
Per ipsum Regem.
Consimiles Literae diriguntur Vicecomitibus in Comitatibus subscriptis, sub eadem Data; videlicet,
Vicecom. Wiltes.
Vicecom Kanc.
Vicecom. Somers. & Dors.
Vicecom. Eborum.
Vicecom. Cornub.
Vicecom. Devon.
Vicecom. Lincoln.
Vicecom. Essex.
Vicecom. Norff. & Suff.
Vicecom. Sutht
.
Form of a patent of K. Henry [VI.], declaring his alliance with —.
O. xi. 602. H. v. p. ii. 153.
Forma Amicitiae cum Duce Britanniae.
An. 7. E. 4.
Henry, par la grace de Dieu, Roy d'Angletere & de France, & Seigneur d'Irland, a toutz ceulx qui cez presentz Lettres verront, Salut.
Savoir faisons que Nous avons prins & fait, & par la Teneur de ces Presents prenons & faisons Alliance, Amite, & Intelligence avesque nostre Treschier & Tresame Cousain A. B.
Par la queux nous avons Promis & Promittons, de bonne Foy, a nostre dit Cousin A. B. de Luy estre, de ce Jour en avant, bone & loiall Amye, a Garder son Estate & Persone contre toutz, & non Aider de Ascunn de ces Enemies contre Luy come dit est,
Les quelz Alliance, Amyte, & Intelligence nous avons Promis & Promittons, par ces Presentz, au dessusdit A. B. loialment, & en Parole de Roy, pour Nous, nos Heires, & Successours, Entretenir a Luy, & a ces Successours A. B. perpetualment, & a toutz Jours, sans jammes fair ou aler au Contrary par Nous, ou noz ditz Successours, pour quelque Cause ne en quelque Manier qui ceo soit.
En Tesmoigne de ceo Nous avons Signe ces Presentz de nostre Maine, & icels fait seler de nostre Seel.
Done a nostre Palois, &c.
Feb. 1. Alliance between Francis duke of Brittany and the K. Rennes.
O. xi. 603. H. v. p. ii. 153.
Litera Ducis Britanniae, de Alligantia cum Edwardo Rege.
An. 7. E. 4. Ex Autogr.
Francois, par la grace de Dieu, Duc de Bretaigne, Conte de Montfort, de Richemont, d'Estampes, & de Vertus, a tous cielx, qui cestz Presentes verront, Salut.
Savoir faisons que Nous avons Prins & Fayt, & par la Tenour de cestz Presantes Prenons & Faisons, Alience & Intelligence avecques Tresexcellent & Trespuissent Prince & Treshonoure Seigneur & Cousin le Roy Edouart d'Angleterre,
Par les quelles Nous avons Promis & Promettons, de bonne Foy, au dit Roy Edouart d'Angleterre de Luy estre, de ce Jour en avant, bon & loyal Amy, a Garder son Estat & Personne contre touz, & non Ayder a aucuns de ses Annemis contre Luy come dit est,
Les queles Alience & Intelligence Nous avons Promis & Promettons, par cestz Presantes, au dessusdit Roy Edouart d'Angleterre loyaument & en Parolle de Prince, pour Nous noz Hoirs & Successeurs Entretenir a Luy & a ses Successeurs Roys d'Angleterre perpetuelement & a touz Jours sans jameis faire ou aller au Contraire par Nous, ou nos ditz Successeurs, pour quelque Cause ne en quelque maniere que ce soit.
En Tesmoign de ce Nous avons Signe cestz presantes de nostre Main, & icelles fait saeller de nostre Seel.
Donne en nostre Ville de Rennes, le primier Jour de Febvrier, l'An Mille, Quatrecens, Saixante & Sept.
Francoys.
Par le Duc de son Commandement.
Milet.
Sub Sigillo praefati Ducis, de cera rubra pendente a cauda Pergamenae.
Feb. 12. Prorogation of the truce between Brittany and England until July — (Rennes.)
O. xi. 603. H. v. p. i. 154.
Prorogatio Treugarum Britanniae.
An. 7. E. 4. Ex Autogr.
Francois, par la grace de Dieu, Duc de Bretaigne, Conte de Montfort, de Richemond, d'Estampes, & de Vertus, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme des le Derroin Jour d'Avril, l'An Mille, Quatrecens, Soixante Six, Nous ayons Prins, Accepte, Consenty, & Acorde, pour Nous, noz Paiis, Terres, Seigneuries, & Subgetz, avecques Treshault & Trespuissant Prince & Treshonnore Seigneur & Cousin le Roy d'Angleterre, pour Lui, son dit Royaulme d'Angleterre, Seigneurie d'Irlande, les Villes de Callays, Guisnes, Hammes, & les Marches d'icelles, & pour toutes autres Isles & Seigneuries a Lui & ses Subgetz appartenans, bonne, seure, & ferme Treue & Abstinance de Guerre, tant par Terre que par Mer, Rivieres, & Eaues doulces,
Durer pour ung An entier, Commanczant le Deizeme Jour du Moys de Juillet ou dit An Soixante Six, a Souleil Levant, & Finissant le Deizeme Jour du dit Moys de Juillet derroin passe Soleil Couchant inclusivement, en la forme & maniere qu'il est a plain contenu es Lettres de nôtre dit Seigneur & Cousin sur ce faictes & emanees.
Des quelles la Teneur ensuit,
Edward, par la grace de Dieu, Roy d'Angleterre & de France, Seigneur d'Irlande, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront ou orront, Salut.
Savoir faisons que Nous,
Considerans le Bien, Prouffit, & Utilite qui vroy semblablement peut avenir a nôtre Royaulme d'Angleterre, & autres noz Paiis, Subgetz, Manans & Habitans d'iceulx, & aux Paiis & Subgetz de Hault & Puissant Prince nôtre Treschier & Tresame Cousin Francois Duc de Bretaigne, en obviant a la continuation de la Guerre & Hostillitez des Paiis & Subgetz de nôtre dit Cousin & des nôtres, en Tenant & Observant paisible Communication entres les Subgetz d'un Coste & d'autre,
Avons Prins, Accepte, Consenti, & Accorde, & par ces presentes Prenons, Consentons, & Accordons, pour Nous & nôtre dit Royaulme d'Angleterre, Seigneuries d'Irlande, les Villes de Callays, Guisnes, Hammes, & les Marches d'icelles, & pour toutes autres Isles & Seigneuries dont Nous & nos dites Subgetz sommes tenans, avec le dit Hault & Puissant Prince nôtre Treschier & Tresame Cousin le Duc de Bretaigne, pour Lui, ses Paiis, & Subgetz, bonne, seure & ferme Treue & Abstinence de Guerre, tant par Terre que par Mer & Rivieres de Eaues doulces,
A durer pour Ung An entier, Commanczant le Deizeme Jour du Moys de Juillet, ou dit An Soixante six, au Soleil Levant, jucques ou Deizeme Jour du dit Moys Juillet prouchainement ensuivent, a l'Eure de Soleil Couchant inclusivement, en maniere & forme que s'ensuit,
C'estassavoir, que Nous, durant le temps dessusdit, ne Ferons, ne souffrerons estre Fait, par Nous, & aucuns de noz Subgitz de nostre dit Royaulme d'Angleterre, Seigneurie d'Irland, les Villes de Calays, Guisnes, & Hammes, & Marches d'icelles, ne noz autres Isles, Paiis, & Seigneuries quelxconques, par Terre, par Mer, Rivieres & Eaues doulces, Guerre, Prinse, Descense, ou Hostillite ou Duche de Bretaigne:
Et semblablement la dit Hault & Puissant Prince nôtre Treschier & Tresame Cousin Francois Duc de Bretaigne, durant la dit Abstinance & Treue, ne Portera, ne permettera Porter qui Lui ne par ses Subgetz, par Mer, per Terre, Rivieres ou Eaues doulces, Guerre, Prinse, Descense, ou Hostillite en nostre dit Royaulme d'Angleterre, Villes & Places de Callays, Guisnes, & Hammes & les Marches d'icelles, ne autres Isles, Paiis, & Seigneuries, ou aucun d'eulx, dont Nous ne noz Subgitz sommes tenans:
Et que, pendant la dit Abstinance & Treue, Nous ne Porterons, ne permetterons Porter, par Nous, ne par noz Subgetz, par Mer, par Terre, Rivieres ou Eaues doulces, aucune Aide ou Faveur aux Ennemys ou Rebelles du dit Hault & Puissant Prince le Duc, pour Luy Nuyre ou Grever ou son dites Paiis & Duche de Bretaigne,
Et semblablement le dit Hault & Puissant Prince nostre Treschier & Tresame Cousin le Duc de Bretaigne, durant la dit Abstinance & Treue, ne Portera, ne permettera Porter, par Luy, ne par ses Subgetz, par Mer, par Terre, Rivieres ou Eaues doulces, aucune Aide ou Faveur a noz Ennemys ou Rebelles, pour Nous Nuyre ou Grever en nôtre dit Royaulme d'Angleterre, ne aucunes des Places, Isles, & Seigneuries a nous appartenantz:
Et durant iceluy Temps d'un An, pourront les Subgetz de nostre dit Cousin le Duc, & d'autres Manans & Habitans en ses dites Paiis & Duche de Bretaigne, venir Marchandaument, par Mer & par Terre, & par Eaues doulces en nôtre dites Royaulme d'Angleterre, Seignurie d'Irlande, aux Villes de Callays, Guisnes, Hammes, & les Marches d'icelles, & aux autres Isles & Seigneuries a Nous apartenans, & en touz autres Paiis & Contrees, ou ilz vouldront aller, avec Navire de tel Port & Grandeur que bon leur semblera, Armez ou Desarmez pour la Seurte d'eulx, & de leurs Navires, Chargez ou non Chargez de Marchandises non Prohibees & Deffendues, Entrer es Ports, Villes, & Havres de nostre dit Royaulme & autres Seigneuries a Nous apartenans, & es Places & Villes assuses sur iceulx, & Sejourner es dites Portes, Havres, Villes, & Places pour faire le Fait de leur Marchandise, &, ce Fait, Retourner Seurement & Sauvement, Chargez ou non Chargez de Marchandises non Prohibees & Deffenduees, sans leur estre Porte Prejudice ne Dommaige par Nous ne noz Subgetz en aucune maniere:
Et semblablement noz Subgetz, Manans & Habitans en nostre dit Royaulme d'Angleterre, & es Paiis & Seigneuries dessus dites touchees, a Nous appartenans, pourront Aller Marchandanment par Mer & par Eaues doulces ou Duche de Bretaigne & en tous autres Paiis, & Palaces, ou ilz vouldront aller, avec Navires de tel Port ou Grandeur que bon leur semblera, Armez ou Desarmez pour la Seurte d'eulx, & de leurs Navires, Chargez ou non Chargez de Marchandises non Prohibees & Deffendues, entrer es Portz & Havres du dit Duche de Bretaigne, es Places & Villes assuses sur iceluy, & Sejourner es dites Portz, & Havres, Villes, & Places, pour faire leur Fait de Marchandise, & ce Fait, eulx Retourner Seurement & Sauvement, Chargez ou non Chargez de Marchandises non Prohibees & Deffendues, sans leur estre porte Prejudice & Dommaige par nostre dit Cousin le Duc ne par ses Subgetz en aucune maniere.
