Cecil Papers: December 1580

Calendar of the Cecil Papers in Hatfield House: Volume 2, 1572-1582. Originally published by Her Majesty's Stationery Office, London, 1888.

This free content was digitised by double rekeying. All rights reserved.

'Cecil Papers: December 1580', in Calendar of the Cecil Papers in Hatfield House: Volume 2, 1572-1582, (London, 1888) pp. 354-373. British History Online https://www.british-history.ac.uk/cal-cecil-papers/vol2/pp354-373 [accessed 22 April 2024]

December 1580

907. [“Moine”] to Du Bex.
1580, Dec. 5. “Vous ne vous pouvez excuser de ce que ne m'avez pas escript une petite mot. Cella me mect en peinne. Je vous prye, si n'avez quères (sic) d'empeschement, de vouloir despescher ung de mes laquaix vers Ms de Cussy et Rintevile. Je désireroys que feussent à Paris le xviij de ce moys, ou j'espère estre, ou bien près, si tant est qu'il me veulent honnorer de leur présence. J'escrips à Madame de Marchaumont; je n'y veulx aller provisément, ores que j'y aille de la part d'ung grant prince, mais y mener l'escolle de vertu et de mon train leste et gaillart dès l'heure que je seray à Paris. Nous ferons partir le train si j'y dois ung petit sejourner. Je meneray tout ce que je y verray de mérite; si non, nous y adviserons. Je vous prye de me mander de toutes novelles. Je m'ennuye icy fort, et auroys autant de plaisir aveq Marc Anthoinne. Pour l'amour de vostre amy, soies jolly. Ce v jour de Décembre 1580. Nous avons aujourdhuy publyé la paix aveq toute resjouisennce du monde.
Signed with monogram.
1 p.
908. The Duke of Anjou to the Queen.
[1580 ?], Dec. 14. Having understood by her letters, by reading the signed Articles, by the report of Simier, and by her charges to M. de Stafford, the resolution formed by her with regard to the negotiation which has now been going on for ten months has received therefrom the greatest satisfaction and contentment. Entreats her to bring to perfection as soon as possible an affair so well begun. Thanks her for her demonstration of displeasure at certain libels and calumnious books which have been published in disfavour of the contemplated marriage. Inasmuch as they have been unable to impute anything to him which is not easily dissipated by the light of truth would have much liked if it had not been otherwise ordered by her Majesty's laws and Council to have had the offenders pardoned so far as he is concerned.
Thanks her very humbly, as the whole of France would do if it were endued with the power of expressing itself, for her good offices towards the King, his brother, and the whole of this kingdom, which he has understood at great length from Simier, and which are such as deserve that they should render most humble service to her Majesty for the whole of their lives. Entreats her to exert her great authority to turn aside those who under the colour of religion and discontent push their individual ambition, endeavouring to stir up troubles in the kingdom, and to make themselves great therein in order hereafter to render themselves formidable to the neighbouring princes against whom they would fain execute the evil designs which they have long meditated.—Alençon, 14 December.
French. 3 pp.
909. The Duke of Anjou to the Queen.
[1580 ?], Dec. 17 Thanks her a thousand times for all her good offices towards him of which he hears new instances from “nostre singe” almost every hour of the day and during great part of the night. Hears from Simier that there are several individuals in her Majesty's Court from whom on account of their disaffection to him she has withdrawn her favour. Begs that none of her subjects may be ill-used on his account, for he would rather die than that any of them should incur the least disgrace in the world by reason of him. Points out to her that, being her Majesty's servants, they ought to be free to speak to her according to their consciences, and that although they may have spoken against him not only will time bring to light the truth, but he is assured that what they have done was purely from affection to her Majesty's service.— Alençon, 17 December.
French. 3 pp.
910. Horatio Palavicino and Baptista Spinola.
1580, Dec. 22. Warrant to compound with Horatio Palavicino and Baptista Spinola for the interest on debt due to them.
Signed by the Queen.
Seal. 1 p.
911. Memorandum to Sir Henry Cobham.
1580, Dec. 24. “Sir, The cause of this dispatch grew chiefly upon a request of Mr. Vice-Chamberlain's on the behalf of this bearer (who attendeth on his kinsman there) to have the carriage of a packet at his repair thither. And yet I thought good to let you understand that Her Majesty, having diligently perused your last letters touching the conference between the Commissioners and you, doth very well allow of your wary manner of dealing with them, notwithstanding hath deferred her final resolution thereon, until the King's ambassador here (according as you writ he was directed by that King) have made her acquaintance, with that that passed between you, and that she shall have had some conference with Mr. Stafford touching Monsieur's disposition that way. In the meantime I find her disposed to win France in this action, in respect as well of the late enterprise in Ireland, as of other intelligences she hath received of the King of Spain's ill-meaning towards her; but in what sort she will deal, I cannot certainly affirm. The Low Countries, before the conclusion of the peace, were almost desperate, and the malcontents had given out sundry reports of the inward intelligence between Spain and France, and that there was no likelihood of any peace to ensue between the French King and his subjects. But the same falling out contrary to their expectation, you may easily guess what encouragement will grow to the States thereby. [The last two sentences are struck out, and the following put in their place :—“The States of the Low Countries have received no small encouragement by the late peace in France, who before, through the report given out by the malcontents, were driven almost to despair of any relief from thence.”] And in mine opinion, if this action of Monsieur be thoroughly followed, Spain is not like to have any long footing there. I have dealt with her Majesty to have Monsieur sent unto you, but cannot yet procure her consent thereto, notwithstanding I will do my best endeavour to draw her to like thereof, as well in respect of the good assistance he may give you by his presence, as also of the great charges the poor gent sustaineth where he is.
Of late we have heard nothing out of Ireland. How things pass in Scotland you shall perceive by the inclosed occurrents. And so, &c.”
Endorsed :—“24 December 1580. M. to Sir H. Cobham.”
Draft. 2 pp.
912. The Duke of Anjou to the Queen.
[1580 ?], Dec. 26. Complains of the length of time he has been without news of her Majesty. When Simier was there he used to hear from him every few hours, and now misses it greatly. Wishes Simier was with her once more in order that he might hear more frequently. Has sent him to the king and the queen his mother to inform them how affairs have progressed. Assures her that as a consequence of her good opinion of Simier he will continue to regard him with affection all his life.—Alençon, 26 December.
French. 1 p.
913. Debts of the Queen.
1580. “The sommes due by Her Majestie unto Baptista Spinola and Horatio Pallavicino.”
The amount due to Spinola is 12,121l. 4s. 0d., and that to Pallavicino, 16,636l. 7s. 3d. Notes of interest due, &c., are given.
1 p.
914. Regimental Orders.
[1580.] “Orders set down and confirmed by General Norris to be held and kept in his regiments.
pp.
915. The Archduke [Charles].
[1580.] List of officers in the army of the Archduke.
3 pp.
916. Heresies of Henry N[icholas].
[1580]. H. N. affirmeth that the dead which are fallen asleep in the Lord do rise up in this day of His judgment, and shall from henceforth live everlastingly and reign upon the earth; also that more than one person in number have had their descent out of the Virgin Mary, and be the seed of the promise of God the Father; also that Jesus Christ is come again unto us according to his promise to the end that they all which love God and His righteousness might presently enter into the true rest, which God hath prepared from the beginning for His Elect, and inherit the everlasting life. Therefore H. N. is a detestable heretic.— Undated.
Endorsed :—“The haeresies of Henry N.”
1 p.
917. Christopher Rohety to Lord Burghley.
[1580.] Being deeply in debt and in danger of being cast into prison, asks Burghley to remember his promise to help him, and to obtain from the Queen one of several things which he names, viz., a grant of Her Majesty's share of certain concealed lands granted in part to Robert Bowes, some fee farm or lease in reversion, the controllership of alehouses, registrarskip of aliens, “the preferment of some that be fled for religion or that may be touched with the first conspiracy, or aided the Earl of Westmoreland, &c.— Undated.
1 p.
