BHO

Cecil Papers: May 1581

Pages 388-394

Calendar of the Cecil Papers in Hatfield House: Volume 2, 1572-1582. Originally published by Her Majesty's Stationery Office, London, 1888.

This free content was digitised by double rekeying and sponsored by the Arts and Humanities Research Council. All rights reserved.

Citation:

May 1581

979. Considerations of the Answer to be given to the French Ambassadors.
1581, May 2. They are sent with commission to determine the Articles not concluded in the treaty with Simier in Nov. 1579. To this, they must either receive an affirmative answer, that they shall be treated withal by Commission; or a negative, or a dilatory answer.
For the first, it is necessary to know her Majesty's mind, to what end she will have this treaty tend, either to a marriage or to no marriage; or to an amity or no amity. If her Majesty will assent to a marriage, then are the articles unodetermined to be treated upon with most advantage to her Majesty. If contrariwise, then if those articles shall be treated upon it is doubtful whether the Commissioners will not yield to any manner of demand, though the same be never so large, for her Majesty's advantage; but if there shall be no doubt of that inconvenience there are to be considered the difficulties that may be objected to interrupt the conclusion of those Articles.
1 p.
“To be told to the Ambassadors.”
That we can not treat so as to make any conclusion of the marriage until her Majesty shall receive an answer from the Duke to her letters sent by “Nerry,” from whom she hourly expecteth to hear because he went from hence some three weeks past.
Nevertheless, in order that their abiding here should not be fruitless, and lest the French King should think that Her Majesty did not make sufficient account of so honourable an embassy, she hath given commission and authority to treat also upon some conditions of a straiter amity betwixt the King and herself, as by sundry motions made by the King to our Ambassador in France his intention appeared to be; and to that end it is not impertinent to declare unto them that Her Majesty hath good cause to expect that they should have power to treat as well of amity as of marriage. That it is we think not unknown to two here, Monsieur Pinart the King's Secretary in France, and Monsieur Malvesyre (Mauvissiere) his Ambassador here, that the French King did by his secret writing require Her Majesty to have consideration of the Catholic King's proceedings to an intolerable greatness, dangerous for them both; and to that end to authorize her Ambassador secretly to open her meaning how far she would be content to join with the French King to withstand his greatness. Whereto her Majesty's answer was that, considering the French King was in degree and greatness before her, she would gladly understand his opinion and conform herself thereto. That afterwards the King caused her Ambassador to meet with Mons. de Villequier, and Pinart to meet with our Ambassador and there entered into this treaty of an association to stay the King Catholic's greatness; and our Ambassador not having authority to treat, but only to ascertain the King's mind, it was afterwards resolved that the treaty of this amity and association should be covered by the treaty for the marriage. So that her Majesty has cause to expect that they should have authority to treat as well of amity as of marriage.
If they shall yield to treat upon amity, their commission is to be required.
It may be said that by treaty of amity nothing shall be concluded by either party, but an overture shall be made on both sides of what shall, be meet for either party to covenant.
Minutes, in Lord Burghley's hand. Endorsed :—“2 May 1581 For the French Ambassadors.”
2 pp.
980. Simier to the Queen.
1581, May 4. “Madame,—Aient heu ce bon heur de voyr & cognoistre une partie de vos grasses & perfections, que tout homme de bon esperit loue et s'esmerveille en vous, mais je vous diray bien, Madame, que plusieurs trouvent extrememant estrange de voyr vostre mate si longue & difficille à vous resoudre sur une chose, qui ne peut, ce me sanble, tourner qu'à bonne fin & au contantement & plésir de tous vos bons subjetz. Car s'il vous plest, sens tanporiser davantage, donner à son altesse la grasse qu'il désire & poursuit, vostre mate ne saroit à mon advis fayre chose qui vous rende plus estimée, non seullement es pais de vostre hobéisence, mes .ancores de toute la Crétienté, fortz quelque lieus qui ont toujours tache à troubler le repotz de vos subjetz. Escuses la lyberté du singe, s'il