Et est a Entendre que les Subgetz tant d'un Part que d'autre, Payent & Satisfacent demuent les Subsides & autres Devoirs qui a cause de leurs Marchandies pourront estre duez, & aussiqu'ilz ne facent, ne purchacent faire Chose, les ungs ou Party de l'autre, & que nulz de nos dites Subgetz ne entieront en Chasteau, Forteresse ou Ville close des Paiis & Duche de nostre dit Cousin,
Ne pareillement nulz des Subgetz de nostre dit Cousin en ceulx de nôtre dit Royaulme d'Angleterre, Paiis & Seigneuries a Nous appartenans sans Congie & Licence des Cappitaines, Gardes d'icelles Places & Forteresses,
Et s'il advient que nulz Attemptaz ou Entresprinses feussent faictes a l'encontre de la dicte Abstinence, elle ne sera pour ce Rompue, ne Guerre pour ce faicte d'une part ne d'autre, Mais demourra icelle Abstinance, durant le dit Temps, en sa Force & Vertu, tout ainsi que si aucune chose n'avoit este faicte au contraire, & neantmoins serront lez diz Attemptaz reparez, & les Malfaicteurs pugniz par les Conservateurs & Commissaires qui a ce seront commis & ordonnez,
Prometans, en Parole de Roy & sur nostre dit Honneur, que Nous Tendrons, Garderons, & Observerons la dit Abstinence de Guerre & tout ce que cy dessus est contenu selon leur forme sans aucunement aler ne venir a l'encontre.
En Tesmoing de ce Nous avons fait Seeller ces Presentes de nôtre Seel.
Donne a nôtre Palays de Wasemestre le Derroin Jour d'Avril, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Soixante six, & de nôtre Regne le Sixisme.
Et soit ainsi que dein puix la ditte Treue & Abstinance de Guerre ait este Prorogee & Alongee, entre nôtre dit Seigneur & Cousin, ses Paiis, & Subgetz, & Nous, & les nôtres, selon les Points, Forme, Effect, & Substance dessus touchees, jucques au Premier Jour du Moys de Mars prochain venant, a l'Eure de Soleil Couchant d'iceluy Jour inclusivement, ainsi qu'il appiert par les Lettres sur ce faictes, Recours a icelles si mestier est,
Savoir faisons que Nous,
Ayans esgart au Bien, Prouffit, & Utilite qui peut avenir a l'un & autre Partie, par Moyen de la Continuation & Prorogation de la Continuation & Prorogation de la dit Treue & Abstinance de Guerre, qui de brief est a Finir,
Avons au Jourduy Proroge & Alonge, Prorogeons & Alongeons par ces Presentes, icelle Treue & Abstinance de Guerre, selon les Points, Forme, Effect, & Substance contenuz & declairez es precedentes Lettres dessus incorporees, du Premier Jour du Moys de Mars prochain venant, jucques          Jour du Moys de Juillet prochain ensuivant a l'Eure de Souleil Levant d'iceluy Jour,
Promettons, de bonne Foy, en Parolle de Prince, & sur nôtre Honneur, que Nous Tendrons, Garderons, & Observerons la dit Prorogation Treue & Abstinance de Guerre, & tout ce que cy devant est
Aler ne venir a l'encontre.
En Tesmoing de ce Nous avons Signe ces Presentes de nôtre Main, & fait Seeller de nostre Seele.
Donnees en nostre Ville de Reims, le Dozeime Jour de Fevrier, l'An Quatrecens Soixante sept.
Francoys.
Par le Duc de son Commandement & en son Conseil.
Milet.
Sub Sigillo Magno Ducis cerae rubrae pendente a Cauda Pergamenae.
Feb. 20. Confirmation by Charles duke of Burgundy of the treaty of intercourse with England. Brussels.
O. xi. 605. H. v. p. ii. 154.
Tractatus super Intercursu per Ducem Burgundiae Confirmatio.
An. 7. E. 4. Ex Autogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Duc de Bourgoigne de Lothrein de Brabant de Lembourg & de Luxembourg, Conte de Flandres d'Artois de Bourgoingne, Palatin de Haynau de Hollande, de Zellande, & de Namur, Marquis du Saint Empire, Seigneur de Frise, de Salins, & de Malines, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme,
Entre Reverend Pere en Dieu nôtre Treschier & Ame Cousin l'Evesque de Salisbery, Jehan Scotz Chivaler Contreroleur, Guillaume Hattecliff Secretaire, Henry Scarp & Jehan Ruselles Docteurs en Loix, Conseilliers, Ambasseurs, & Procureurs de Treshault & Trespuissant Prince Treshonnoure Sire & Cousin Edewart Roy d'Angleterre & Seigneur d'Irlande, ayans sur ce Pouoir souffisant de Lui par ces Lettres Patentes, pour Lui ses Hoirs & Successeurs d'une Part, & nôtre Treschiere Dame & Mere, Ayant sur ce expres Pouoir de Nous par noz Lettres Patentes, pour Nous noz Hoirs & Successeurs d'autre part,
Soient este Traictiez, Accordez, Appoincties, & Concluz certains Articles & Chapitres, de & sur l'Entrecours & Communication de Marchandise & Pescherie de Mer, entre le dit Roy ses Hoirs & Successeurs & ses Royaulme d'Angleterre, Seignourie d'Irlande Ville & Marche de Calais, & autres ses Paiis, & Seignouries & ses Hommes Vassaulx & Subgetz d'une Parte, & Nous noz Hoirs & Successeurs Duchies Contez Paiis & Seignouries quelxconques d'autre Part, ainsi & par la forme & maniere qu'il est plus a plain contenu es Lettres de nôtre dit Dame & Mere sur ce faictes & passees,
Et des quelles la Teneur s'ensuit,
Ysabel, Fille du Roy de Portugal, par la grace de Dieu, Duchesse de Bourgoingne, de Lothrein, de Brabant, & de Lembourg, Contesse de Flandres, d'Artois, de Bourgoingne, Palatine de Haynnau, de Hollande, de Zellande, & de Namur, Marquise de Saint Empire, Dame de Frise, de Salins, & de Malines, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme, de longe temps, entre le Royaulme d'Angleterre, Seignourie d'Irlande, Ville & Marche de Calais d'une Part, & les Duchie Conte & Paiis de Brabant, de Flandres, & Seignouries de Malines d'autre Part, pour le Bien Commun des dites Royaulme, Duchie, Conte, Paiis, & Seignouries, soient este Fais, Accordez, Entretenuz, & Gardez Entrecours & Communication de Marchandise & de la Pescherie de Mer a certain Termez Continuez & Proroguez par pluiseurs foiz, & qui dovient brefment expirer & passer,
Savoir faisons que Nous,
Pour & ou nom de nôtre Treschier & Tresame Filz Charles Duc de Bourgoingne, de Lothrein, de Brabant, de Lembourgh, & de Luxembourg, Conte de Flandres, d'Artois, de Bourgoingne, Palatin de Haynnau, de Hollande, de Zellande, & de Namur, Marquis du Saint Empire, Seigneur de Frise, de Salins, & de Malines, aians sur ce expres Povoir & Commission de Luy, la quelle a la fin de ces Presentes est Inseree,
Avons, de & sur le dit Entrecours & Communication de la Marchandise & Pescherie de Mer & d'autres Choses necessaires pour le Bien & Utilite Commune d'une Part & d'autre, Fait, Traictie, Passe, Accorde, & Conclu, pour nôtre dit Filz, pour ses Hoirs & Successeurs, & pour ses dites Duchie, Conte, & Paiis de Brabant, de Flandres, Seignourie de Malines, & pour tous ses autres Paiis & Seignouries, avec Reverend Pere en Dieu nôtre Treschier & ame Cousin Richart Evesque de Salisbery, Nobles Venerables & Honnourables Personnes, Messire Jehan Scots Chivaler, Maistres, Guillaume Hartecliff, Henry Scarp, Jehan Russelles, Docteurs en Droit Civil, Procureurs & Ambasseurs de Treshault & Puissant Prince nôtre Treschier Seigneur & Cousin Edewart Roy d'Angleterre, souffisamment fondez par Lettres Patentes d'icellui Roy nôtre Cousin, pour & ou Nom de Luy ses Hoirs & Successeurs, & pour ses dites Royaulme d'Angleterre, Seignourie d'Irlande, Ville & Marche de Calais & autres ses Paiis & Seignouries, pour le Temps & Terme de Trente Ans a Commencer le Jour de la Date de cestes les Points & Articles, qui s'ensuiant,
Primierement, que tous Marchans tant de Royaulme d'Angleterre, d'Irlande, & de Calays, Comme les Marchans dez Duchie, Conte, & Paiis de Brabant, de Flandres, Ville & Seignourie de Malines, & autres Paiis de mon dit Seigneur le Duc, soient Marchans de Laines, de Cuiers, de Vitailles, ou de quelxconques autres Marchandises, leurs Facteurs & Familiers, puissent Seurement aler par Terre, a Pie, a Cheval, ou autrement, en passant, en & oultre l'Eaue de Gravelinghes, de Calais en Brabant, en Flandres, a Malines, & autres Paiis dessusdites, & de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites a Calais, ensemble leurs Biens & Marchandises, en tenant le Chemyn entre le Mer & les Chasteaux de Marck & d'Oye, & Merchander les ungs avec les autres de toutes manieres de Marchandises, Viures, & autres, Mener & Ramener, ou fair Mener & Ramener, de Calais, en Brabant, en Flandres, a Malines, & autres Paiis dessusdites, & de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites a Calais, leurs dites Marchandises, Vivres, & autres; Except Armures, Artilleries, Canons, Pouldrez, & autres Chosez faictes semblables & Invasibles:
Et que les dites Marchans, leurs Facteurs, & Familiers puissent, chascun d'eulx a qui il serra necessaire, Achater & avoir franchement de ceulx de l'autre Cost des Vivres, & les Mener par Terre en & oultre l'Eaue dessusdites, les ungs aux autrez; (C'estassavoir) ceulx d'Angleterre & autres de la Partie d'Angleterre (ou Nous entendons Yrlande & Calais) en Brabant, en Flandres, a Malines & autres Paiis dessusdites; & ceulx de Brabant, de Flandres, de Malines, & des dites Paiis a Calais; en Passant par le Chemin dessusdit, sans Empechement, Destourbier, ou Deffense quelconque, ne pour ceo encourir en aucune Paine, & sans en estre Reprins en aucun maniere des Seigneurs d'un Coste ne d'autre, ne de leurs Justiciers.