918. Pedigree of the Prince of Wallachia.
[1580.] Showing the descent of Demetrius, Prince of Wallachia, from Raoul, who lived in the time of the Emperor Bajazet (A.D. 1510), and who was five times conqueror in the wars against Selim and Sultan Solyman, but in the sixth war was defeated and taken captive to Constantinople, &c., &c.
Latin. In Burghley's hand. 1 p.
919. Simier to the Queen.
[1580.] “Madame, ancores que monsieur d'Estafort soit très suffisent pour vous raporter à la vérité tout ce qui c'est passé despuis son aryvée en se royaume, tant à la court de v[ost]re grenolie que à celle du Roy, si ne veus je falir pour m'aquyter de mon devoyr et du très humble servisse que je vous ay voué à vous rementenoir v[ost]re singe, qui par imagination à toutes heures vous bayse mile fois les belles mains, ayent sans cesse la pansée tournée sur les rares perfections de v[ost]re ma, qu'il amire par dessus toutes les divinités du monde, conme ung chief d'euvre en nature, qui n'a ryen de sanblable, plus que james je vous adore et les vertus qui vous aconpagnent, dont v[ost]re renonmée est anrechie [enrichie] avec tant de louanges, qui vous sont données, que vos henemis mesmes vous confesent la gloyre du monde, la première et plus hereuse prinsesse de la terre, d'estre haymée, servie, et adorée d'ung prinse qui n'a bien repos ny consollation que pour s'estimer tout v[ost]re, et, à la vérité, vous aves tout de puissance sur luy, que vous n'en saries avoyr davantage sur vous maymes. Car il ne peut panser ny james parler d'aultre chose que de v[ost]re amirable beauté et bonne grasse, de laquelle il c'est randu esclave, voulnnt vivre et mourir pour vous, qui estes sa mestresse et la royne de son ceur. Il s'asure qu'en peu de jours il resevra de vos nouvelles et conmandement d'avanser les conmisères, qui seront telz que je m'asure que v[ost]re ma les resevra pour agréables. La grenoule a délybéré sepandent que les dis conmisères s'apresteron de vous envoyer le singe, qui se réjouit infiniment de se voyage, et luy sanble que les jours luy sont années, tant il désire seste bonne fortune, que de se présenter ancores ung coup à vos piés. Je vous suplye, en toute humilité, que l'absance de v[ost]re pauvre singe ne luy aporte point aucun préjudisse en vos bonnes grasses, et que la force de ses henemis, ny l'artifice des snuieux, n'ayent point le pouvoir de le reculer du très humble servisse qu'il vous a promis et juré avec tant de fidélité. J'ay resu à v[ost]re occasion, et en vertu des lectres qu'il vous a pleu escripre à mon mestre en ma faveur, autant de bonnes chères qu'il s'ent [s'en] peut désirer, dont je vous remersie très humblement, et vous suplye me continuer ses bons offices en v[ost]re androit, afin que la distance du tanps ny l'élogniement des lyeus ne me randent si misérable d'estre bany de vos coumandemantz. Car je vous jure que je les tiendre mile fois plus chers que ma vye. Je suis grandement mary que je n'aye icy le chiffre que saves. Je a prins [j'apprends] mile nouvelles que aucuns de vos cartiers ont mandées en ce royaume au préjudice de vostre réputation et de v[ost]re loche. Je partire dans cinq jours pour m'en retourner en Allanson, où sont demeurés tous mes papiers, don je ne faudre, incontinent mon aryvée, à vous despecher homme exprès, par lequel je vous escripre en chiffre ce que je ne puis vous fere antandre autrement. Vous jugeres qu'il y a de la perfidie et une malise extrême contre moy. Dyeu me fera ung jour la grasse d'en discourir avec vous. Je vosdrois avoir donné dis ans de ma vye, et vous advoir une deus heures pour me plaindre à vous d'aucuns des vostres, qui m'ont procurés ysy des choses que, quan vous en seres advertye, je m'asure que vous les jugeres bien estranges et qui vienent d'ung ceur malin et pervers. Je ne vous en puis dire davantage pour l'eure. Il court ysy ung petit bruict que v[ost]re ma est du tout refroydie des noces, et que vous ne voules plus ouyr parier du maryage de France. v[ost]re grenoule ne le saict pas, et de moy, je n'ay gardé de luy dyre. L'on me l'a escrit et assuré. J'en serois ausy mary que vous le pouves croyre, autant pour v[ost]re interetz que pour seluy de mon mestre. Je vous suplye premier que vous y résoudre d'y bien panser, et à toutes les sircostances. Je ne sarois estimer vos serviteurs, seus qui le vous persuadent, vous suplien très humblement de trouver bon gré v[ost]re singe vous dye, que si v[ost]re ma pert l'occasion de se maryage, que vous y ares regret toute v[ost]re vye, et plus de perte que l'on ne peut pour le présent dire. Je vous assure, sur la foy que je vous dois, qu'il n'y a pas faute ysi de personnes qui ont bonne vollonté pour l'anpecher, mes leurs moyens sont petis. Voyent v[ost]re grenoulye costante et très affectionné, ilz n'osent mot dyre. Le roy et la royne sa mère m'on faict paroistre qu'il désirent infiniment l'execusion du maryage, mes à la vérité ilz ont trouvé ung peu estrange le dilayement que vous faictes, et de là plusieurs en ont prins mauvesse opignon. Pour Dyeu, Madame, fectes les mantir, et vous hoblygeres mon mestre et toute la Crétienté, qui prieron le Créateur vous conserver la perfecte beauté en santé très hereuse et longue vye. Je prandre l'ardyesse de vous baiser l'onbre de vos pyés. J'ay resu la lectre qu'il vous a pleu m'escripre par Mondonnille, qui m'a donné plus de joye que s'il m'eust aporté ung royaume, de panser que v[ost]re ma pregne la paine se souvenir de v[ost]re singe. Pour Dyeu, mandes à son mestre qui le vous envoye, et vous le randres de plus en plus v[ost]re très hoblygé, très hobéisant, très fidelle serviteur,—Lamenitre.”
Holograph. 4 pp.
920. [The Queen to the Duke of Anjou.]
[1580.] “Mon trescher, la trop longue arresté que j'ay fait de ce messagier me rend si honteuze qu'à grand peine j'eusse ozé demander pardon. Mais, quand entendrez l'extremité de mon doleur de teste, continuant l'espace de dix jours, fera j'espère assez d'excuse pour purgor ma faute, vous suppliant de croyre que cepandant n'ay esté uegligente de voz affaires, comme le gentilhomme vous en dira plus au large. En relizant les articles, qu'il vous plust m'envoyer, mandez par les estats des Pais Bas, il n'y a une qui plus me plaist, que une dénunciation faitte par le Roy contre le Roy d'Espaigne, comme estant la plus assurée racine et assuré fondement de vostre action en ce pais. Regardez, s'il vous plaist, qu'à entreprendre si grande action, il faut non seullement que ce soyt commencé, mais bien respecté comment on le gardera. Et pour ce, que trésor c'est le vray nerf de la guerre, et si iceluy soyt legier, il faut que les entreprises soyent de mesme. Et me souvenant du longeur de ceste guerre civile, et des occasions en sortant pour espuiser bien au fond de lenr moyens; aussi, considérant que vostre appanage, combien qu'il soyt plus grand que jamais filz de France eust, nonobstant je me doute s'il suffira à si grand despense; pour ce, je souhaitte, comme n'estant assez sage de vous conseiller en si grand affaire, que vous suppliastes le Roy de vous assurer de son ayde en abandonnant l'amitié du Roy d'Espaigne, ayant plus d'esgard à la France qu'à la Castille. Et me semble que le Roy y doyt avoyr grand regard, s'il n'ouvre trop les aureilles aux dépandants des ducats d'Espagne, ou bien à telz que, gardant à leur grandeur, ne se chaillent de luy. Je me doute que le Roy ne voyt que ceste provision qu'il a faict en n'empeschât. Sa victoyre en Portugal luy a procuré trop d'inconvénient, que je crains il s'en resentira, quand il n'en poura; mais si non, maudire tel conseil, quand l'amende se souhaittra trop tard. J'entens qu'avez mandé au Roy pour en sçavoyr sa response, laquelle j'espère qu'avez à cest' heure reçeu, laquelle quand je reçevray, je vous pourray rendre ma response plus particulière. Et ne failliray à la mander en toute haste possible, ne voulant que voz affaires reçoyvent retardement par mon moyen, vous assurant qu'en tiendray autant de respect qu'à mes propres.”