prant plus d'ardiesse qu'il ne doit pour vous dyre, que j'ay bien quelqe opignon que vos doubtes & longeurs vyenent en partie de deffience & d'une trop curieuse recherche que voules atandre de la mersi du tanps, qui vous amène beaucoup de traverses dans l'âme, à cause des conseilz différans, qui vous sont donnés en ce négosse, un checun discourent selon la pasion qui les pouse. Mais vostre Mate par son esperit divin & prudense très amirable peut sans grand difficulté dissiper tous conseilz particulyers, et s'arester au plus sainct, & rejeter les aultres, lesquelz, voulant préférer leur commodité à ce qui est de vostre grandeur, contantement, bien, & repotz de tous vos sujetz, tachent & s'esforcent par divers moyens & artiffices à vous distrere & d'estourner du maryage, qui se trete aujourduy en faveur de son altesse. Resolves vous donc, madame, au dit mariage tant désiré, & ne permetes c'une telle & tant honorable enbassade, que sa dite altesse vous a mandée pour cest effect, soict employée à aultre fin; pouvant assurer vostre mate que je ne croyre jamais, quoy que l'on nous dye, qu'il y est ryen au monde, dont il ce puisse satisfayre & contanter, si les conmisseres retournent sens la conclusion du maryage, duquel il a desià prins toute assurense, conmea [comme y a] faict le Roy, & la Royne sa mère, & au général toute la Franse, dont les prières sout infinies & lesquelle vous randront hereuse pour jamais. Asures vous, madame, qu'il est impossible que l'on puisse oncques voyr desmantir ne varier l'affection de son A. T. en vostre androit, l'ayen bastie sur fondement trop seur. Ceus là qui en se royaume favorisent le parti d'Espagne ne s'en réjouissent aucunemant, mais au contrere sont très maris de voyr l'affection de son altesse si ferme & constante en vostre androict, n'ayent rien espargné pour tacher à l'esbranler & le vous distrere de l'obéisence qu'il vous porte. Par quoy, madame, ne faictes aucun doubte qu'a Teure mesme que l'on voyra de vostre coste l'esperiense du maryage perdue, c'on ne luy offre ausitost celuy d'Espagne avec tous les plus grands advantages qui se pouron fayre. Car le pape en premier lyeu pour infinies considérations ny espargnera jamais chose qui soict en sa puissence, ne le Roy Catholique mesmes, qui ne demande pas mieus pour s'asurer de son altesse, balyera très vollontiers sa fille & le plus riche de tous ses estatz, tant il craint & redoute le maryage de vostre ma avec son altesse. Ne lesse donc perdre l'occasion, pandent qu'elle s'offre, pour vous favoriser à la ruine de vos adverseres. Et ancores que je sois, comme vous aves desia entandu, fort esloigné de la presence de mon mestre, & par l'artifice de mes henemis à mon grand regret privé de ses bonnes grasses, dont je porte ung regret innestimable, j'espère que le tanps par sa bonté & avec l'ayde de vostre ma, il ara plus sertaine cognoisence de la justice de ma cause, quar je say que de son naturel il n'est poinct adonné à mal treter ses serviteurs. Je vous remersie très humblement, madame, de la paine qu'il vous a plut prendre d'en escrire en ma faveur ce que je suplye vouloir continuer, avec assurense que c'est prandre la protection du plus innosent home du monde. J'espère que son altesse, à son retour de Gascongnie, mestra quelque fin en mes affayres, & me trouvant innosent, conme j'en suis assuré, il trouvera bon du moins que je me puisse retirer avec ses bonnes grasses, & s'il luy plest prandre quelque considération de mes servises, j'en restere toujours plus hoblygé, & quand à se que vous désires savoyr, s'il est ainsiy que son altesse est revocquée & prinse la partie que j'avois par son moyen à Toulouse, cela est bien sertain, mes je say bien que mes henemis l'on conduit à ce fayre, & m'asure qu'il entiendra ung jour considération, en senble de toutes aultres particularités dont il vous plest de m'esscripre. Je suplye le Créateur vous donner, Madame, l'antier aconplissement de vos désirs. À Bourgeul, le quatryème de may, 1581, Vostre très humble, très hobéisent, très fidelle serviteur, Semye.”
Addressed :—“A la Royne d'Angleterre.”
Holograph. Seal with blue silk.
3 pp.
981. Don Francesco to the Queen.
1581, May 8. Excuses himself for not having obeyed her Majesty's command and come to England, which he much desired to do. Has been compelled, because of the King of Castille's guard of the sea to come through Spain, and so into France across the Mediterranean. Refers her Majesty to the Ambassador, John Roderico di Sosa, who carries the terms of the agreement arrived at. Will gladly come into England when he shall have obtained the Queen's licence.—Tours, 8 May 1581.