Item, que tous Marchans d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, soient Mar- chans de Laines, de Cuiers, de Vitailles, ou de quelxconques autres Marchandises, leurs Facteurs & Familliers, Maistres de Nefz & Mariniers, puissent Aler par Mer, Passer, Repasser, Converser, Venir, Estre, & Demourer Seurement es dites Duchie, Conte, & Paiis de Brabant, de Flandres, Seignourie, & Ville de Malines, & autres Paiis dessusdites, & dedens les Portes & Haurez d'iceulx, a tout leurs Biens Marchandises & Nefz, Merchander avec tous Marchans de Brabant, de Flandres, & de Malines, & de tous les dites Paiis, & autres Marchans quelxconques, & leurs Facteurs & Familliers, de toutes manieres de Marchandises tant Vivres come autres (Excepte Armures, Artilleries faites, Canons, Pouldres, & autres Choses semblables & Invasibles) & en Partir avec leurs dites Nefz, Biens, Marchandises, Vivres, & autres, qu'ilz pourront Ramener & Retourner Seurement:
Et que pareillement tous Marchans des dites Paiis & Seignouries de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites, soient Marchans de Laines, de Cuiers, de Vitailles, ou de quelxconques autres Marchandises, leurs Facteurs, Familiers, Maistres de Nefz, & Mariniers, puissent Aler, Passer, Repasser par Mer, Converser, Estre, & Demourer Seurement en Royaulme d'Engleterre, en Irlande, & a Calays, & dedens les Ports & Haures d'iceulx Royame, Paiis, & Vile, auctorisez par le Roy (c'estassavoir, es Ports & Haures, ou Coustumiers & autres Officiers sont Ordonnez pour Vacquer & Entendre sur l'Entre & yssue des Nefz & Marchandisez, & non en autres) avec leurs Biens & Marchandises & Nesz, & Marchander avec tous Marchans Angloiz & autres, & leurs Facteurs & Familliers, de toutes manieres de Marchandisez, tant Vivres comme autres (Excepte les dites Armures, Artilleries faictes, Canons, Pouldres, & autres Choses semblables & Invasibles) & Mener es Ports dessusdites en Angleterre, en Yrlande, & a Calais leurs Biens propres, Vivres, & autres, & les Biens d'autres des dites Paiis & Seigneuries de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites, & en Partir & Retourner Seurement a touts leurs dites Biens, Marchandises, & Nefz:
Et aussi que les dites Marchans, leurs Facteurs, & Familliers puissent, chascun d'eulx a qui il sera necessaire, Achater & avoir franchement de ceulx de l'autre Partie des Vivres, & les Amener par Mer les ungs aux autres (c'estassavoir, les d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, en Brabant, en Flandres, a Malines, & es autres Paiis dessusdites, & ceulx de dites Paiis en Engleterre, en Yrland, & a Calays) sans estre Reprins, de ce qu'ilz auront ainsi fait, des Seigneurs de l'une des Parties ne de l'autre, ne de leurs Officiers, ne que par ceulx de la Partie d'Angleterre aux Marchans de Brabant, de Flandres, de Malines, & Paiis dessusdites Dommaige Empechement ne Distourbir soit fait, ne aussi par ceulx des dites Paiis de Brabant, de Flandres, de Malines, & autres Paiis dessusdites aux Marchans de la Paiis d'Angleterre, par voye de Fait, pour Cause de Guerre, Pillerie, faicte ou a fere, ne autrement en acune maniere, pour quelconque Cause; En Gardant & Paiant, au regard des Marchans d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, es Paiis de Brabant, Flandres, Malines, & autrez Paiis dessusdites, des Marchandises qu'ilz y Amerront & Remerront; & semblerement, au Regard des Marchans de Brabant, de Flandres, de Malines, & Paiis dessusdites, es dites Paiis & Royaulme d'Angleterre, d'Irland, & de Calais, des Marchandises qu'ilz y Ameneront & Remeneront, les Drois, Toulieux, & Devoirs duez & accoustumez quant Marchandise a eu Cours le temps passe entre lez Royaulme d'Angleterre & Paiis dessusdites, comprins en ce present Entrecours, sans estre Constrains a autrez:
Et, au Regard des Marchans d'un Coste & d'autre, touchant les Marchandisez qu'ilz Merront & Conduiront, chascun de son Partie, ilz en Paieront les Toulieux & Devoirs a l'Ordonnance de leur Prince & Seigneur, & selon qu'ils auront Cours en leurs Paiis:
Et par ce n'est point Entendu Prejudicier au Prince ou Seigneur d'une Part & d'autre, de mettre en ses Paiis & Seignouries telz Toulieux & Devoirs, au regard de ses Subgetz, que bon lui semblera:
Parmy ce que les dites Marchans, d'une Coste & d'autre, leurs Facteurs & Familliers, Maistres des Nefz & Mariners, aux quelx sera bien loisible d'avoir avec eulx en leurs Nefz Armures & Artilleries, pour la Garde & Sauvement de leurs Corps & Biens, en alant par Mer, & icelles Amener avec eulx en quelxconques Haures qu'ilz arrivent; les quelles Armures a lissir de leurs Nefz, ilz laisseront en leurs dites Nefz ou Vasseaux; Excepte Coutel, Daque, ou Espee, qu'ilz pourrount Porter, se bon leur semble, jusques a leurs Hostelz, ou ilz seront tenuz de laisser les dites Espees:
Toutesvoies pourra le Prince ou Seigneur, d'un Coste ou d'autre, pour cause raisonnable, comme pour Necessite ou Chierte de Vivres, faire Deffence, au regard de telles Manieres de Vivres, qu'il semblera estre a faire pour la Bien du Lui & de ses Subgetz, non obstant ce present Accord.
Et, s'il avenoit que aucunes Nefz, par Fortune de Mer, ou par Chasse d'Ennemis, fussent contrains de prender aucuns Ports ou Havres en Angleterre, qui ne seroient auctorisez comme dit est, en ce Cas elles pourront Entrer & Estre Seurement es dits Ports & Haures, sauns ce que l'en Puisse en icelles, estans aus dites Haures & Ports, Charger, Mettre, ne Deschargier quelxconques Denrees, Vivres, Marchandises, ne autrez Choses.