Endorsed in the Queen's hand :—“Lettars of myne to M.;” also, in another hand, “N. 24.”
Draft. 1 p.
Copy of preceding; very inaccurate.
pp.
921. Payments for the Army.
[1580.] Memoranda of calculations touching the pay of the army in the Earl of Leicester's time, the charges extraordinary for transport of the Lord Lieutenant [of Ireland] and his suite from Dec. 12 to July 12, of money paid by the merchant adventurers at Middleborough to Mr. Cholmley, &c., &c.
Burghley's holograph.
pp.
922. [“Moine” to the Duke of Anjou.]
1580. “Mecredy sur le midy, la royne m'envoia quérir pour parler à elle; me dict aussy tost, que vous avies couru fortune sur mer, et qu'esties arrivé en son Royaume sain et sauve, chose que je croyois très facillement, pour sçavoir que ne désirez rien plus en ce monde que de prandre une résolution d'elle. Elle me fist paroistre ne l'avoir pour désagréable, me disant que je vous y fesoys venir, ce que je ne luy voulus laisser passer, ains l'ayant faict par v[ost]re exprès commandement. Car de mon advis ne le donneray-je en chose de telle importance, veu que je me trouve tous les jours à recommance, et panse n'avoir rien obmis des dificultés. mesmes par le sieur de Montsabert, pour n'y faire nul asseuré fondement, bien ay-je tousjours veu que le mariage luy estoit aussy nécessaire que à vous, et ne sçay pas ou elle les yeulx (sic) de se laisser abuser tant à ceulx, qui empeschent ledit mariage pour leur passion particuliére, mesmes que je sçay que depuis deux ans les affaires de l'Angletterre se sont maintenues paisibles soubz le nom du mariage. Voillà pourquoy abuse de ce titre. Je désiroys que y vissies clair, affin d'asseurer v[ost]re fortune, et n'estre plus flottant à tant de diversités de veus. Or, Monseigneur, tout se jour là je demeuray à mon logis, voyant fermement v[ost]re venue, dont nul ne doubtoit, car il vint des marchans, qui rapportèrent comme tout seult passe. Le Joeudy je ne bouge dudit logis. Le bruict estoit que y esties enfermé, et les croyoient les commissaires, qui en feurent merveilleusement joyeulx. Le Bex vit la Royne troys foys ce jour là, qui non reportera ce qui s'y passa, et ses actions d'elle. Je l'auray doncq ce jour là, que je fis partir ledit du Bex, donné ordre que l'on eust esguart sur les ports, la royne monstrant avoir autant de soing que de chose qu'elle aime le plus. Je n'auroys jamais faict de vous dire comme elle ne peut payer l'obligation qu'elle vous a, comme il est trévéritable, car vous avez pris autant de hazart et de peinne que à conquérir une monarquie. Advienne ce qu'il pourra, vos actions ne peuvent estre blasmées. Dieu juste des conceptions des hommes vous donnera ou récompense de vos travvaux, ou juste pugnition de l'ingratitude laquelle elle dut aboherrer plus que chose de ce monde. Checun se jour se resjouyssoit. Mr le conte de Lecestre mesme me fit dire que c'estoit à ceste heure qu'il voulloit faire paroistre combien il vous estoit serviteur, pour y employer aveq sa vie celle de ses amys. Ça esté tousjours mon but, Monseigneur, en ce royaume, de plaire à la Royne et contanter unaniment tous ses serviteurs, voulant estre en ce royaume aimé et honnoré de tous. Or voies l'artifice de vos ennemys et des siens, qui veullent empescher v[ost]re fortune commune. Hier elle m'envoia quérir sur ce que l'on ne sçavoit si aurres pris la route de Calais ou Bologne, me dict qu'elle n'avoit pas dormy de vous, pour la peinne qu'elle en portoit qu'elle craignoit que cella peut altérer vos affaires de Cambray, aussy que le roy et vous esties très mal, ayant le sieur de La Meilleraye taillé de vos trouppes en pièces, de sorte qu'elle ne veoyoit pas comme pussies résister à deux grans roys, et que v[ost]re venue, ou différée, ou hastée, sur ce subject pourroit mettre le Roy en beaucoup de soupçon. Ce que je [j'ai] luy asseuré que rien de sorte que cella estoit demeuré, attendant que unississies. M'estant allé prommenné aveq elle, on se trouva Monsieur le Prince Daulphin. Voillà les stratagesmes du Roy d'Espaigne, qu'il trame d'ung mesme pied aveq quelques parcties de ce royaume, qui soubs main eussent voullu brouiller les affaires de la paix, pour rumpre et vie et entreprise d'Angletterre, et v[ost]re entreprise de Flandres. Car ils croyent la Royne estre de si bon naturel, et vous avoir tant et tant d'obligation, qu'elle ne vous pourroit refuser mesmes, ny ayant autre moyen, quant elle l'aura bien considéré, que celluy là, pour rester en paix le reste de ses jours. Ce dit jour je [j'ai] vous renvoyé Des Veux jusques à Douvre, pour prandre langue et me rapporter de vos noles [nouvelles]. Ce matin, comme j'estois à Soubsmorcet, l'ambassadeur de Mauvissière a leu une lettre que luy escrivoit Cigogne, de la façon de v[ost]re ambarquement comme retournastes, ou il vous a reconduict, et comme esties allé de retour à Evvreux, les recommandations que luy commandastes de faire au Roy en partant, chose qui m'estoit malaise à croire, ne veoyant pas ung des v[ost]res qui me randist certain, et veu que pouvez panser, combien cella importe non à vous seul, mais à toute la Chrestienté. Il passa du Mardy et Mecredy. Ayant faict entendre cecy à la Royne, par le sieur de Stafort a désiré vous escrire, et que je vous envoye, et commande à moy de vous mander le bruict qui avoit couru du Roy et de vous, et les soupçons, pour y asseoir tel jugemment (sic) que v[ost]re prudence advisera. Sur ce j'ay pansé à propos de vous renveoier Je sieur du Bex, estant à Douvre, lequel je vous supplye ne tenir, et le renveoier trés instruict de v[ost]re volunté, laquelle je suivray au pris de ma vie. Quant aux commissaires, il s'en vont incontinant, et ne les trouve que très mal satisfaicts de moy. Monseigneur, je me trouvois plus sçavant la première sepmaine que maintenant, et suis marry de veoir en chose de telle importance si peu de résolution, et principallement à l'endroict de ceste princesse que je tiens unique au monde, et plus je veoy en avant, considérant la fortune commune de vous deux, plus je veoy la percte venant à se rumpre le mariage. Depuis le temps de v[ost]re recherche, une pierre de marbre de goute eust esté cavée. Quelle panse a son faict, car dès l'heure que l'on se départirs, les pars du Conte Dontin suivront celle de la Royne d'Escosse, le Guisart y fera ses mennées, et se verra le feu allumé, dont le repantir ne servira. Après la faulte faicte, qu'elle se souvienne que ne pouvez tumber, qu'elle ne se sente de la cheute. J'advoue, Monseigneur que jamais pauvre gentilhomme ne fust à v[ost]re occasion plus honnoré de prince ou princesse qu'elle est, telle que rien ne la peut parangonner. Mais tout cella ne m'apporte rien. La fidellité que je doibs à mon Mr surpasse de plus âme qui vouldra sa commodité. j'aime l'honneur de mon Mr, que je sçay estimer, et luy estre plus cher mille et mille foys que la vie. v[ost]re Altesse donq se souvienne ce que je luy ay mandé par çy devant. Vous supplye, comme jà j'ay donné charge au sieur de Montsabert, de mon congé, pour me trouver à Cambray, et dellà à ma maison me reposer, je ne veulx plus veoir que l'on abuse mon Mr, aussy que ma bourse n'en peut