Spanish. 1 p.
982. The Duke of Anjou to the Queen.
[1581 ?], May 17. Commends to her favourable reception the bearer “le Sieur de Bos” who is entirely devoted to her service. Anxiously awaits a reply to the several despatches he sent to her Majesty at the time of Neri's return to him.—Alençon, 17 May.
French. 1 p.
983. Secretary Wilson.
1581, May 19. Copy of the Will of Thomas Wilson, one of the principal Secretaries to Queen Elizabeth. His body to be buried in St. Katherine's church, without charge or pomp. Gives to Sir Francis Walsingham, Knt., his brother-in-law, Sir William Wynter, Knt., and Mathew Smith, Esq., his cousins, overseers of the will, his house at Edmonton, co. Middx., to be sold to pay his debts. Gives to the same persons the third of all his lands in co. Lincoln for five years, to the intent that the issues be employed towards the performance of his will. Gives to his daughter Mary 500 marks, upon marriage or at age of 21. To Lucrece, his daughter, 500 marks in like manner. Makes his son, Nicholas, sole executor. Wills the overseers to take a “straight accompt” of his brother Godfrey, touching his dealings in testator's affairs at Durham, for which he is to receive 100l., if found honest, otherwise nothing.—19 May, 23 Eliz.
One sheet.
984. The Duke of Anjou to De Marchaumont.
[1581], May 20. “Je vous envoye se jantilhoume pour erre du dessir que je [j'ai] de paser où vous este, estant infinimant mari que je ne puys si tost satisfaire à se que je vous avois mandé, que je me l'estois proumis. Il fot [faut] que vous condiries l'estat de Canbray, et le peu de moyen, qui luy a de la sécourir, si se n'est par ma présanse, laquelle je suys resollu de metre à tous les périlz du monde, plus tost que de manquer à la foy et parolle que je dounée, qui est cauze que je ne puys savoir l'eure ni le tans que je poure partir, et suys en sela coume l'oysau sur la branche, et afin de ne perdre tans, moins de tans, je envoye par se porteur, qui me sera nésesayre, quant je sere là, unne partie de quelques abillemans. Je vous prie que la Royne ni persoune du monde ne sache que il soit là ou vous seres. Il m'est fort fidelle; je me remes sur sa sufisanse. Priant Dieu, Monsieur de Marchomont, qui vous et [ait] en sa sinte garde. De Allanson, se xxe de may, Vostre bon maytre.”
Holograph. 1 p.
985. Matthew Alley to Lord Burghley.
1581, May 24. He recovered at his own charge a wood called St. John's Wood, co. Bucks, concealed by one Rance, which Burghley granted again to Rance, promising to content petitioner some other way. Prays for lease in reversion of certain lands in his own possession.
Endorsed :—24 May, 1581.
[Note, signed by Burghley, to Mr. Dr. Dale, one of the Masters of Requests, saying the suit is reasonable.—May 28, 1581.
Note by Valentine Dale signifying Her Majesty's assent to the granting of the lease asked for,]
2 pp.
986. [Madame de Marchaumont] to Du Bex.
1581, May 31. “Je suis atemdent des nouvelles de Monsieur de Marchaumont, trovent le temps bien loings sens en avoir, et crois que à présent les asfayres de messieurs les comysayres sont resolues, et que la Stt Jehan se poura bien paser sens le retour de mes amours; pourveu qu'il voysse bien de sa samté, il fault louer Dieu. J'ay envoyé vostre dogue cheps vous, et vousdrois bien sçavoir se que mon mary veult fayre des austres, que je ne trouve poims plus exelens que seus de se pais. Je les fais comserver de tout se que je puis : y comemse à s'emplyre et estois si mesgres et las qu'ils avois (sic) besoimg de repos. Tout se porte bien à Préau. Vostre fermyère est après à vous fayre de l'argen. Il y a umg peu de réparatyons à la gramge, que les vens ont faict; se m'a l'on dist se vous sera de l'exersyse pour employer vos escus, lors que seres en se simt hain. Je suis seulle en se lieu, où n'asprant grant novelles, qui me fera vous présenter mes humbles recommandations à vos bonnes grasses, pryant Dieu vous comserver ses grasses. De Couramse, se dernyer May.
“Je crois ne vous ay poimt remersyé de se portraict, qui est se qu'il se peult bien faict. Je vous prye que je sois advertye ases de temps avent que mon mary parte, afim que j'aye moyen mestre ordre à mes asfayres.”
Signed :— [symbol]
Endorsed :—“1581.”
Addressed :—“A. Momsieur, Momsieur du Bex.”
1 p.
987. The Duke of Anjou to De Marchaumont.