Item, que les dites Marchans d'Engleterre, leurs Facteurs & Familliers, Maistres de Nefz & Mariniers, puissent Estre Converser & Demourer Seurement es Paiis de Brabant, de Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, & es Ports & Haures d'iceulx Pais, avecque leurs Biens, Nefz, & Marchandises quelxconques, Vivres & autres:
Et semblerement les Marchans de Brabant, de Flandres, & de Malines, & des autres Paiis dessusdites & leurs dites Facteurs & Familliers, Maistre de Nefz & Mariniers puissent Estre, Converser, & Demourer Seurement ou Royaulme d'Angleterre, en Yrland, & a Calais, & es Portz & Haures d'Angleterre, d'Irlande, & de Calais dessusdites, sans ce que par ceulz de Brabant, de Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, ne par autres quelxconques (de quelque Nation ou Contree qu'ilz soient) soit Meffait ou donne Empeschement ne Distourbir aux Marchans de la Partie d'Angleterre, ne par ceulx d'icelle Partie d'Angleterre ou autres quelxconques aux Marchans de Brabant, Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, ne leurs Facteurs & Familliers, Maistres de Nefz & Mariners, d'un Coste & d'autre, par voye de Fait, pour cause de Guerre, Pillerie, Roberie faicte ou a fere, ne autrement en aucune manier;
Pourveu que les Marchans d'autres Paiis quelxconques soient Seurement a tout leurs Biens & Nefz, es dites Paiis de Brabant, Flandres, Malines, & autrez Paiis dessusdites, & es Ports & Haures du dites Paiis de Flandres, sans ce que par ceulx de la Partie d'Angleterre leur soit illec Meffait ou donne Empeschement ne Destourbir par quelconque; ne aussi par ceulx des dites autres Paiis fait Dommaige ou donne Empechement, en Corps ou en Biens, en quelque manier que ce soit, a ceulx de la Partie d'Angleterre, leurs Facteurs, Familliers, & Biens quelxconques, estans es dites Paiis de Brabant, Flandres, Seignourie, & Ville de Malines, & es autres Paiis dessusnommes, & es Portes & Havres d'iceulx:
Et aussi que les dites Marchans de la Partie d'Angleterre, de Brabant, Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, & leurs Facteurs, Familliers, Maistres des Nefz & Mariniers, puissent de l'une Partie Entrer es Villes Fermes de l'autre Partie, sans en demander Congie, fors pour le Premiere foiz soulement, a chascune Venue qu'ilz soient de l'un Paiis ou l'autre;
Pourveu que aux Ports des dites Villes, ou il sera Bosoing que les dites Marchans, leurs Facteurs & Familliers, Maistres de Nefz & Mariniers, Entrent de demaunder Congie, soeint mis certaines Gens qui aient Povoir de leur donner le dit Congie d'Entrer; Et, ou Cas qu'ilz ne trouveroient aucune telles Gens aus dites Portez, que eulx pourront licitement & sans aucun Empeschement Entrer & Chevanchier, ou Aler jusques a leurs Hostelz, & illec Demourer, sans en partir jusques a ce que leurs Hostes auront signiffie lour Venue aux Capitaines ou Officiers des dites Villes; lez quelx Hostes ou leurs Servans, apres ce qu'ilz en seront requis, seront tenuz, tantost sur la Venue des dites Marchans, de faire Signiffiance de leur Venue aus dites Capitain ou Officiers: Et, ou Cas que, par negligence ou autrement, la dit Signiffians ne seroit faicte, que les Marchans, dedens Deux Heures apres leur Venue, pourront Departir, Aller, & Passer avant sur leur Chemin & en leurs Affaire, Et, se ils trouvoient es dites Ports aucune Personne ou Personnes, & par leur Congie ilz feussent Entrez es dites Villes fermes, ilz ne Forferont, ja soit ce que icelui ou ceulx, qui leur auroient donne la dit Congie, n'en eusent aucune Puissance, mais l'eust fait par simplesse, fraude, ou mal engin.
Item, que tous Pelerins, d'un Coste & d'autre, en Alant en Pelerinage, & aussi les Clercs d'Angleterre, d'Irlande, & de Calais, ou autres quelxconques, de quelque Estat ou Condicion qu'ilz soient, d'Eglise ou Seculiers, Alans vers la Court de Rome ou le Con- cille General, & en Retornant, puissent Entrer, par Meer, & aussi par Terre, a Pie, a Cheval, ou autrement, ceulx de l'une Partie ou Paiis de l'autre Partie, & Passer & Repasser paisiblement par iceulx, & y estre Seurement & Franchement; Et aussi Aler, Passer, & Repasser par Terre, a Pie, a Cheval, ou autrement, de Calays en Flandrez, & en oultre l'Eaue de Gravelynghes, & de Flandres a Calays, en tenant leur Chemin entre la Mer & les dites Chasteaulx de Marcht & d'Oye, sans ce que par ceulx de Brabant, Flandres, Malines, & autrez Paiis dessusdites, ou autres de quelconque Nacion, soit Meffait ne donne Empeschement ne Distourbir aux Pelerins, Clercs, ou autres dessus declerez de la Partie d'Angleterre, aux Pelerins de Brabant, Flandres, Malines, & autres Paiis dessusdites, par voye de Fait, pour cause de Guerre, Pillerie, ou Roberie fait ou a faire, ne autrement, en aucune maniere:
Pourveu que, a l'Entree des Villes fermees, ilz prendront Congie aux Gardes des Ports pour y Entrer, & ne Demourront en une Ville ferme que une Nuyt, se il n'estoit pour Maladye, pour faulte de Vent, ou de Navire, s'il avenoit sur Port ou Haure de Mer, ou pour Faire ou Recevoir les Changes de leur Argent, il leur convenist fair pluis longue Demouree:
Et, se mestier estoit, & ilz en estoient requis, a l'Entree des dites Villes fermees, ceulx de l'une Partie feront Serement a l'autre Partie que, pour Malfere ou pourchasser a l'autre Partie, ses Subgetz, Villez, ou Paiis, ilz ne passent par icelles; du quel Serement, sans aultre Contraint ou Empeschement, seront creu:
Et pourveu aussi que aux Ports des dites Villes fermees, ou il sera Bosoing aus dites Pelerins, Clers, & autres dessusdites de demander Congie, soient mes certains Gens, qui aient Povir de lour Donner le dit Congie d'Entrer, & de Recevoir d'eulx, se mestier est, le dit Serement par la maniere dessusdit:
Et, ou Cas qu'ilz ne trouveront aucunes telles Gens aus dites Ports, qu'ilz pourront licitement & sans aucun Empeschement Entrer, Chevanchier, ou Aler jusques a leurs Hostelz, & illec Demourer, sans en partir, jusques a ce que leurs Hostes auront signiffie leur Venue aux Capitaines ou Officiers des dites Villes, les quelx Hostes, ou leurs Servans, apres ce qu'ilz en seront requis, seront tenuz, tantost sur la Venue des dites Pelerins, Clercs, & autres dessusdites declairez, de faire Signiffiance de leur Venue aus dites Capitaines ou Officiers:
Et, ou Cas que, par Negligence ou autrement la dit Signiffiance ne seroit faicte, que les dites Pelerins, Clers, & autres dessus declairez, dedens Deux Heures aprez leur Venue, pourront Departer, Aler, & Passer avant sur leur Chemin & en leurs Affaires;
Et, s'ilz trouvoient aus dites Ports aucunes Persones ou Personne, & par leur Congie ilz feussent Entrez es dites Villes Fermees, que ilz ne Fourferont riens, ja soit ce que celui ou ceulx, qui leur auroient donne le dit Congie, n'en eussent aucune Puissance, mais l'eussent fait par semplesse fraulde ou mal engien.
Item, que tous Pescheurs tant d'Angleterre, d'Irlande, & de Calais, comme des Paiis de Brabant, de Flandres, & autres Paiis de mon dit Seigneur le Duc, quelz qu'ilz soient, pourront paisiblement Aler par tout sur Mer, pour Peschier & Gaignier leur Vivre, sans Empeschement ou Destourbier de l'un Partie ne de l'autre, & sans ce que leur soit Bosoing de sur ce requirer ne obtener aucune Licence, Congie, ou Saufconduit: Et avec ce se Fortune ou autre Adventure Chassoit ou Amenoit les dites Pescheurs de la Partie d'Angleterre en aucun des Ports, Havres, Destrois, ou Dangiers des dites Paiis de Brabant, ou de Flandres, ou d'autres Paiis de mon dit Seigneur le Duc, ou les dites Pescheurs d'iceulx Paiis en aucunes des dites Ports, Havrez, ou Dangiers du Royaulme d'Angleterre, Yrlande, & de Calais, que ilz y soient paisiblement & franchement Receuz & Traictez Raisonnablement d'une Coste & d'autre, en paiant aux Lieux, ou ilz Arriveront, les Toulieux & Devoirs accoustumez; & d'illec puissent liberalment Retourner, a tout leurs Nefz, Applois, & Biens, sans Destourber, Arrest, ou Empeschement; Pourveu, que par les dites Pescheurs, d'un Coste & d'autre, ne soit commise aucune Fraude ou fait Dommaige.
Item, que aux les dites Ports & Havres de Brahant, ou de Flandrez, & autres Paiis dessusdites aucunes Escumeurs ne Gens labourans sur la Guerre, soient Franchois, Flamengs, ou d'autres Paiis quelxconques, ne seront souffers Entrer ne Ysser, pour faire Grevance aux Marchans, leurs Facteurs, Familliers, Maistres de Nefz & Mariniers, aux Pelerins, Clers, ou Pescheurs de la Partie d'Angleterre, ne a leurs Biens & Marchandises;
Et aussi que, aux Ports & Havres d'Angleterre, d'Irland, & de Calais aucuns Escumeurs ne Gens labourans sur la Guerre, soient Anglois, Yrlandois, ou autres, ne seront souffers Entrer ne Yssir pour faire Grevance aux Marchans, leurs Facteurs, Familliers, Maistres de Nefz, & Mariniers, Pelerins, Clers, & Pescheurs de Brabant, Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, ne a leurs Biens & Marchandisez.