plus, pour rester icy; ung autre fera bien ceste charge, pour cy sçait tenir l'amitié. Je puis bien vous servir ailleurs pour le mariage. J'y eusse sacrifié ma vie, non que je m'aye jamais donné conseil, mais je vous ay proposé le bien et le mal qui en peut venir, et veux bien que l'on me couppe le col, si première elle ne verra combien il luy importe de plus qu'à vous. A l'honneur de Dieu, Monseigneur, que je m'en aille, que pour tant et tant de fidelles services que je vous ay faict, que je ne me ruine icy ny de réputation ny de ma bourse. v[ost]re Altesse sçait que partout je puis vous servir pour estre très-véritable. Il y a jà quatre moys que j'y suis, et n'y panseoys estre que deux. Vray pourra ou demeurer, ou, s'il est la revenir, sçait mieulx son gibier que moy; l'on me fera plustot boire ung vase de poison que de faire et défaire ce que l'on a faict à ung . . . Du portement de sa Ma, il ne fust jamais meilleur à ce que je puis veoir. Du dire de sa bonne volunté, cella ne peut croistre; du dire ses vertus, vous les sçavez mieulx que nul autre. Je puis asseurer v[ost]re A[ltesse] que je n'oublieray rien à luy dire en partant, aveq tous les regrets de luy veoir ourdir la thoille de son malheur. Vous manderez, s'il vous plaist, que voulez que face la malle, et qui la apporte, affin que soies obéy. Il attendera v[ost]re commandement, et moy, pour vous y obéir, par toutes mes lettres je n'ay rien oubligé à vous représenter, comme tout se passoit. Je feray paroistre que j'y ay si peu d'intérest, que je seray très aise aller chez moy attendre l'occasion pour vous servir, vous ayant desdié ma vie, n'estant en la puissance de personne du monde que de mon Mr de m'honnorer. Excusez ceste fascheuse et malescripte lettre, pour l'ennuy que j'ay de v[ost]re accident., aussy que je suis en peinne de Cambray. Le bon homme Fonsort estoit d'y aller aveq ung petit mot de lettre du Roy, et nous demeurer icy pour la troisiesme foys pour toutes les recompense de mes services. Si allez en personne pour combattre le Prince de Parme, que je coure ceste bonne ou mauvaise fortune; et si la mauvaise s'en alloit par le sacrifice de ma vie, je la desdie dès à ceste heure, si v[ost]re A[ltesse] eust faict son passaige secrètement. Le Bex vous dira que luy mesme ne sçavoit rien de la masle, et attendoit d'heure à autre que je le renvoyasse vers vous. Mais aussy tost le bruict le fist juger et congnoistre la vérité. Voillà pourquoy je luy ay mandé que estant près de la mer, il passast, et ce par le commandement exprès de la royne, à laquelle j'ay obéy par v[ost]re commandement en tout, et ce pour le désir qu'elle a de sçavoir de vos nolles [nouvelles]. Baqueville vous aura donné de mes lettres. J'en ay bien à dire, mais se sera par la première de Londres, ce Samedy, 1580.”
[Postscript.]—“Bacqueville, Rotigonty, Osonville, Beauvais, Ponmeuse, estans à La Rye sur ses noles [nouvelles] sont de retour, n'allant que trouver v[ost]re A[ltesse] où sur les chemins l'on croyoit véritablement que se fust v[ost]re Altesse.”
5 pp.
923. [“Moine”] to Du Bex.
1580. “Ayant entendu, par une lettre que escript mr de Cigogne à Mauvissière, mon mr est retourné à Evreux, ayant esté cinq heures sur la mer, ce que ayant entendu la Royne, elle a voulu que j'y envoiasse, estant près dellà, et par vous envoyer celle qu'elle nous escript, et moy, je la vous envoye toute ouverte, affin que selon cella vous parlies au mr. Vous luy tiendrez le mesme langaige, aveq les mesme protestations que je ne luy donne conseil de rien. J'ay beaucoup de regret de veoir que par la faulte de ce mariage tout ira au diable, et de ce costé de deçà et du vostre. J'ay regret de ceste princesse, l'obligation de laquelle je n'oublieray jamais de l'honneur qu'elle m'a faict. Que le mr me randre pour négotiateur très-véritable, car il n'a sur mon honneur puissance. Il sçait que je luy ay dict plusieurs foys que je veux estre tel, ou ne le servir poinct de ma vie, qu'il en dispose au reste. Il sçait que parmy les princes de la France, aucun n'y a meilleure créance. Pour ne me tenir pour ung trompeur, je luy demande mon congé, et me trouver à Cambray. Je trouverray qui me prestera ung cheval, des armes, et dellà m'aller reposer chez moy. Je randray toute ma présence utille. Croies que j'ay bien du regret, car, hors de chez moy, il ne m'ennuya jamais si peu qu'il a faict en ce lieu, hors que aujourdhuy je veoyoys une chose, demain ung aũe [autre]. Mondieu, fault il que ceste princesse se laisse abuser d'une chose qui luy est plus utille que à vous. Elle aura des affaires sur les bras, et dictes-le au mr. Le roy d'Escosse croist, le mr estant hors du paix, il y en a qui brouilleront, et plus, que l'on ne panse, quant le malladie est hors et dedans, cella est dangereux, l'on n'a peut enguarder les fattallités. De moy, je veoys tout le monde disposé quant au siège de Cambray. Vous sçavez mon opinion, et ce que je vous en ay dict. Pour le bon homme, elle pouvoit faire ce qui luy estoit honnorable, et sauver par avanture la vye et l'honneur à mon mr. Je vous prye de remonstrer à mon mr ce que j'ay despandu, et ne demeurer là que ung jour. Au reste, qu'il me mande absolument ce que je feray, et à elle une bonne lettre. Fault il faire tant de mine qu'il monte à cheval, qu'il vande tout, et que victorieux ou vainqu, qu'il ne descende jamais, et je veoy en France il ne demeurera sans serviteurs, et veux qu'il me face escorcher, si je ne luy en donne de bons. J'aimeroys mieulx que tous les annés de mirabaleys m'eussent fonttu [? fondu] que de laisser plus mon mr à ses aboys. Je sçay bien que n'avez pas là des chemises : vous en trouveries par les chemins[?]. Prenez celles de Deveus, s'il en a, et me renvoies la clef. A l'argent, je n'ay pas; après d'empruncter, à mon grant regret, ma despance monte bien autant que celle du bon homme. Allons voisiner; ne nous amusons pas icy. Fermez proprement ma lettre au mr, et faictes mes excuses, car je ne suis pas bien sage de l'ennuy que j'ay, tant j'aime et honnore ceste princesse après mon mre; sur tout faictes du mieulx que vous pourrez. Dictes au mr que mr de Aresse m'a escript pour le Portugal. Au reste, je luy mande que je ne le veulx laisser tromper. Ce Samedy, au seoir, 1580.”
Signed with monogram.
Addressed :—“A Mr du Bex.”
2 pp.
924. [“Moine”] to Du Bex.
1580. Is to come as soon as he can. Left the Queen yesterday evening in very good humour. She is expecting Monsieur, knowing he is in that place [London?]. She does not move thence, but will go further, according as she hears news of him. As to the Earl of Arundel, he has not moved away from Moine. Has never heard so many vows of service. Was at his master's. Took him to supper at Mauvissière's. Could accept none of his offers. Prays Du Bex to return with full news of M. de Véry. This is the fifteenth day of the contract; a month will soon be gone. Is to inform Vray of the state of Monsieur's forces. Can write no more at present.—Sunday, 1580.
Signed with monogram.
Addressed :—“A Monsieur, Monsieur du Bes, en son absence à Monsieur de Véry, Gouverneur du Pont de Sit. G.” (sic).
French. 1 p.
925. [Simier to the Queen.]