1581, May. “Monsieur de Marchaumont, Je vous ay escrit une aultre lettre un peu plus succincte que ceste çy, n'ayant encore entiérement veu toutes les despeches que j'ay reçeu de vous par les chemins, et entre aultres ce que vous m'escrivez en chiffre, qui me donne un extrême contentement, voyant la franche et bonne façon de procéder de la Royne d'Angleterre, en ce qui me concerne, dont je luy ay infinies obligations, et d'aultant que je la remes sur ce que vous luy direz. Je vous ay faict ceste segonde lettre pour vous faire entendre l'ordre que j'ay donné avant mon partement de Guyenne à l'exécution de la paix, en ce qui reste d'icelle, dont le Roy de Navarre mon frère, oultre ce qui est publiquement promis et juré par les articles, m'a donné d'abondant une promesse escritte et signée de sa propre main. Mon cousin, Monsieur le Prince de Condé, présent avec protestation de la maintenir, garder, et observer, et ne s'addresser qu'à moy, au cas qu'il intervint quelque innovation en icelle, à qui ilz veullent avoir recours, et non aulx armes, comme ilz ont çydevant faict, leur ayant de mon costé aussy juré, promis, et accordé, soubz mon seing, d'entendre à tout ce qui sera de la seureté et conservation de ladicte paix, sans permettre qu'elle soit altérée, enfraincte, ny corrompue, au moindre poinct d'icelle; que, s'il advenoit autrement, je feray par tous moyens restablir ce qui auroit esté faict au préjudice dudit traicté, de façon que pour ce regard je croy que toutes choses se maintiendront comme j'ay tousjours espéré. M'ayant la longueur apporté beaucoup de desplaisir, et désadvancement en mes affaires, si m'est ce un extrême contentement d'en estre sorty de ceste façon, ce que je n'espérois quand je vous envoyay le discours que vous avez reçeu. Et quant à ce qui concerne les promesses que j'ay tousjours attendues du Roy, mon seigneur et frère, aux conditions que ladicte paix fust effectuée, je n'y voy pourtant encore guères d'achéminement de ce costé, ayant esté conduict jusques icy par artifices et promesses interrompues de beaucoup d'accidens, inventez pour un prolongement, dont je reçoy beaucoup de desplaisir; n'ayant mon labeur et l'exécution de mes promesses, faictes à sa Mate pour luy procurer la paix en son Royme, mérité si maigre récompense; de laquelle néantmoins il fault maintenant parler plus avant, puisque la résolution est prise de mon costé d'entretenir, et garder à quelque prix que ce soit, les traictez que j'ay faictz et jurez avec Messieurs des Estatz Généraulx, et ceulx de Cambray, ou il va faisant au contraire de mon honneur et réputation, si avant que plustost hazarde-ray-je ma vie pour les maintenir et effectuer, que d'y manquer en la moindre partie d'iceulx. C'est pourquoy je désire que vous entriez en propos avec ladicte dame Royne de ce que dessus, luy représentant les bons offices qui sont faictz au Roy d'Espagne à mon préjudice, et quelle apparence il y a tant pour mon respect que pour le bien de cest estat d'entendre à un si mauvais party, que s'il luy plaist d'en escrire vivement à leurs Matéz, accompagnant ses lettres des raisons qui combattent pour moy, si apparentes qu'il ne s'y peult respondre, ce me sera augmenter l'obligation que j'ay à son service, à laquelle vous asseurerez aussy qu'incontinent que j'auray veu la Royne ma mère, qui sera içy demain, je ne fauldray de luy escrire amplement de tout ce qui sera passé entre elle et moy. Je serois fort ayse qu'elle envoyast ses lettres à leurs Matéz au plustost que faire se pourra, et que j'en aye une coppie. Escrivez moy de ce que vous avez commencé à traicter, et l'espérance que vous avez en la résolution. Et sur ce je prieray Dieu, Monsieur de Marchaumont, qu'il vous ayt en sa tressaincte & digne garde. A Allençon, le—jour de May, 1581.” (The rest of the letter is holograph.) Quant vous metres en mesmoyre le voyage du grous postilon, jugeres ayzémant du subget qui m'a fet achemine en si grande diliganse. Croyes que je n'ay rien diminué du dessir que je vous ay escript par toutes mes letres. Il est varay que Canbray est en tel estat, que d'avant il fot [faut] que ma personne rémédie à se que mes serviteurs ne peuvent fayre, coume je y suys résollu. Or sur sete resollution je seu de bon lieu que le roy se voulloit aupozer à mon pasage, de sorte que pour ne tonber en set inconvéniant, je menase et mande à toute les villes de mes apanages de se garder, qui donnera unne grande allarme, et montrera que j'ay moyen de nuyre à seus, qui se voudroit aupozer à ma grandeur; de quoy je vous ay bien voullu advertir, afin que si en oyes parler, vous en puysies répondre, Votre bon maytre, Francoys.”
2 pp.
988. The Duke of Anjou.
1581, May. Draft of letters of safe-conduct for the Duke of Anjou.
1 p.
Another copy of the foregoing.
1 p.