Item, que se, durant ce present Traictie, aucun Dommaige (que Dieu ne vueille) estoit faite, d'une Coste & d'autre, contre ce present Accord, parquoy il en convenist fair Requeste ou Poursuite, que la Personne ou Personnes, de quelque Estat qu'ilz soient, jusques au Nombre de dix Personnes & au tant de Chevaulx & au dessoubz, de la Partie d'Angleterre (Cestassavoir) depar le Roy d'Angleterre, depar le Capitaine de Calais, depar le Compaignie de l'Estaple, au dit Lieu de Calais; Et de la Partie de Brabant, Flaundres, Malines, & autres Paiis de mon dit Seigneur le Duc, pour leur Seigneurie, ou depar les Quatre Membres du dit Paiis de Flandres, ou d'aucun d'iceulx, seront pour celle Cause envoyes en Angleterre, a Calais, en Brabant, Flandres, ou Malines, ou ailleurs d'un Coste & d'autre, pourrount Passer par Terre ou par Mer Seurement, Entrer & Demourer franchement es Villes Fermees, pareillement que dessus est dit des Marchans d'un Coste & d'autre, & Atend a la Poursuite de leurs Bosoignes, par vertu de ce present Accord, sans avoir Empeschement, ne avoir pour ce aultre Saulfconduit.
Item, se par Escumeurs ou autres Gens labourans sur la Guerre aucuns Biens des Marchans, de la Partie d'Angleterre ou de Brabant, Flandres, Malines, ou autres Paiis dessusdites, estoient Prins sur Mer, & amenez en aucuns des Ports ou Haures de l'une Partie ou de l'autre, que iceulx Biens ne pourront illec estre Venduz ne Alienez sur Terre ne mis a Terre par les dites Escumeurs, ou autres quelzconques Amis ou Ennemis; Et, se ilz estoient ainsi Venduz ou Alienez sur Terre, ou Mis a Terre, que Restitution sera faicte des dites Biens, ou de leurs dites Valeur aux Marchans de qui on les auroit Prins; Et auront les Officers des Lieux Mandement expres, par Lettres Patentes telles qu'il appartiendre, de faire fere la dit Restitucion, toutes les foiz que le Cas y escherra, sur Paine de le Recouvrer sur eulx, se les dites Biens estoient ainsi Venduz ou Alienez a Terre, ou Mis a Terre, de leur sceu ou souffrance: Et, avec ce, sera faicte Deffence es Ports & Havres, d'un Coste & d'autre, sur certains & grosses Peines, que aucun, de quelque Nation qu'il soit, ne Achate a Terre, ne pour mettre a Terre, aucuns des dites Biens.
Item, que es Vitailles, & Marchandises, & autres Biens, Venans des Parties de l'Est vers le Royaume d'Angleterre ou de Calais, ou devers Brabant, Flandres, Malines, ou autres Paiis dessusdites, pour quelzconques Personnes, non Ennemis a l'une Partie on a l'autre, & en quelxconques Vasseaulx ilz soient menez, ne sera, par ceulx de l'une Partie ne de l'autre, mis Empeschement, ne Distourbir en quelque maniere.
Item, se, durant le dit Terme, aucuns Vasseaulx des Marchans, de la Partie d'Angleterre, ou de Brabant, Flandres, Malines, ou Paiis dessusdites, non ordonnes pour Guerre, Chargies ou non Chargies, estoient, par fortune de Temps, par force d'Ennemis, ou autrement Chassez, ceulx de l'une Partie en aucuns des Ports ou Havres de l'autre Partie, les dites Vasseaulx, avec les dites Marchans & Mariniers estans en iceulx, seront Resceuz Seurement, & sans Empeschement pourront Partir Franchement, a tout leurs Biens & Marchandises, sans contredit ne destourbir; Pourveu qu'ilz ne mettent a Terre ne en autres Vaisseaulx leurs dites Biens ou Marchandises, sans Congie & Licence des Officiers du Prince du Paiis, ou d'autrez aians Povoir a ce.
Item, que les Maistres des Nefz & Mariniers de la Partie d'Angleterre, a leur Venue es Ports & Haures des Paiis de Brabant, Flandres, Malines, ou autres Pais dessusdites, pourront licitement faire lyer leurs Nefz es dits Ports & Haures, par la maniere que feront Franchois, Hollandois, Zellandois, ou Escouchois, sans encourrir pour ce aucune Forfaicteur ou Amende; Et semblablement le pourront faire les Maistres des Nefz & Mariniers de Flandres & Paiis dessusdites, es Ports & Haures de la Partie d'Angleterre.
Item, le dit Terme durant, les Marchans, Maistres des Nefz, & Mariniers des dites Paiis de Brabant, Flandres, Malines, & Paiis dessusdites, ne Amerront, par Fraulde ou Couleur quelconque, aucuns Biens ou Marchandises des Ennemis des Anglois par Mer: Et, ou Cas qu'ilz en seroit Demandez, par aucuns Escumeurs ou autres Gens de la Partie d'Angleterre, ilz en feront juste & plain Confession;
Et que pareillement les Marchans, Maistres de Nesz, & Mariniers de la Partie d'Angleterre ne Amerront, par Fraulde ou Couleur quelconque, aucuns Biens ou Marchandises des Estrangiers Ennemis des Brabancons, Flamengs, de ceulx de Malines, ou des Paiis de mondit Seignur: Et, s'ilz en estoient demandez par aucuns de Brabant, Flandres, Malines, ou des autres Paiis dessusdites, ilz en feront juste Confession, comme dit est.
Item, se, durant le temps de ce present Accord, aucune Nef ou Vasseau de la Partie d'Angleterre, Chargie de Biens & Marchandises, par fortune ou Tempeste de Mer, ou autrement, Touchoit a la Terre, ou Perissoit sur la Coste ou es Haures des Paiis de Brabant, de Flandres, de Malines, ou autres Paiis dessusdites; se en icelle Nef ou Vasseau Demouront Homme, Femme, Enfant, Chien, Chat, ou Cocq Vivant, lez Hommes, Biens, & Marchandises d'icelles demourront saulf a ceulx a qui ils appartienent, en paiant Coustaiges raisonnables a ceulx qui lez auront Saulves, sans ce que les dites Biens puissent estre dictz Confisquies ne Parduz: Pourveu aussi que semblerement soit fait & observe es Ports & Haures d'Engleterre, Yrlande, & Calays, au Regard des Naviers de Brabant, Flandrez, Malines, & autres Paiis dessusdites, que par la maniere dessusdite Toucheroient a Terre ou Periroient.
Item, que, de la Partie d'Angleterre, sera Designe Chemin grant & large entre Calays & Gravelinghes pur les Marchans d'une Coste & d'autre, & autres comprins en ceste Sceurte, y Aler, Passer, & Retorner Seurement; Et, pour la Partie de Flandres, sera Fait & Designe, pour lez Marchans & autres Personnes de la Partie d'Angleterre dessus exprimez, grant Chemin & large assez pour Passer, Aler, & Retourner Seurement par les Dunes de Flaundres, sans y estre Arrestez ne Empeschiez; parmy ce qu'ilz ne amerront avec eulx aucuns leurs Chiens, ne feront aucuns Dommaiges ou Prinse de Coinus:
Et, se il avenoit que aucuns de la Partie d'Angleterre, en Alant par le Chemin designe dedens les Dunes, passassant par Ignorance dehors icellui Chemin (de la quelle Ignorance ilz seront creuz par leur Serement, sans aultre prouve faire) en ce Cas ilz ne seront Empeschies, Parturbez, ne Arrestez, mais procederont oultre en continuant leur Chemin seurement & paisilement, & pareillement sera fait a ceulx de Brabant, Flandres, Malines, & autres Paiis dessusdites, en passant par les dites Chemins Designez entre Calays & Gravelinghes.
Item, que les Marchans d'Angleterre auront & pourront Avoir & Tenir, es Villes des dites Paiis de Brabant, Flandres, & de Malines, & es dites autres Paiis de Mon dit Seigneur le Duc, Hostelz pour eulx mesmes, & joyront illec de toutes telles & pareilles Franchises, comme ilz ont joy en quelque temps depuis Cincquante Ans enca quant la Marchandise avoit Cours entre la Partie d'Angleterre & les dites Paiis de Brabant, Flandres, & Malines, & seront Traicties aussi doulcement & gracieusement comme les autres Nations frequentans iceulx Paiis & Ville; & pareillement, les dites Marchans des dites Paiis de Brabant, Flandres, & autres Paiis de mon dit Seignur le Duc auront & pourront avoir & tenir es dites Villez des dites Royaume d'Angleterre Ville & Marche de Calays Hostelz pour eulx, & joyront des dites Franchises & aussi seront Traicties comme dessus est dit des dites Marchans d'Angleterre.
Item, s'il avenoit (que Dieu ne vueille) que par aucuns de l'un Coste ou de l'autre, aucune Chose soit faicte ou attempte contre l'Estat de ce present Accord & Seurte, en quelque Lieu ou Port, par quelque voie, ja pour tant cest Accorde ne sera tenu ne entendu Enfraint, ne pour ce Guerre, Arrest, ne Destourbir d'aucuns des Personnes, touchies en ce Traictie, ne sera fait ne meu; mais sera le Fait Repare par les Seigneurs de l'une & de l'autre Partie, & mis en son premier Estat & deu.
Item, que les Quatre Membres de Flandres, souffisantement Auctorisies comme il appartient, se Obligeront, par Lettres Sellees de leurs Seaulx, de Tenir & inviolablement Garder, de leur Part, tous les Points de ce present Traictie, & de chascun d'iceulx, & en bailleront leurs Lettres souffisantes & convenables, sans aler ou faire venir au contraire.