[1580 ?] Asks her Majesty to consider that, when he was first called to the service of his Highness [the Duke of Anjou], having been made to leave that of the King, it was at the very time when his Highness had lost all his most faithful servants, with whom the prisons were filled, and some sacrificed by justice. These things did not prevent him from making several journeys to the Princes of Germany, in such a manner that, had it been at all discovered, he would have lost his life and honour. Nevertheless, neither the fear of death, nor the continual menaces of the Queen Mother, after many methods of corruption attempted by her, can shake the affection he had, and always will have, for good service to his Highness; no one, as is well known, conducted his affairs so successfully. And now to see himself treated otherwise than as a good servant causes him extreme regret and discontent. Implores the aid of her Majesty, whom he honours and reveres most after God, to draw him out of his perils. Begs her to write to his Highness to take him back, and that her Majesty will answer for his fidelity, having seen and known him during the negotiation of the Duke's affairs. If his Highness does not wish to trust him, that he may at least have the opportunity of retiring with the favours, goods, dignities, &c. granted to him, until her Majesty shall have interposed her authority and power with his Highness by speaking to him for his re-instatement. That if it does not please his Highness to give him back the castle of Angers, for which he had 18,000l. in all, the Duke may at least give him the bridge there, so that he [Simier] may not remain Governor of Anjou without authority. The government of that province was worth 6,000l.; his salary as first gentleman of the household 6,000l., and 12,000l. pension. His Highness has revoked a gift of 50,000 crowns granted to him on some affairs in litigation at Toulouse, and, after he [Simier] had put himself to great expense, given half to his sister, and half to Fervacques. Had lent his Highness 50,000l., in Spanish horses and cobs delivered to some of the States, and in an obligation for 25,000l. that Fervacques owed him, which he restored to Fervacques, without receiving anything for it, by commandment of his Highness. The Duke had conceded to him the retention of an abbey at Angers for five of his sisters; nevertheless, afterwards it had been granted to somebody else. Desires, amongst other things, to recover the said abbey, or a similar one. The territory of Ruel was bought by his Highness for 70,000l., and the assignment of that sum made on the revenue of the domain of the duchy of Chateau-Thierry. Soon after it was granted to himself, but in a year's time the vendors seized upon it in default of payment, his Highness having revoked the tithes destined for that purpose. If his last request to her Majesty, viz., for an allowance to lodge near [her Court], is not disagreeable to her, he prays be may receive it from her hands, so that no one may know about it. Protests that he would choose a savage country to live and end his days in, in indigence and suffering, rather than think of offending her Majesty in any of the foregoing matters, valuing more than any other good in this world the being always known as her “Singe.”
Seals. French. 3¾ pp.
926. [Simier to Lord Burghley ?]
[1580 ?] “Monseigneur vient tout présente[ment] d'avoyr advis que se jentilhomme, duquel vous parlyes dernyèrement, qui a mis les troubles en Yrlande cn faveur du pape, contre l'otorité de la royne, est party fort segrètement de Paris, aconpagné d'un trésoryer d'Espagne et du segrétère du pape, et qu'il se doyvent anbar[quer] à Nantes, pour quelque mauves effet contre sa ma, qui est occasion que monseigneur m'a coumandé de donner ordre aulz vylles de mon gouvernemant, pour les fayre arester et prandre. A quoy je [j'ai] desjà donné le melyeur ordre qu'il m'a esté possible pour les fayre mener au chasteau d'Angiers. Si le pape y estoit en personne, y passeroit par là, et d'autant que le pont de Say est le plus inportent passage, et que j'ay advis qu'ilz doyvent passer ce jourduy ou demain. Je vous suplye d'aconpagner se porteur de quelque ens de vos jeans [gens], qui puisse recognoistre le dit jentilhome, anglois ou escosses, qui faict la gayre [guerre] à la royne, afin que l'on ne le falye point.”— Without date or address.
Holograph. 2 pp.
927. The Duke of Anjou to the Queen.
[1580 ?] Informs her of the arrival of the Ambassadors of Flanders, who have as yet entered into no conference with him, having merely presented certain articles which he has caused to be copied in order to send them to her Majesty. Sees by one of her letters that she has heard what has happened to M. de Simier.
Thinks she will not do him the injustice to believe that he has sinned by inconstancy, nor to put faith in any imposture that may have been attempted on her. Would not have been so stupid as to do what he has done if he had not been sure of the facts. Has also learnt from another of her letters the reply made by her to the King with respect to the Commissioners.
Thinks that since that time M. de Buis will have reached her Majesty, whom he had commanded to speak with her on the subject, and to entreat her that there might be no further delay in the matters so long treated of.
French. 2 pp.
928. The Duke of Anjou to the Queen.
[1580 ?] In reply to her letters received through M. Cobham, will say that it has given him great pleasure to see that, besides her affection towards the welfare of this kingdom which inclines her to wish for the advancement of peace therein, and causes her to use her entreaties and persuasion with the king, she is still further urged thereto by her apparent desire for the despatch of the Commissioners, and the execution of the project of marriage between them, which, as he says, might be carried out with much greater facility during a quiet peace than during the continuance of an unfortunate and injurious war. Thanks her warmly for this second consideration which concerns him so nearly and coincides so entirely with his own wishes. This consideration together with his natural desire for the welfare and preservation of this kingdom, have caused him from the commencement of this trouble to seek all means of pacifying it, making use with that object both of entreaties and of the authority vested in him by the king. And yet, because arms are too ready to hand and even already taken up, it has not been possible to prevent hostilities taking place here and there during the negotiation which is now going on. Hopes that his pursuit of peace will not be in vain, as he incessantly entreats and urges the King of Navarre by despatches and messages to come to terms.
Assures her that the pains he has taken to put an end to these troubles have caused many thousands of men to restrain themselves whilst waiting the issue of the negotiation, who would otherwise have been already in the field “le bras levé.” These actions of his, which are done openly in the sight of the whole world, will serve to testify his innocence and good intentions, not indeed to her Majesty who has honoured him with too good an opinion but to his most ill-affected enemies. Has understood from the credentials sent by the “Sieur de Mil de mort,” the expedient proposed by her of placing in his hands the towns taken by the adherents of the King of Navarre. Is very glad to see that their sympathy is such as to produce similar ideas in both their minds, for he had already proposed the same expedient with the view of facilitating the treaty of peace. Assures her that he desires nothing in the world so much as the conclusion of peace and the advancement of their marriage to a favourable issue.
With the latter purpose in view the Commissioners will undertake their journey and for no other reason. If her Majesty's wishes do not tend to the same end she would do him a great favour by giving him to understand so much before the Commissioners embark, but persuades himself that she is quite resolved on the marriage.
French. 4 pp.
929. The Duke of Anjou to the Queen.
[1580 ?] Sends a copy of the articles submitted to him by the Deputies of the Low Countries. Her Majesty will perceive, as well from the said articles as from what M. de Buis will give her to understand concerning them, the oppression which they have met with and still meet with without the hope of mercy, except by the aid of those who have always appeared to desire their welfare and preservation.
Relies on Her Majesty's favourable consideration in opposing himself to those who would so unjustly take away the lives and goods of so many good people.
French. 2 pp.