Les quelx Entrecours & Communicacion de Marchandise & Pescherie de Mer, & toutes les Choses continues & declaires es Articles dessus escriptes, nous Duchesse dessusnommee, pour & en Nom de nôtre dit Filz Charles Duc de Bourgoingne, de Lothrein, de Brabant, &c. ses Hoirs, & Successeurs, & pour ses dites Pais, & Seigneurie, avons Promis, & Promettons en bonne Foy, que nostre dit Filz de sa Part fera Pub- lier, Garder, & Entretenir inviolablement, durant le Temps & Terme dessus declaire, de Point en Point, selon la Forme & Teneur des dites Articles, sans fere ou venir, ne souffrir estre fait ou venu, au contraire in maniere quelconque:
Et que, pour plus grant Sceurte de tout ce que dit est, nostre dit Filz Confermera & Approuvera ces Presentes, & tout le contenu en icelles, en dedens le Premier Jour de Janvier prouchein venant; Et de ce fera baillier ces Lettres Patentes au dit Roy Edoward d'Angleterre nôtre Cousin, ou a son Commis a ce, en la Ville de Bruges, en l'Ostel Thomas Portimarii Marchant,
Pourveu que icellui Roy pareillement Confermer & Approuver, de sa Part, les Lettres qui de & sur le dit Entrecours, Communicacion de Marchandise, & autres Choses dessus, Nous ont este baillees par les dessus nommez ses Procureurs & Ambassadeurs, & qu'il en baille ses Lettres Patentes a nostre dit Filz, ou a son Commis, en la dit Ville de Bruges, & ou dit Hostel du dit Thomas Portimarii, en dedens le Jour dessusdit.
En Tesmoign de ce Nous avons fait mettre nôtre Seel a ces Presentes.
Faictees & Donnees a Brouxelles, le xxiv jour de Novembre, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Soixante Sept.
S'ensuit la teneur du Pouoir a Nous Donne par nôtre dit Filz le Duc de Bourgoingne,
Charles, par la Grace de Dieu, Duc de Bourgoingne, de Lothrein, de Brabant, de Lembourg, & de Luxembourg, Conte de Flandres, d'Artois, de Bourgoingne, 'Palatin de Hannau, de Hollande, de Zellande, & de Namur, Marquis àu Saint Empire, Seigneur de Frise, de Salins, & de Malines, a tous ceulx qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme pour Besoignier, Appoinctier, & Conclure tant ou Fait du Traictie de Mariage Pourparle entre Nous d'une Parte, & nôtre Treschier & Tresamee Cousine Dame Marguirite d'Yorc Seur Germaine de Tresexcellent Prince Treshonnoure Seigneur & Cousin le Roy d'Angleterre d'autre, comme sur le fait des Treues & Entrecours de Marchandise d'entre nôtre dit Seigneur & Cousin le Roy d'Angleterre son Royaulme & autres ses Paiis, Seignouries, & Subgetz, & Nous noz Paiis, Seignouries, & Subgetz,
Icellui Roy d'Angleterre ait n'agaires Ordonne, Depute, & Envoye en nôtre Ville de Brouxelles, Reverend Pere en Dieu nôtre Treschier & Amie Cousin l'Evesque de Salisbery, Messire Jehan Scot Chivaler Contrerouleur de son Hostel, Maistre Guillaume Hartecliff son Secretaire, & autres ses Conseilliers & Ambasseurs Notables, avec Lettres de Pouoir souffisant, pour avec Nous Entendre & mettre Conclusion es Matieres dessusdites,
Et il soit ainsi que, a cause de l'Armee par Nous presentement Mise sus a l'encontre des Liegois noz Ennemis, & autres noz grans & pesans Affaires, ne puissons bonnement vaquer en nôtre Personne en l'Expedition & Conclusion d'icelles Matieres avec les dessusdites Ambaxeurs d'Angleterre, comme Nous l'eussions bien voulu & desirer s'il Nous eust este possible,
Savoir faisons que Nous,
Ayans, comme Raison est, tout parfaicte & entiere confidence en nôtre Treschiere Dame & Mere, comme en icelle en qui geist le greigneur soing Regard en entente de nòtre Personne & de tous noz Affaires, & pour le que a Personne nulle a Nous si feable quelle ne pourrions donner Charge de telles & si grandes Matieres que celles dont dessus est touchie, pour y Besoignier a nôtre Honneur au Bien de Nous Sceurte & Repos de noz dites Paiis & Subgetz,
Avons Donne & Donnons par ceste plain Pouoir & Auctorite a nôtre dit Dame & Mere de Communiquier, Pourparler, Besoignier, Yraictier, Appoinctier, & finablement Conclurer, pour & ou Nom de Nous, avec les dites Ambaxeurs d'Angleterre, de & sur les Matieres dessus touchies, tant au Regard du Traictie de nôtre Mariage, comme sur le Fait des dites Treues & Entrecours de Marchandise, & en tout fere comme Nous meismes ferions & faire pourrions en nôtre Personne se presens y estions,
Promettans, de bonne Foy & en Parole de Prince, avoir Aggreable & tenir Ferme & Estable a tousjours tout ce que par Elle sera Fait, Besoignie, Traictie, Appoinctie, & Conclu, ou Nom de Nous, avec iceulx Ambaxeurs d'Angleterre comme dit est, sans jamais fere ou aler au contraire en quelque maniere que ce soit,
Et, se mestier est, en baillier noz Lettres Patentes de Ratiffication en tel fourme qu'il appartiennent.
En Tesmoing de ce Nous avons fait mettre nôtre Seel a ces presentes.
Donne en nôtre Ville de Thillemont, le xxiv Jour d'Octobre, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Soixante & Sept.
Ainsi Signe,
Par Monseigneur le Duc.
Gros.
Savoir faisons què,
Veues les dites Lettres de nôtre dit Dame & Mere dessus transcriptes, & sur icelles & tout leur continue eu meur Advis & Deliberation de Conseil,
Nos, de nôtre certain Science & plaine Puissance, pour Nous, noz dits Hoirs, Successeurs, Duchies, Pais, & Seignouries dessusdites, avons Loue, Gree, Ratifie, Conferme, & Approuve, & par la Teneur de ces presentes Louons, Greons, Ratifions, Confermons, & Approuvons les dites Entrecours & Communication de Marchandise & Pescherie de Mer, & tout le Contenu es dites Lettres de nôtre dit Dame & Mere, & es Articles & Chapitres dedens icelles inserez,
Et d'Abondant, & en tant que besoing est, avons Fait, Passe, Accorde, & Conclu, Faisons, Passons, Accordons, & Concluons, par ces dites presentes, pour Nous, nos dites Hoirs, Duchies, Paiis, & Seignouries, avec le dit Roy d'Angleterre nôtre Cousin, pour Lui, ses dites Hoirs, Royaulme, Paiis, & Seignouries, les dites Entrecours & Communication de Merchandise & Pescherie de la Mer, ainsi & par la forme & maniere que les dites Articles & Lettres de nôtre dit Dame & Mere dessus transcriptes & incorporees le contiennent,
Sy Donnons en Mandement a tous noz Bailliz Seneschaulx Escontetes & autres Officiers & Justiciers quelxconques que les dites Entrecours & Communicacion de Marchandise & Pescherie de la Mer, & tout le Contenu es dites Lettres, & en ces noz presentes, ilz Publient & facent Publier par tous nos dites Duchies, Paiis, & Seignouries, en tous les Lieux ou mestre sera, & iceulx Gardent, Entretiennent, & Accomplissent, & facent Garder, Entretenir, & Accomplier par tous nos dites Paiis & Seignouries, & par nos dites Hommes, Vassaulx, & Subgetz, & autres qu'il appartiendra, sans fere ne souffrir estre fait aucune Chose au contraire; Car ainsi Nous plaist il & le voulons estre fait.
En Tesmoing de ce Nous avons fait mettre nôtre Seel a ces Presentes.
Donne en nôtre Ville de Brouxelles, le xx Jour de Feurier, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Soixante & Sept.
Par Monseigneur le Duc.
Gros.
Sub Sigillo Magno suo cerae rubrae pendente a cauda Pergamenae.
Feb. 20. Charles duke of Burgundy will send ambassadors to the diet to be held at Bruges on March 20. Brussels.
O. x. 613. H. v. p. ii. 158.
De Die, Regi per Ducem Burgundiae, ad Tractandum super Dissidiis circa Intercursum praedictum, intimato.
An. 7. E. 4. Ex Autogr.
Charles, par la Grace de Dieu, Duc de Bourgoingne, de Lothrein, de Brabant, de Lembourg, & de Luxembourg, Conte de Flandres, d'Artois, de Bourgoingne, Palatin de Hannau, de Hollande, de Zellande, & de Namur, Marquis de Saint Empire, Seigneur de Frise, de Salins, & de Malines, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme nostre Treschiere Dame & Mere, pour & ou Nom de Nous, en Traictant & Accordant avec Reverend Pere en Dieu, nostre Treschier & ame Cousin, l'Evesque de Salisbery, Jehan Scotz Chevalier Contreroleur, Guillaume Hattecliffe Secretaire, Henry Scarp, & Jehan Russelles, Docteurs en Loix, Conseilliers, Procureurs, & Ambassadeurs de Treshault & Trespuissant Prince Treshonnoure Seigneur & Cousin Edwar Roy d'Angleterre, aians sur ce Povoir & Commission par ces Lettres Patentes, pour & ou Nom de Luy, ses Hoirs & Successours, certains Articles de & sur les Entrecours & Communication de Marchandise, & Pescherie de la Mer, entre le Royaulme d'Angleterre, Seignourie d'Irlande, Ville & Marche de Calays, & autres Paiis du dit Roy nostre Cousin d'une Part, & noz Duchie de Brabant, Conte de Flandres, Seignourie de Malines, & tous noz autres Paiis & Seignouries d'autre Part, iceulx Articles declairez, inserez, & incorporez au long es Lettres Patentes de nostre ditte Dame & Mere, par Nous Ratifiez & Confermez, ait expressement Traictie & Accorde,
Pour ce que de pieca certains Differens sont este meus & suscitez de & sur les dit Entrecours & Communication, pour raison & a cause de plusieurs Nouvelletez pretenduez d'une Part & d'autre, tant a cause d'aucunes Exactions, Contrainctes, & Ordonnances mises sus en la Staple de Calays sur le fait des Laines au Prejudice de noz Subgetz; & des Deffendences faittez en noz dites Paiis, de non y Amener, Vendre, ne Distribuer les Draps d'Angleterre; & aussi certaines Ordonnances faittes ou dit Royaume d'Angleterre, & en noz dites Paiis, par feu nostre treschier Seigneur & Pere, qui Dieu Absoille, au Prejudice des Subgets d'une Part, & d'autre, comme l'on dit,
Les quelz Differens & Nouvelletez il soit Besoing, & aussi nostre ditte Dame & Mere, & les Ambassadeurs aient entendu estre Apoincties & Accordez soubs aucunes Moderations & Qualitez qui seront advisez entre icelluy Roy nostre Cousin & Nous, non obstant que par les Lettres du dit Entrecours & les passees & accordees soit dit generalment que le dit Entrecours aura lieu pour toutes Denrees & Marchandises, Excepte celles qui sont par expres Resservees par les dites Lettres,
Que, non obstant le dit Entrecours, pour Communiquier, Appoinctier, & Conclurre de & sur les dites Differens & Nouvelletez, & leurs deppendences, & sur les Provisions, Qualites, Moderations, & Modifications a ce partinens, seroit tenue une Journee en tel Lieu & en dedens tel Jour que par le Roy nostre dit Cousin & Nous seroient accordez & advisez, & sur quoy Nous signiffierons & ferions savoir nostre Vouloir & Plaisir l'un a l'autre en dedens le xv jour de Janver lors advenir, & n'agaires passe,
A la quelle Journee le dit Roy de sa Part, & Nous de nostre Part, envoyerions noz Ambassadeurs avec Commission & Povoir souffisant pour Communiquier, Appoinctier, Accorder, & Conclure, de & sur tous les dites Differens & Nouvelletez suscitez & procedans a cause des dites Exactions, Contrainctes, Deffences, & Ordonnances dessus dites soubz telles Provisions, Qualitez, & Moderations, qui seront lors advisees & accordees par les dites Ambassadeurs d'une Part & d'autre, pour parvenir a l'Appaisement des dites Differens & Nouvellettez, & bon Entretenement des dite Entrecours & Communication, & en oultre que, pour en ce plus legirement Besoigner les Choses Pourparlees entre les diz Ambassadeurs du dit Roy & noz Genz, de & sur les Choses dessusdittes feroient mises & redigees par Escript & Raportees, d'un Part & d'autre, a le dite Journee, comme ces Choses sont a plain contenues & declairees es Lettres de nostre ditte Dame & Mere sur ce, pour & ou Nom de Nous baillees aus dites Ambassadeurs, en Date du xxiv jour de Novembre, l'An Mil, Quatrecens, Soixante & Sept, les quelles nous voulons estre tenues pour Repetees en ces dites Presentes,
Savoir faisons que, Veues les dites Lettre de nostre ditte Dame & Mere, & sur icelles & tout leur contenu eu meur advis & deliberation de Conseil, Nous de nostre certaine Science & plaine Puissance, pour Nous, noz Hoirs, & Successours, avons Louhe, Gree, Ratiffie, Conferme, & Aprouve, & par la Teneur de ces dites Presentes Louhons, Ratiffions, Confermons, & Aprouvons les Choses dessusdittes, & tout le Contenu es dittes Lettres de nostre ditte Dame & Mere de & sur ce faittes comme dit est, ainsi & par la forme & maniere que icelles Lettres le contiennent,
Et de nostre Part Signiffions & Faisons savoir au dit Roy nostre Cousin, nostre Vouloir & Intention, touchans les Lieu & Jour de la ditte Journee, dont dessus est faite mencion, que icelle Journee soit en nostre Ville de Bruges, le xx jour du Moys de Mars prouchenaiment venant,
A la quele Journee Nous envoyerons noz Ambassadeurs avec Commission & Povoir souffisant de Nous pour Communiquier, Appoinctier, Accorder, & Conclure avec les Ambassadeurs, qui seront envoyez par le dit Roy nostre Cousin, a icelle Journee, de & sur tous les dites Differens & Nouvelletez suscitez & procedans a cause de Exactions, Contrainctes, Deffences, & Ordonnances dessusdites, & soubz telles Provisions, Qualitez, & Moderations que seront lors advisees & accordees par les diz Ambassadeurs d'une Part & d'autre, pour parvenir a l'Appaisement des dits differens & bon Entretenement des dites Entrecours & Communication, pourveu aussi que le dit Roy nostre Cousin le face pareillement de sa Part, & du Jour & Lieu dessusdites il soit pareillement content.
En Tesmoing de ce Nous avons fait mettre nostre Seel a ces Presentes.
Donne en nostre Ville de Brouxelles, le xx Jour de Fevrier, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Soixante & Sept.
Par Monsieur le Duc.
J. Gros.
Sub Magno Sigillo praefati Ducis, de cerâ rubrâ, pendente a Caudâ Pergamenae.
Feb. 24. The duke of Burgundy promises to assist the K. against all enemies. Brussels.
O. xi. 615. H. v. p. ii. 158.
De Mutuis Auxiliis praestandis.
An. 7. E. 4. Ex Autogr.
Karolus Dei gratiâ, Dux Burgundiae, Lotharingiae, Brabantiae, Limburgi, & Luxembourgiae, Comes Flandriae, Arthesii, Burgundiae, Palatinus Hanoviae, Hollandiae, Zellandiae, & Namuroi, Sacrique Imperii Marchio, Dominus Frisiae, Salinarum, & Mechliniae, universis, praesentes Litteras inspecturis, notum facimus quòd,
Cùm inter Reverendum Patrem Consanguineum nostrum carissimum Dominum Ricardum Episcopum Salisberiensem & alios Oratores seu Ambassiatores Illustrissimi & Potentissimi Principis, Consanguinei nostri, Honoratissimi Domini Edwardi, Dei gratiâ, Regis Angliae, & Domini Yberniae, & nonnullos Consiliarios nostros, ad ea ex parte nostrâ deputatos, Matrimonii Contemplatione, inter Nos & Illustrissimam Dominam Margaritam praefati Regis Consanguinei nostri Sororem Contrahendi, inter caetera, prolocutum fuisset de Mutuis Auxiliis ad Deffensionem & Tuitionem Patriarum & Dominiorum praestandis, & Litteris auctenticis inde conficiendis,
Hinc est quòd, volentes ut Prolocuta praedicta Effectum habeant, Policemur & Promittimus per Nos, Haeredes, & Successores nostros, Regnum Angliae, ac Terras, & Dominia Regi & Successoribus suis competentia, & competitura in futurum, ac Subditos in ipsis Regno, Terris, ac Dominiis commorantes, pro Posse perpetuo Tueri & Deffendere, contra & adversus omnes & singulos Adversarios, & qui in ipsis Regno, ac Terris, & Dominiis supradictis, Vim, Violentiam seu Gravamen inferre voluerint,
Promittentes, bona Fide & in Verbo Principis, pro Nobis & Successoribus nostris, praedicta omnia & singula Observare, & nullo modo Contravenire, directè vel indirectè, quovis quaesito Colore,
In cujus Rei Testimonium has Praesentes Litteras Sigillo nostro jussimus corroborandas.
Datum & Actum in Opido Brucellensi, Die Vicesimâ quartâ Mensis Februarii, Anno Domini Millesimo, Quadringentesimo, Sexagesimo septimo.
Per Dominum Ducem.
J. Gros.
Sub Magno Sigillo praefati Ducis de cera rubra, pendente a Cauda Pergamenae.
March 23. The K. promises protection to Francis duke of Brittany. Westm.
O. xi. 615. H. v. p. ii. 158.
Litera Alligantiae cum Duce Britanniae.
An. 8. E. 4. Franc. 8. E. 4. m. 30.
Edward, par la Grace de Dieu, Roy d'Angleterre & de France, & Seignur d'Irland, a toutz ceulx, qui cestez presentez verront, Salut.
Savoir faisons que Nous avons Prins & Fait, & par la Tenour de cez Presentz Prenons & Faisons, Alliance & Intelligence aveques Hault & Puissant Prince & nostre Treschier & Tresame Cousin Francois Duc de Bretaign,
Par le quelz Nous avons Promys & Promettons de bone Foy au dit Francois Duc de Bretaigne de Lui estre, de ceo Jour en avant, bone & loiall Amie, a Garder son Astate & Parsonne contre toutz, & non Aidre a aucunes de cez Ennemies contre lui come dit est,
Les quelx Aliance & Intelligence Nous avons Promis & Promettons, par cez Presentez, au dessusdit Francois Duc de Bretaign, loialment & de Paroil de Roy, pour Nous, noz Heirez, & Successours Entretenir a Luy & a cez Successours Ducs de Bretaign perpetualment & a toutz Jours, sans Jammas faire ou aler au contraire par Nous & nous dites Successours, pour quelque cause ne en quelque manere qui ceo soit.
En Tesmoigne de ceo Nous avons signe ces Presentes de nostre Main, & icels fait seler de nostre Seel.