930. The Queen to Simier.
[? 1580.] “Quel estrange accident m'est advenue, qui me fayroit sembler de porter envie à quelque honneur qu'arriveroit à Mr. Je veulx dire, Singe myen, que la cause de Pais Bas me transfo rmiroit en aultre forme, si vous aultres le traictes en telle mode, qui ne me seroit possible l'endurer, si ne me rendasse de bon cœur haÿ de mes subjectz et déris de tour le monde, qui regardent le plus les affayres de Pr[inces], pour estre mis en si hault lieux, qu'un chascun est spectateur de nos actions, et en font jugement selon la sequelle de noctre fortune. Il n'y a paine que je n'endurasse plustot que donner justement cause à Mr, à qui je me confesse tant obligée de se doubter de ma sincérité en son endroict; mais je m'assure est de si meur jugement, qu'estant P[rince] luy mesme, il me mesurera de mesme, et croyra que je ne fais moins de cas bon honneur que de mon bien propre. Car s'il ly plaict de fayre suspençe de sa responçe resolue, jusques par quelques siens ministres il entend ce quy ce peult fayre commodément pour nous deux, je ne doubte nullement que n'en prenderes quelque bon ordre pour contenter Mounsieur, satisfayre les Est[ats], et complaire mes subjectz de dernières desquelz je m'assure il n'a le moins soing à contenter, le temps considéré avec ce qui l'appertient. Aussy que M. ne mande le Com. avec une seule com., mais avec l'aultre, y adjoustant l'authorité pour la Flandre, sur qui dependra tout le reste. Vous estes asses sage sans aultre instruction de sçavoir, comment de près il me touche que nostre peuple ne voit une negligence & nonchaillance en leur Prince de leur bien et salut; nous ne sommons (sic) nés seuls pour nous mesmes. Demandes en mon nom, je vous [prie ?], le pardon de M[onsieur] de ma hardiesse en ly escripvant si rondement. Quant il se souviendra de qui racine il sort, il me tiendra pour excusé, oultre que les jeunes gens doivent quelque révérence aux vieilles, qui plaidera mon procès. Dieu sçait de quel cœur procèdent mes motz, et selon icelle qu'il derige mes actions. Et vous conjure que pour telle vous me recognoissies à jamais. Et, S., tanpandant (sic) je prieray à Dieu de bien gouverner vos councellz, qu'ilz soient le mieulx pour vostre maistre. Avec les meilleurs souhaitz au Singe qu'il peult désirer, Adieu.”
Endorsed :—“N. 15.”
Holograph. 1½ pp.
931. [Simier to the Queen.]
[? 1580.] Monsieur ne peut cognoistre que je vous escrive, ci ce n'est c'on lui en donne avis de vostre court, et peutestre part opignon. Il en parle. Quoi qu'il en soict je n'ai garde de le confesser. La cause pour laquelle la rogne de Navarre (fn. 1) veut mal à Monsieur, son deus, dont elle faict plainte. L'une qu'elle dict que Monsieur a escrict à la rogne mère pour la renvoier vers son mari, et qu'elle lui brouloict à la cour ces afaires. L'austre, et qui la mest en plus de colère, est c'on lui escrict de Flandres, que Monsieur ce mocque toujours, et en faic des contes publiquemant. Voilà ce qu'elle diet; mais j'en pance deus aultres plus aparentes. L'une, que son medord a fali d'estre tué il y a jà quelque tamps, et elle croict que cela viegne de Monsieur; l'austre est qu'elle est acept teure [à cette heure] fort amouruse du Duc de Maine, et marie que Monsieur leur veulie tant de mal. La cause pour laquelle elle pance que vous ne seres en brief trop contante de Monsieur, elle dict ces propres mots, qu'lle [qu'elle] saict bein [sic, bien] que vous estes la personne du monde la rnieus advertie, et qu'il est inposible que ne sachies les mouves [mauvais] contes qu'il faict de vous. Autre chose n'en dict, et toutefois elle escrit à Monsieur, quasi tou (sic) les jours, des lectres plenes de pation. Elle dict qune [qu'une] haine cognue n'ofance james. Vous dites, madame, que je suis bien hereus d'avoir acquis les bonnes grasses d'une belle et sage raine. Cela ce doict donc entandre de vous, qui aves la sagesse de tout le monde, et une beaulté inconpréençible. Auci n'êtes vous faicte que pour le plus grant de tous les dieus, et, à la vérité, je çeria [serai] hereus çant et çant fois, tant qu'il vous plera m'onorer de vos bonnes grâces, hemant mieus la mort que de m'en voir privé. Je n'ai aultre apui que le vostre, de quoi je m'asure toujours plus que de chose du monde. Je [j'ai] esté contren fere le malade pour m'escuser de voir la royne de Navarre, car elle ne vouloict que je j'alesse (sic) que sur les honse eures du soir, et je cregnois c'on ne m'an pretast d'une. Je [j'ai] bien quelquefois de ces nouvelles, mes non pas souvant. Je n'ai peu conprandre ce que vostre majesté me mande, qu'aves entendu pour certaint, que j'ai la moitié en la meson, ci non c'on vous dict que j'aie encores quelque chose en la meson de son Monsieur; ce qui est fauls; car je vous jure, mon Dieu, qu'il ne me pas lesé [laissé] de quoi avoir unt pain par jour, graans et petis, et parlen et le trovent encores plus estrange que ne sauries pançer, teleman que je n'ai rien en ce monde, que ce que mes amis me prestent. Car ce que vous avies faict pour moi la dernière fois que je vous vis, le tout y esté revocqué, de sorte, madame, que je vous suplie, à l'onneur de la pasion le Dieu, acordes moi une requeste que je vous fais, qui ne vous coustera gaires [guère] , et m'obligera infinimant, qu'il vous ples me donner çant escus par mois, et moienan cela, je vivre et atandre ci long temps qu'il plera à Monsieur. Ci vous fectes cela pour moi, je vous prie que personne ne sache que le le (sic) conte Suces, ci le truves bon, car il y va de ma vie. Je vous conjure, madame, en mesmoire de tant de faveurs paçées, m'otroier cete requeste, et qu'il vous plese m'en fere quelque bonne responce.
Vous dites avoir entendu que j'étois marié. Assures vous, madame, que je n'aria [n'aurai] jamais aultre fame que la mort, estimant le mariage le conble de tous maleurs.
Vous me coumandes vous escrire la responce que je [j'ai] faicte à Monsieur pour le regard des trois mois. Je lu [lui] ai mandé qu'en toutes saisons il me trouveroict son serviteur, que je le priois au moins qu'il me lessast quelque peu pour vivre. Il dict qu'il le feroict, mes que la coumodité de ces affaires le permacent.
Je baise et rebaise le lis de cete belle main que tout le monde honore, prien Dieu pour l'aconpliceman de vos désirs.” — Without date or address.
Signed :—“E,” surrounded with several “$” 's.
Cipher. 4 pp.
932. [Simier to Queen Elizabeth.]
[? 1580.] Il me santbloict, puisque Monsieur y voict desclere qu'il estoit satisfaict de mon çervice, que je ne pouvois moins pour mon honeur que de me bastre avecque Farvacques, m'etant pour cet effaict acheminé ceus [chez ?] unt mie ami à deus lieus d'Alenson; le cieur de Bonjuet l'aie [n] t apelé. Monsieur en fut soudaint averti, qui ce met en toutes les colère du monde contre moi. Il envoie son pruost après moi pour me prandre, qui m'est la plus grant onte du monde. Je vous envoie la mesme letre que Bonjuet m'a mandée, afin que vous [ayez ?] la cognoisance de tout. Je voi bien, madame, que si vous n'y metes la main. et qu'il ne vous plese en escrire à Monsieur bien au long, et par home esprès, que vostre cinge et [est] ruiné du tout, et que la France ne lui peut estre asurée. Pour Dieu, madame, que je sache bientost de vos nouvelles, et me coumandes ce que je dois faire, et, c'il vous plest, vostr [e] Majesté ara conçidération que Monsieur m'a osté tout ce que j'avois en ce monde, et que je n'y tins, aide que de ustr [vostre] bonté. A laquelle je bayse pour çant et çant mylions de fois en toute humylité très humblement les mains. Je vous suplye que les connisseres [commissaires] n'ayent point cognoissence que vostre grandeur resoyve si souvant de mes lectres.”— Without date or address.
Signed with an “E” and several “$” 's.
Endorsed erroneously :—“Letter from Monsieur.”
In cipher, as far as “bonté.” Seal, with brown silk. 1¾ pp.