Don. en Westm. xxiii. Jour de March.
Per ipsum Regem, & de Dat. &c.
May 20. Prorogation of the diet at Bruges until June 28. Westm.
O. xi. 616. H. v. p. ii. 159.
Super Intercursu Burgundiae.
An. 8. E. 4. Franc. 8. E. 4. m. 31.
Edward, par la Grace de Dieu, Roy d'Angleterre & de France, & Seigneur d'Irland, a tous ceulx, qui ces presentes Lettres verront, Salut.
Comme,
En Besoignant a la Derniere JOURNE, tenue en la Ville de Bruxelx, entre Reverend Pere en Dieu Richard Evesque de Salisbury nostre Cousin, Jehan Scotte Chevalier Contreroleur, Guillaume Hatteclife Secretaire, & Henry Scarpe Docteur en Lois, Conseilliers, Procureurs, & Ambaxeurs, ayans sur ce Pouoir & Commission de Nous par noz Lettres Patens, pour & en Nom de Nous noz Hoirs & Successeurs, & nostre Treschier & Tresame Cousine Ysabel Fille de Roy de Portugall Duchesse de Bourgoyne &c. pour & en Nom de nostre Treschier & Tresame Cousine Charles Duc de Burgoin, de Lothrem, de Brabant, de Lembourg & de Luxembourg, Conte de Flandres, d'Artois, de Burgoyne, Palatin de Haynnau, de Hollande, de Zealand, & de Namur, Marquis du Saint Empire, Seigneur de Frise, de Salins, & de Malines, sons Fils ayant sur ce Pouoir & Commission souffisant de ly, sur le fait de l'Entrecours & Communicacion de la Marchandise & Pescherie de la Mer, d'entre noz Royalme d'Angleterre Seigneure d'Irlande Ville & Marche de Calais, & lez Paiis de Brabant, Flandres, & Malines & autres Paiis de nostre dit Cousin,
Entre autres Choses, ait este expressement Traitie Conclue & Accorde que certaine JOURNEE se tiendroit ou tel Lieu & en dedens tel Jour, que par Nous & nostre dit Cousin sarroient Accordes & Advises, & sur quoy Nous signifirons savoir nostre Voloir & Plaisir l'ung a l'autre en dedens le Quinziesme Jour de Januer lors avenir & derrein passe,
A la quel JOURNEE Nous de nostre Part deuions envoyer noz Gens & Ambasseurs, & nostre dit Cousin les Siens de sa Part, pour Besoigner & Conclure sur certaines Questions & Differens, qui dispieca ont este meus & suscites de & sur les dites Entrecours & Communication de Marchandise, pour raison & a cause de plousours Nouvelletez, pretendues d'une Part & d'autre, tant a cause d'aucuns Exactiones, Contrauntes, & Ordounances mises sus en le Staple de Calais sur le Fait des Laines ou prejudice de nostre dit Cousin & de ses Subgetz, & des Deffencez faictes en ses dites Paiis de non y Amener Vendre ne Distriebuer lez Draps d'Angleterre, & aussi de certains Ordonnances, faictes en nostre dit Royme d'Angleterre, & es Paiis de nostre dit Cousin par feu nostre Treschier & Tresame Cousin Phelip Duc de Burgoyne &c. son Pere, que Dieu absoille, ou Prejudice dez Subgetz d'une Part & d'autre comme l'on dit,
Les quelles Deffenses & Nouvelletes il Besoing & aussi nos dites Ambaxeurs & nostre dit Cousine aient entendu estre Appounties & Accordees soubz aucuns Moderations, Qualites & Modifications, qui seroient avisees par les dites Ambaxeurs d'une Part & d'autre, pour parvenir a l'Apaisement des dites Differens & Nouvelletes & bon Entretenement des dites Entrecours & Communicacions, non obstant que par les Lettres du dit Entrecours, deslors passees & accordees, soit dit generalment que le dit Entrecours aura lieu pour toutes Denrees & Marchandisez, excepte celles qui sont par expres Reservees par les dites Lettres,
Et, en oultre, que pour en ce plus ligierment Besoigner lez Choses, desia Porparlees entre nos dites Ambaxeurs & icelle nostre Cousine la Duchesse de Burgoyne & autres Gens & Conseilliers de nostre dit Cousin de & sur les Choses dessusdites, seroient mises & redigees par Escript & Raportees d'une Parte & d'autre a la dit JOURNEE, comme ces Choses sont a plain contenues & declairees es Lettres de nos dites Ambasseurs, sur ce pour & en Nom de Nous baillees & deliurees a nostre dit Cousine, en Date du xxiv Jour de Novembre, l'An de Grace Mille, Quatrecens, Soixant Seipt, par Nous desia Louees, Grees, Ratiffiees, Approuvees, & les quelles ensemble nos dites Lettres de Ratiffication voulons estre tenues pour repetees en ces dites Presentes,
Et il soit ainsi que de nostre part ayons Signiffie & fait savoir au dit Duc nostre Cousin nostre Vouloir & Intention, touchant les Lieu & Jour de la dit JOURNEE dont dessus est faicte mention (assavoir) que icelle JOURNEE fust tenue en la Ville de Bruges le xx Jour du Moys de Mars derrain passee,
A la quelle Journee Nous deurions envoyer noz Ambaxeurs, avec Povoir & Commission souffisaunt de Nous, pour Communiquer, Appointier, Accorder, & Conclure, avec lez Gens & Ambaxeurs qui seroient envoyes depar le dit Duc nostre Cousyn a icelle JOURNEE, de & sur tous les Differences & Nouvelletes suscitez & procedens a Cause des Exactions Contrauntes, Deffences, & Ordonnances dessusdite, & soubz telles Provisions Qualitees & Moderacions, qui seroient lors avisees & accordees par les dites Ambaxeurs d'une Parte & d'autre pour parvenir a l'Apaisement des dites Differens & bon Entretenement des dites Entrecours & Communication,
Dont le dit Duc nostre Cousin pareillement fust contant & bailla de sa Parte ses Lettres de Ratiffication & Approbation,
Mais, pour aucunes raisonables Causes, Nous n'avrons peu envoyer nos dites Ambaxeurs a icelle JOURNEE,
Et a ceste Cause avons requis nostre dit Cousyn que icelle JOURNEE feust Continuee & Proroguee jusques au Dixeime Jour de May deriner passe, ce que par Luy Nous fust Accordee,
Et, pour ce que, obstant certaines autres grans Affairs, survenus a Nous & a nostre dit Cousin, n'ayons encores voyer a la dit JOURNEE du x de May, pour Besoingner sur les Matieres dessusdites, derechiesz avons prie & requis nostre dit Cousin que entreres la dit Journee fust Proroguee & Continue jusques a xxviij Jour de Jung prouchain venant, ce que liberalment, pour Nous complaire, a Accordee,
Savoir faisons que Nous, ces Choses confiderees, & le bon Vouloir que nostre dit Cousin le Duc de Burgoyne Nous a demonstre en ceste Partie, la dit Journee, qui come dit est se devoit en la dit Ville de Bruges au dit xx Jour de Mars, & apres le dit x Jour de ce dit present Mois de May, avons, de nostre Part & en tant que en Nous est, Continue & Proroguee, Continuons & Prorogons, par cez Presentez, jusques au xxviij Jour de Jung prouchain venant,
A la quel JOURNEE Nous envoyerons noz Gens & Ambaxadeurs, souffisament fondes de nostre Povoir, pour a lors Besoignier & Conclure sur les dites Materes & les Dependences d'icelles par les Gens & Ambaxadeurs d'une Parte & d'autre, selon la Contenue de nos dites Lettres, & autres dont dessus est faict mention, & tout ainsi & par la Forme & Maniere que ler eust fait & peu fair les dit xx Jour de Mars, & x Jour de May, comme dit est.
En Tesmoign. de ce Nous avons fait mettre nostre Seel Roial a cez Presentez.
Don. a Westm. xx Jonr de May, l'An de Grace Mille, Quatrecentz, Seixant, Oept, & de nostre Reign l'An Oept.
Per ipsum Regem, & de Data &c.
May 22. Grant to John Burell of the custody of the temporalities of the see of Carlisle, void by the death of Richard Scrop, late bp. Westm.
O. xi. 617. H. v. p. ii. 159.
De Custodia Temporalium Episcopatus Karliolensis.
An. 8. E. 4. Pat. 8. E. 4. p. 1. m. 23.
Rex Omnibus, ad quos &c. Salutem.
Sciatis quòd, per Manucaptionem Thomae Baxster de Londonia Gentylman, & Johannis Myndrym de eadem Gentilman, Commisimus Johanni Burell Gentilman Custodiam omnium Temporalium Episcopatûs Karliolensis, in Manibus nostris per Mortem Ricardi Scrop ultimi Episcopi Loci praedicti existentium,
Habendam Custodiam praedictam praefato Johanni Burell, a tempore Mortis praefati Episcopi, unà cum Advocationibus Ecclesiarum eidem Episcopatui pertinentibus, quamdiu Temporalia praedicta in Manibus nostris contigerint remanere,
Reddendo inde Nobis Extentam inde factam vel faciendam, vel prout inter Thesaurarium nostrum Angliae & praefatum Johannem Burell, citra Octabas Sancti Michaelis Archangeli proximò futuras, inde poterit concordari, ac Sustentando Domos Clausuras & alia Aedificia, necnon Supportando omnia alia Onera eidem Episcopatui pertinentia, durante Termino praedicto.
In cujus &c.
Teste Rege apud Westmonasterium, Vicesimo secundo die Maii.
Per ipsum Regem, & de Data praedicta, Auctoritate Parliamenti.