933. The Anjou Marriage.
[1580.]— “Partizans Artisiens les moins mauvais.” “Partisans extrêmement mauvais.”
a. Le Marquis de Richebourch, gouverneur d'Arthois. a. b. c. Monsr de la Motthe, gouverneur de Gravelines.
b. Monsr de Montigny, Général de l'infanterie. f. p. Monsr de Bassinghen, gouverneur de Lisle, Douay, et Orthies.
c. Monsr de Heze, Colonel d'un régiment de pied, et gouverneur de Menin. x. Le Conte d'Aiguemont, Colonel d'un régiment.
a. g. Monsr de Capres, gouverneur d'Arras.
d. Monsr de Crecque, grand maître d'artillerie. h. Monsr de Morbecq, gouverneur d'Aire.
e. Monsr d'Ainsy, gouverneur de Cambray. d. i. Monsr de Goignies, gouverneur d'Autunes.
f. Monsr de Willerual, jadis gouverneur de Lisle, Douay, et Orthies. Monsr de Runinghen, gouverneur de St. Orner.
Monsr Daussy, gouverneur du pais d'Alost.
g. Monsr de Heure, gouverneur de Landerchy. k. Monsr de Bours, gouverneur de Malines.
h. Monsr de Bailleul, Capitaine de 50 hommes d'armes. o. Monsr de Noyelles Stade, gouverneur de Bapaulmes.
j. Monsr d'Aubigny, gouverneur de Quesnoy.
k. Le gouverneur de Bouchain. Monsr de la Tieuloy, gouverneur de Bethune.
l. Monsr de Noyelles Montigny, gouverneur de Valentiennes. l. Monsr de Svveninghen, du Conseil d'estat.
m. Monsr de Beaufort, du Conseil d'estat.
m. Monsr du Quesnov, Capitaine de 50 hommes d'armes. n. a. b. Monsr Mauniis, Coloneld'un régiment, et jadis mis en St Omer par le Prince d'Orange.
n. Monsr d'Alenes, Colonel d'un régiment de pied. q. Monsr de Beurie, Colonel d'un régiment.
o. Monsr de Bassigny, Chef des armes et nom de Hornes. r. Monsr de Boissainghen, Colonel d'un régiment.
p. Monsr du Plantin, gouverneur de Lislers, Strenant et Malanoy. s. Monsr le Viconte d'Aire, filz aisné du Sieur de Morbeeq, gouverneur.
q. Monsr de Beure, Chef du nom et armes de Beure. t. Monsr de Nieverles, Chef de la maison de Halewin.
r. Monsr de Beaumonr, frère puisné de Monsieur de Wilierual. L'abbé de St Vas
L'abbé de Hanon
L'abbé de Willers
Le greffier Carlier
Les entremecteurs de tous les maulx et divisions.
s. Monsr de Haussy, gouverneur particulier de Douay.
t. Monsr de Waroux, Colonel d'un régiment, et gouverneur de Cassel, de la maison de Merodes.
Les marques caractéristiques demonstrent les divisions des uns contre les autres, mesmes jusques à haine mortelle.”
1 p.
On the back begins the following document :
“Desseings et résolutions, où ay laissé lesdits partisans moins mauvais, à mon partement de Flandres, et, entre autres, les Sieurs de Richebourch, Montigny et Willerual, chefz de partz principalement d'iceulx.”
“Premièrement, qu'ilz n'ont jamais prétendu pouvoir traicter aucune reconciliation asseurée avec l'Espagnol, attendu leur perfidie, vindicte et indicible cruaulté, veu aussy leurs faictz et causes infinies qu'ilz leur ont données, et non sans grande raison de leur vouloir mal de mort à jamais, qui meet lesdits partisans hors du pensement de reconciliation si esloigné de toute espérance, seureté, et raison.
Secondement, allèguent, et nommément, Messieurs le Marquis de Richebourch, Montigny, et Heze, avoir esté forcez simuler vouloir entendre à traicter avec lesdits ennemis. Premièrement, pour se veoir abandonnez subitement des forces et présence de Monseigneur, où estoit, et debvoit estre fondée, toute leur espérance. Secondement, le peu d'occasion qu'ilz avoient de jamais se pouvoir fier au Prince d'Orange, pour s'estre monstrez tout ouvertement contrarians à ses desseins, tesmoing leur hostile prinse de Menin, Cassel, et autres places en Flandres, où ilz avoient assis leur garnisons, craignans suivant cela que ledit Prince ne trouva moien vers le peuple d'Arthois de les attrapper à l'exemple de ceulx de Grand, s'ilz licentioient sans plus ledit peuple à avoir l'entière aucthorité aux afferes d'estat, comme ledit Prince les avoit jà cuidé establir.
Ayant ledit Sieur de Montigny entreprins sur Flandres ce que dessus, a esté constrainct de s'accomoder et simuler ledit traieté avec le Sieur de la Motthe, mais le tout par une feintize et simulacion évidente, comme il appert et apperra, bonne et seure occasion se présentant, tant pour par tel moien pouvoir trouver argent d'entretenir ses troupes, lesquelles, à faulte de ce, luy eust esté besoing licentier, et par ainsy se mectre en puissance de son ennemy, et le renforçer de beaucoup, que pour se maintenir en son estre et toute asseurance, comme dict est, la simulacion dudit Montigny estant toute claire, d'aultant que ladite traictée estoit faict au très-grand advantage dudit Montigny, pour estre en sa puissance de le rompre, quand bon luy sembleroit, et impossible audit la Motthe de l'effectuer, quand mesmes il eust voulu, comme appert par ledit traieté imprimé.
Le Marquis de Richebourch a esté forcé presque de mesme façon, parce que la Motthe avoit tellement animé le peuple d'Arthois contre ledit Prince par les follies et factions Gantoises, soubz prétexte aussy que le roy leur donneroit la carte blanche, qu'il les a induict enfin à la paix qu'ilz ont ja faictz, mesmement avoit trouvé le moien de déposer ledit Marquis de son gouvernement, et y subroguer le Sieur de Capres en son lieu, et par ceste voye le priver de plus jamais pouvoir fere service au bien publicq de la patrie.
De la simulacion susdite, il se veoit une conséquence de trèsgrande et vrayment bonne importance, veu que par ce moien seul ont esté entretenuz en tous leurs estatz et degretz, ayans en ce cause d'iceulx tousjours leur voix au Conseil, mesmes les principalles, de sorte qu'ilz ont par leur traicté tellement bridé le roy d'Espaigne qu'il ne se pourra jamais effectuer; ores qu'ilz ayent ja plus que bien suffisamment apperçeu qu'il n'en avoit volonté aucune, et maintenant tellement sur ce animé le peuple à pourchasser le réel effect d'icelluy, qu'il est ja bien disposé, mesmes quasi résolu, de rompre ledit traicté, comme voiant la fraude et déception indicible qu'y est couverte et palliée en icelle.
Ores ledit traicté rompu, (qu'il sera), le peuple sans faulte nulle addressera par avant ce fere aux sieurs susdits, comme leur chefz, pour avoir une résolucion de ce qu'il leur sera à fere pour le mieulx, et chacun d'iceulx lors allégueront à ce fere quelque moien. Sur quoy lesdits sieurs leur pourront remonstrer à l'heure tout librement, comme n'estans suffisans pour resister seulx à l'Espagnol leur ennemy irréconciliable. Il leur fault infailliblement prendre autre party que luy, faisans d'autre part difficulté d'avoir le Prince d'Orange, si d'aventure le peuple allègue ce point; pour ne s'y oser trop bien fier pour les divisions et leur partialitez, et par tel moien entretenir le peuple, lequel estant à l'extresme par les guerres continuelles aura son recours infailliblement à son Altesse.
Ce que voiant, lesdits sieurs, par une dissimulacion bien à propos pour couvrir seulement la bonne affection qu'ilz portent au service d'icelle, allégueront au contraire des raisons assez maigres toutesfois, et de telle couleur, qu'il pourra aisément cognoistre que tous les refuz et allégacions qu'ilz auront faictz ne seront que frivoles et très-aises à souldre, qui fortifiera de beaucoup plus la volonté du peuple, voire la résolucion d'appeller et recepvoir icelle pour Prince, pour trop plus que si ladite proposicion venoit d'iceulx sieurs, car par ce moien le peuple en pourroit entrer en soupçon et deffidence, ce qui ne pourra fere aucunement de ladite sorte.
Tandis que le temps et choses se demeureront, vouldroient lesdits Sieurs estre bien asseurez de l'intention et bonne volonté de sadite grandeur en leur particulier endroict, pour après pouvoir monstrer réellement l'affection qu'ilz luy portent, et pour l'assurance de laquelle feront aussy tost massacrer par le peuple les mauvais, moyennant qu'icelle asseure pourveoir les gouvernemens desdits mauvais aux partisans, ce que nécessairement desirent le tout avoir escript et signé de la propre main de mondit seigneur.
Ayant obligé Monseigneur par si signale service, sera très-bon moien de mectre le Prince hors de toute deffidence, et se réunir et rallier par ensemble, pour se jecter unanimement entre les bras de mondit seigneur, qui est le seul et vray moien à ce qu'ilz disent, au moins tiennent, ores pour tout vray pour veoir et mectre enfin une fin très-bresve, très heureuse et indubitable, tant à leur misères passées que présentes et futures.”
pp.
934. [Fervacques ?] to De Marchaumont.
[1580 ?] “Mon grant ami, vous voires par selle que nostre mestre vous escrit le conmendement qui vous fest de prendre garde aulx actions de Semier. Je vous prie ne point falir, et, quand vous escrires au mestre, à luy prester toujours de bonnes cherités, quar je redoute infiniment sete royne que vous saves, qu'elle ne le remestre en sa plasse, d'autant que je m'apersois en plusieurs occasions que je mestre jà grand regret. Toutefois nous avons isi une roine qui trionfe à fere contre luy; ausi il faut que je vous dye que le propre jour qu'il reviendra, je quitere son servisse, quar s'il me donnoit tout son bien, par la teste Dieu, je ne le servirois pas une heure. Envoies nous de l'argent, autrement nous sommes à la fain. Je vous avise que nostre mestre fera la pais, et qu'il governe le roy de Navare tout comme il veut. Ont [on] parle après sela que nous yrons en Engletere. Je donne au mille diable le voyage, et le premier qui le mit james en avant. Fetes moy response à selle que je vous ay escrite par De Réaulx, et dites à mon segretere que s'il ne ne [sic] vient bien tost, que je renie Dieu, je luy coupere le col, mes que je le revoye. Je vous sere toujours le vray amy. Adieu, l'ongne mon amy.
“Il y a issi unt embassadeur de la royne d'Amgletere, mes se n'est qu'un eveson [? qu'une évasion]. Je m'asure qu'on luy fera manger des poves au veau.
Addressed :—“A Monsieur mon grand amy Monsieur de Marchomon, A la court.”
Signed; —“ff.”
1 p.
935. [“Moine” to the Queen.]
[1580 ?] “Vostre Majesté, ayant à faire responce au sieur de la Mothe, pour le faict du mariage, affin de faire une finalle conelusion du tout importante pour le service de Monseigneur, a sçay qu'il a ceste résolution du Roy en laquelle il veut demeurer à Nuncy. Mauvissière vous monstra ce que le Roy n'oubloit faire en laveur du mariage. Sur ce il fust despesché à son A[ltesse], qui manda la Neufville au Roy, qui, après beaucoup de poursuictes, obtint la commission. Laquelle reçeue par l'ambassadeur, l'a retenu près d'ung moys, faisant trois despesches et au Roy et à Monseigneur son A[ltesseJ, encores à sa Ma, laquelle mande s'estre soubsmis à tout, ce qui est raisonnable, désirant véritablement l'exécution du mariage, auquel si vous avies volunté, parescheveries à ses conditions. Son altesse, pour parvenir au but de ce qu'il désire, envoie le sieur de Bahy, qui aveq le Réau en parlent au Roy, fort et ferme remonstrant que le mariage ne se faisant, la commission est nulle. Le Roy dict qu'il n'en pouvoit faire autrement, passant en ses accords les limites de la raison; et sur ce il vous despesche le sieur de la Mothe, aveq sa ferme volunté; à Monseigneur, au mesme temps, le sieur de Rembouillet, par lequel son Altesse, à son très grant regret, entendera la despesche dudit la Mothe, et que le Roy ne peut passer outre. Depuis deux jours l'ambassadeur, sur deux autres despesches, a reçeu lettres du Roy, comme depuis le départ dudit la Mothe il n'a rien changé, en ayant faict entendre ses raisons à son frère, et protestant désirer plus le mariage que chose de ce monde. Voillà, Madame, l'estat des affaires que le Moyne vous asseure estre très véritable. Par là vous envoies la fin, pour ce que il est nécessaire que vostre Majesté dye ouy ou non. Quant à la Mothe, il prandra vos demandes pour en faire rapport au Roy, et ce pour se départir aveq plus de douceur, très mal satisfaict à ce qu'il m'a mandé ce matin par son neveu, ayant peur que cella altère ses bonnes intelligences qui sont entre le Roy et vous. Je laisse à panser à vostre Ma quelle utillité apporte ceste façon de traicter à Monseigneur. Croies qu'il fault que bien instruict vostre Ma par moy luy face du tout entendre ce qu'il aura affaire. Je n'escripts la présente pour servir à aucun qu'au feu, après que vostre Ma l'aura leue. Le Moyne la supplye, selon ses promesses inviollables, fort ouvertement de luy dire son intention, et en effect luy faire paroistre l'amitié que luy aves tousjours promise, et ne donner à congnoistre ce dernier poinct de despesche à eulx envoiée, que seul j'ay veu. Aveq eulx aimes vostre Moyne comme v[ost]re très humble et très fidelle serviteur, pryant Dieu vous donner vos désirs de natur, baisant en toute humilité vos belles et roilles mains.”
Endorsed :—“Anonymous to the Queen of England.”
1 ½ pp.
936.—Appeal of James VI. of Scotland to the King of France.
[1580 ?] “The chief points that he whom you know is to negociate are as follows :—
“Firstly, to inform his Majesty of the great wrong lately done to several persons who were put to death, only and solely for having endeavoured to deliver from prison the Queen his mother, who always has held, and holds, the hope of her deliverance by means of the King of France. Wherefore her son now makes request to the said King of France by his Ambassador to remember the promise so often reiterated by him, and that, when the opportunity which his Majesty knows to be favourable is now presenting itself, he will be pleased to assist him with his favour and forces in this request and necessity.
“Secondly, since his Majesty is assured that the other Christian Princes are waiting for nothing else than to see him moved with pity and commiseration on behalf of the said Queen, in order to assist him in like manner with their forces and favour, that it will please his said Majesty to cause to be known as soon and as effectively as possible, that he does not wish to retract his promise, nor to withdraw from so holy and just an enterprise.
“Thirdly, that his Majesty will consider that, under pretext of his mother's imprisonment, and the King of Scotland being young and under age, he is not obeyed by his subjects as he ought to be. Inasmuch as the greatest number of his subjects are heretics and partisans, and have been gained over by the Queen of England, several places and districts on the frontiers of the said kingdom are tyrannically and unreasonably occupied and usurped. And because of this, his said Majesty knows that many Catholic Princes, indeed the foremost, will assist so just an enterprise, it it pleases his Majesty not to withdraw from it on his part.
“Fourthly, that when his Majesty wishes to begin accomplishing that enterprise, the expanse of it will be very small for him, and moreover for certain personages of reputation and high valour, who especially will make his said Majesty know and understand the means for the easy execution of that enterprise, with the assurance and certain adhesion of those who will undertake, and stand committed to, the success of the said execution.
“Lastly, his Majesty will be assured that, when the above-mentioned affairs shall be in course of execution, the greatest part of England will incline to the side of the Catholic and holy enterprise.”
French. 1½ pp.
937. Nicholas De Gozzi to Sir Francis Walsingham.
[1580 ?] Concerning a Scottish ship and cargo. Gozzi says he may be compelled “to forsake that trade which I have these forty years used in this most happy realm, not without giving great profit, as well to her Highness as to divers her Majesty's subjects, and all upon an unjust complaint of a mean mariner procured thereunto.”— Undated.
Endorsed :—“Nicholas de Gozzi.”
Copy. 1½ pp.

Footnotes

  • 1. Simier has here put, by inadvertence, the cipher for the King of Navarre.